Microbiote intestinal : un équilibre primordial !

Gros plan sur le ventre d'une femme. Elle met ses mains sur son ventre de couleur rouge pour signaler la douleur.

Au quotidien, nous vivons au contact des bactéries, des virus et des champignons en tout genre. C’est normal. Ces micro-organismes sont d’ailleurs en harmonie avec nous la plupart du temps. Ils ne sont pas forcément synonymes de maladies, ils nous sont mêmes très souvent bénéfiques et indispensables. Le microbiote intestinal (flore intestinale) désigne l’ensemble des micro-organismes intestinaux. Mais les micro-organismes sont partout, pas seulement dans les intestins, on parle alors de microbiote cutané (peau), de microbiote vaginal (vagin), de microbiote buccal (bouche)… Dans cet article, nous nous intéresserons plus particulièrement au microbiote intestinal qui est responsable de nombreuses fonctions dans notre organisme.

Sommaire

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

Le microbiote intestinal (flore intestinale) est très complexe et indispensable à la bonne santé. En effet, nous mangeons et nous digérons tous les jours. Notre intestin et les bactéries qu’il contient nous permettent d’absorber les aliments et d’éliminer les déchets. Le microbiote intestinal est le microbiote qui contient le plus de bactéries dans le corps humain : 100 000 milliards. Chaque personne possède un microbiote unique qu’il convient de conserver en bonne santé.

Découvrez comment conserver un microbiote intestinal en bonne santé.

Quelles sont les fonctions du microbiote intestinal ?

Le microbiote intestinal joue plusieurs rôles majeurs dans l’organisme humain. Voici ses grandes fonctions :

  • Il nous aide à digérer ;
  • Il éduque notre système immunitaire, clé de la bonne santé ;
  • Il produit des neurotransmetteurs qui régulent les émotions ;
  • Il produit des vitamines que nous ne sommes pas capables de synthétiser.

Le microbiote intestinal est tellement important qu’il joue un rôle dans de nombreuses fonctions.

Digestion

Les bactéries nous aident à digérer les fibres que nous ne pouvons pas digérer. En effet, il y a certaines fibres que nous ne pouvons pas digérer sans l’aide des bactéries qui vont alors les utiliser pour produire des vitamines. C’est une relation gagnant-gagnant !

Système immunitaire

Le microbiote intestinal est au contact des cellules du système immunitaire. Ces cellules ont besoin d’être au contact d’éléments étrangers pour savoir comment réagir en cas d’infection. Les bactéries étrangères à notre organisme jouent un rôle dans l’éducation de nos propres cellules. Nos cellules immunitaires vont ainsi différencier les “gentilles” bactéries de notre flore intestinale des bactéries pathogènes capables de nous rendre malades.

Humeur

Le microbiote intestinal produit des neurotransmetteurs. Par exemple, les lactobacilles et les bifidobactéries produisent du GABA qui est à l’origine de la détente. En cas de dérèglement de la flore intestinale, les bactéries peuvent être à l’origine de l’anxiété et du stress.

Vitamines

Le microbiote intestinal produit des vitamines que nous ne sommes pas capables de produire. Bien que pratiquement toutes les vitamines puissent être apportées en quantité suffisante par une alimentation adaptée, le microbiote est une aide précieuse, voire indispensable, pour la production de certaines vitamines comme la vitamine K et la vitamine B8. Par exemple, un microbiote en bonne santé produit de la vitamine K nécessaire à la coagulation, de la vitamine B8 qui joue un rôle dans le métabolisme des sucres et des lipides et de la vitamine B12 qui joue un rôle dans l’équilibre nerveux (attention, la vitamine B12 est souvent très mal synthétisée par l’organisme. Les spécialistes s’accordent à dire qu’il convient de l’apporter à l’organisme par d’autres moyens).

Obésité et surpoids

Le microbiote intestinal joue un rôle au niveau du poids. Une étude sur le microbiote des souris obèses a mis en évidence qu’une bactérie nommée Akkermansia muciniphila n’est plus retrouvée dans le microbiote des souris en surpoids. En revanche, elle est toujours présente chez les souris “saines”.

Autisme

Cette maladie est complexe et multifactorielle. Les chercheurs ont découvert que le microbiote intestinal des personnes autistes produisait un substrat appelé propionate qui affecte le fonctionnement des neurones.

Allergies / Maladies auto-immunes

Arthrite, lupus, polyarthrite, rectocolite…. Le microbiote est très différent chez les personnes atteintes de ces troubles.

Cancer

D’après certaines études, les personnes consommant plus de fibres et moins de viande ont 15 % de chances en moins de développer un cancer du côlon. Ce résultat serait lié, en partie, à la présence de bactéries qui produisent des substances mutagènes.

Diabète

Chez les personnes atteintes de diabète, le microbiote est différent de chez les personnes qui n’en n’ont pas.

Comme nous pouvons aisément le constater, le microbiote intestinal régule ou influence beaucoup de fonctions vitales. Lorsqu’il se dégrade, c’est notre état de santé qui se détériore.

D’où vient le microbiote intestinal exactement ?

La flore bactérienne se constitue lors de l’accouchement. Puis, l’acquisition du microbiote intestinal se fait pendant les 3 premières années de vie. À la naissance, le microbiote intestinal du bébé est stérile. Pendant l’accouchement, le nouveau né est en contact avec les bactéries de la flore vaginale qui vont coloniser son tube digestif. Le microbiote du bébé est ensuite diversifié grâce à l’alimentation. L’allaitement donne des bactéries : le colostrum contient des bactéries indispensables à la formation du microbiote. Le lait maternel contient des galactosaccharides qui vont permettre l’accroissement des bifidobactéries.

Information : un enfant né par césarienne est, lui, en contact avec le microbiote de la peau qui n’a pas le même rôle que le microbiote vaginal. Dans ce cas, des perturbations métaboliques peuvent apparaître dans la vie future de l’enfant (surpoids, diabète, etc.). Une bonne pratique consisterait à badigeonner les enfants nés par césarienne avec la flore vaginale via un tampon préalablement placé dans le vagin.

Le rôle de l’alimentation sur le microbiote intestinal

Les bactéries digèrent ce que nous consommons. Si nous ne leur donnons pas une bonne alimentation, elles peuvent mourir et laisser place à des bactéries moins bonnes pour notre santé. Le microbiote est alors déséquilibré et les problèmes de santé commencent parfois sans même qu’on ne sache réellement pourquoi. Les bactéries consomment des fibres : les galacto-oligosaccharides et les fructo-oligo-saccharides présentes dans les fruits, les légumes, les légumineuses, les céréales…

Qu’en est-il des aliments industriels ? L’alimentation industrielle et raffinée ne plaît pas à nos bactéries. Leur consommation entraîne un déséquilibre de l’écosystème bactérien, appelé dysbiose. Cette perturbation engendre de nombreux symptômes et problèmes de santé.

Symptômes d’un microbiote intestinal déséquilibré

Comment sait-on que la flore intestinale est déséquilibrée ? En fait, les symptômes sont très divers. Généralement, les premiers symptômes d’une dysbiose (déséquilibre bactérien) se traduisent par des problèmes digestifs. Notre alimentation influence directement nos bactéries et notre digestion.

Il faut comprendre que les bactéries se nourrissent de ce que nous mangeons. Notre alimentation va donc leur permettre de vivre ou de mourir en fonction de leurs affinités alimentaires. En mangeant de manière non équilibrée, certaines bactéries vont se raréfier alors que d’autres vont se multiplier. Ainsi chez les personnes mangeant beaucoup de fruits et de légumes (donc des fibres), les bactéries prédominantes appartiennent au règne des Prevotella. Chez les personnes ayant un régime alimentaire riche en viande et en graisse, les bactéries prédominantes sont les Bacteroides. Les Bacteroides vont stimuler l’inflammation. Cette inflammation peut devenir chronique et entraîner des pathologies comme le diabète, le surpoids… L’équilibre de la flore est donc primordiale. Les personnes souffrant de pathologies digestives possèdent une flore toujours déséquilibrée.

Les ballonnements et les diarrhées sont les premiers symptômes qui évoquent une dysbiose. Il y a un lien évident entre les maladies intestinales chroniques (type maladie de Crohn) et le déséquilibre de la flore intestinale. Ces troubles intestinaux ont un impact sur l’humeur. Il est très fréquent que les douleurs entraînent des signes d’anxiété et de dépression.

Comment conserver un microbiote intestinal en bonne santé ?

Il faut suivre ce que l’on appelle le « régime microbiote ». Prendre soin de sa flore intestinal est indispensable pour garder la santé ! Sachez que certains compléments alimentaires de qualité peuvent aussi grandement vous aider.

  • Consommation quotidienne de fibres consommables par les bactéries (prébiotiques). Favoriser les légumes et les fruits colorés.
  • Éviter les pesticides. En effet, ces dernières peuvent tuer une partie des bactéries de notre flore. Les bactéries pathogènes vont profiter de cette faiblesse pour proliférer. Il convient de manger bio et local (de saison) le plus que possible.
  • Éviter les antibiotiques : les antibiotiques font des ravages au microbiote, les pathogènes peuvent s’installer.
  • Mastiquer et manger lentement : la mastication prépare grandement la digestion. Si les nutriments ne sont pas accessibles aux bactéries, ces dernières ne peuvent donc pas se nourrir. En mourant, elles vont entraîner un déséquilibre de la flore intestinale.
  • Privilégier les petites quantités (plus facile à digérer).
  • Éviter les sucres et les protéines en abondance qui favorisent la flore pathogène.

Quels sont les compléments alimentaires qui peuvent aider ?

Il existe deux types de compléments alimentaires pouvant aider à conserver et à reconstruire un microbiote sain : les prébiotiques et les probiotiques.

Les probiotiques

Les probiotiques correspondent aux bactéries elles-mêmes, ils sont très souvent conseillés après la prise d’antibiotiques pour aider à rétablir la flore au plus vite. Vendues sous forme de gélule, les bactéries retrouvées sont les lactobacilles. Les levures types saccharomyces sont également conseillées. Leur rôle est d’aider nos bonnes bactéries à proliférer et de limiter l’installation des bactéries pathogènes. Si vous le désirez, nous pouvons vous conseiller un vendeur sérieux qui propose une formule probiotique efficace, de très bonne qualité : voir le produit.

Les prébiotiques

Les prébiotiques correspondent à l’alimentation des bactéries, ce sont les fructo-oligosaccharides et les galacto-oligosaccharides (FOS et GOS). Ces nutriments sont retrouvés à l’état naturel dans l’ail, l’artichaut, la chicorée, les topinambours. Les pharmacies en vendent en gélules. De même, il est possible de se procurer de l’ail désodorisé en gélules. Attention, quand les bactéries se nourrissent trop de prébiotiques, elles produisent des gaz pouvant entraîner douleurs et ballonnements. Il faut donc les ré-introduire progressivement.

Reconstruire le microbiote intestinal

Après une cure d’antibiotiques ou une mauvaise alimentation, le microbiote est totalement déréglé. Heureusement, dans la majeure partie des cas, l’équilibre naturel va être retrouvé grâce à une alimentation et un mode de vie sains. Des compléments alimentaires de qualité peuvent également grandement aider (lire le paragraphe précédent). Les bactéries vont de nouveau proliférer et reprendre leur place. Ce phénomène s’appelle la résilience et s’effectue en quelques semaines. Il existe cependant des cas où la résilience ne peut pas être parfaite.

Conclusion

Avoir une alimentation diversifiée riche en fruits et légumes biologiques permet de chouchouter nos bactéries intestinales indispensables à notre bonne santé. Cette flore a un impact sur notre digestion, notre comportement et certaines pathologies.

Article rédigé en collaboration avec Mélanie Thebault, conseillère en aromathérapie diplômée d’un master en infectiologie.

À lire sur Mes Bienfaits

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement prévu à cet effet. En indiquant votre adresse e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations vous concernant. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.