Palper-rouler profond manuel : le massage bien-être !

Technique du palper-rouler : massage avec pli cutané plein de bienfaits. Gros plan sur le pli créé par les mains du masseur sur le dos d'une femme.

Hormis les douleurs d’origine purement organique (une brûlure d’estomac ou une migraine par exemple), la plupart de nos douleurs sont provoquées par les contractures musculaires. Ce ne sont pas les contractures musculaires qui font directement mal mais le cerveau qui, s’il estime inquiétantes les informations qu’il reçoit des muscles contracturés, déclenche la douleur. La douleur n’est pas une maladie, c’est un message que nous adresse notre cerveau pour que nous économisions une zone surmenée. Nous ruer sur les médicaments antalgiques dès son apparition sans rien faire d’autre revient à couper l’alarme incendie plutôt que d’appeler les pompiers quand il y a un feu ! De manière ponctuelle, nous pouvons prendre des antalgiques, mais essayons surtout de comprendre ce qui se passe en interprétant les messages envoyés par notre cerveau.

Les contractures musculaires sont la conséquence de la détérioration de nos graisses qui deviennent dures et adhérentes lorsque nous nous nourrissons mal. Si l’hygiène alimentaire est le traitement essentiel à long terme pour retrouver un tissu graisseux fluide et une bonne santé qui dépend beaucoup de la qualité de nos graisses, le palper-rouler profond manuel en est le traitement de confort à court et moyen terme. Associé à une bonne hygiène alimentaire et aux bains dérivatifs, c’est le ticket gagnant pour nous délivrer de la plupart de nos douleurs chroniques.

Sommaire

Qu’est-ce que le palper-rouler profond manuel ?

Le palper-rouler profond manuel est une technique de massage visant à désolidariser deux couches de notre tissu cutané profond : l’hypoderme et le fascia sous-jacent. Lorsque nous sommes en bonne santé, ces deux plans sont libres et nos graisses fluides circulent dans notre organisme (grâce à la motilité du fascia) et peuvent remplir toutes leurs fonctions, en particulier, le nettoyage de tout notre organisme. En effet, nos graisses sont les camions poubelles de notre corps et la régénération de nos cellules car nos graisses transportent les cellules souches adultes là où elles sont nécessaires pour remplacer une cellule morte ou inefficace. Nous pouvons nous détoxiner et nous régénérer uniquement si nos graisses sont fluides et capables de circuler sans problème.

Livres sur le palper-rouler profond manuel

Pour plus d’informations, consultez des livres qui conseillent le palper-rouler profond manuel !

Mal de dos, mal de bouffe Lâchez-nous les abdos
Couverture du livre "mal de dos, mal de bouffe" de Gilles Bacigalupo.Voir le livre Couverture du livre "Lâchez-nous les abdos" de Gilles Bacigalupo. Image d'un bol blanc avec de la salade. Table blanche et fourchette.Voir le livre

Historique du massage palper-rouler profond manuel

Le massage est inné chez l’homme. Lorsque nous nous cognons la tête, nous portons immédiatement la main sur la zone traumatisée pour la pétrir et la malaxer. Une blague de kinés dit que le premier masseur fut Adam lorsqu’il se cogna la tête sur une branche du fameux pommier ! Le frottement, provoqué par le massage, perturbe le message douloureux, il empiète sur lui et nous fait du bien. Le massage existe depuis que l’homme existe. Les hommes n’ont pas attendu les kinés pour se masser les uns les autres. Nous pouvons pratiquer le palper-rouler manuel seul en auto-massage ou à deux. Nul ne sait quand est apparu le palper-rouler dans l’histoire de l’humanité, mais nous pouvons imaginer sans trop d’erreurs qu’il est arrivé très vite chez nos plus anciens ancêtres.

Qui pratique le palper-rouler profond manuel ?

En premier, les masseurs-kinésithérapeutes diplômés d’État. Lorsque le massage est rémunéré, il est le monopole des kinés. C’est la loi. Si beaucoup de masseurs non diplômés pratiquent en dehors de la loi, c’est parce que la nature a horreur du vide. Les masseurs-kinésithérapeutes ne répondent pas à la demande des patients car leurs honoraires ne leur permettent pas de travailler sur un seul patient à la fois.
Cherchons d’abord chez les kinés professionnels de notre région avec un annuaire (à la lettre « k »). N’hésitons pas à préciser au kiné que nous sommes prêts à régler un dépassement d’honoraires pour qu’il s’occupe de nous à 100 %. Si nous ne trouvons personne, il nous reste trois solutions :

  • Trouver un masseur non professionnel ;
  • Pratiquer le massage en couple ;
  • Pratiquer l’auto-massage. Sauf entre les omoplates, toutes les autres zones de notre corps sont accessibles.

Pourquoi et quand utiliser le palper-rouler ?

Le palper-rouler permet de libérer notre organisme des adhérences graisseuses produites par la mauvaise alimentation. Lorsque nous assimilons imparfaitement nos aliments (parce que, par exemple, nous ne les avons pas assez mastiqués ou que nous avons consommé des aliments transformés industriellement), les déchets issus de cette digestion imparfaite sont pris en charge par les graisses car c’est leur rôle de nettoyage. De manière exceptionnelle, ce n’est pas grave et ça n’a aucune conséquence sur notre santé. Toutefois, si nous avons un tel comportement tous les jours, nos graisses n’arrivent plus à faire face et se détériorent. Elles deviennent dures et adhérentes.

Quelle est la conséquence de la détérioration de nos graisses ?

Les graisses durcies exercent une pression mécanique sur des petits nerfs de la peau (les corpuscules de Pacini par exemple). Ces nerfs se trouvent au milieu de nos graisses. À partir d’un certain seuil de pression, ils envoient des messages pour alerter la moelle épinière de cet état de pression excessive. La moelle épinière répond à ces messages par un ordre de contraction adressé aux muscles de la zone d’où proviennent les messages. C’est le principe de précaution : il y a une alarme, on bloque ! Les graisses étant adhérentes, par définition elles restent sur place, exercent une pression permanente sur les corpuscules de Pacini, qui envoient en permanence des messages vers la moelle épinière et l’ordre de contraction de la moelle épinière devient permanent. La contraction de précaution du début cède très vite la place à une contracture, c’est-à-dire à un état de tension permanent du muscle, jour et nuit.

La nature aurait-elle fait une erreur ?

Nous pourrions penser, en observant ces phénomènes, que la nature a fait une grosse boulette ! Mais tout simplement, elle n’avait pas prévu l’industrialisation alimentaire qui sévit aujourd’hui. Nous sommes programmés pour nous nourrir dans la nature et, dans la nature, nous ne trouvons pas l’alimentation transformée que nos organismes peinent à reconnaître ! Cependant, même si nous nous alimentons parfaitement bien, avec exclusivement des produits bio et de saison, nous pouvons provoquer les détériorations de nos graisses. Il suffit, par exemple, de ne pas mastiquer consciencieusement. Dans la nature, si nous oublions la mastication, nous ne faisons pas de vieux os !

Quand pouvons-nous utiliser le palper-rouler manuel ?

Lorsque nous sentons une douleur dans notre corps, palpons la zone qui fait mal en faisant avec nos doigts un pli cutané, le plus profond possible. Si nous y trouvons un tissu dur et adhérent, qui pince lorsque nous voulons rouler la peau en profondeur, le palper-rouler profond manuel est utile. Il permet de libérer les adhérences graisseuses. Le fascia peut reprendre son activité motrice et les graisses circulent à nouveau.

Comment pratiquer un palper-rouler profond manuel efficace ?

Il ne faut pas pincer la peau. Le pli doit être le plus profond possible et lorsque nous le tenons bien en main, nous poussons avec les pouces. Peu importe le sens. L’effet d’un massage sur la circulation veineuse est extrêmement faible. Nous pouvons donc pousser notre pli vers le cœur (sens centripète) ou vers les extrémités (sens centrifuge). Lorsque nous éprouvons des difficultés à rouler notre pli, n’hésitons pas à changer de direction. Très souvent, grâce au changement de direction, nous trouvons le passage pour libérer les adhérences.

Voir une vidéo de démonstration à cette adresse : www.palper-rouler.info/massage/video.php

Palper-rouler : à la main ou à l’aide d’une machine ? Il y a-t-il une machine efficace ?

Aucune machine ne peut pratiquer un palper-rouler profond. Seule la main le peut. C’est pourquoi ces machines sont surtout vendues dans le secteur de l’esthétique. Leur prix est trop élevé pour pouvoir être amorti en thérapeutique. Le pli est produit par une aspiration dont la puissance est volontairement bridée par les fabricant pour éviter les bleus et les lésions des vaisseaux lymphatiques.

Astuce pour améliorer les effets du palper-rouler

L’utilisation d’un adjuvant permettant d’améliorer la glisse du massage peut s’avérer utile. Certains utilisent le talc, d’autres préfèrent les huiles (par exemple, l’huile essentielle d’abricot). À chaque masseur de trouver son produit miracle.

Les bienfaits du palper-rouler profond manuel

Les bienfaits du palper-rouler sont impressionnants. Lorsque nous décollons des adhérences graisseuses, nous diminuons la pression sur les corpuscules de Pacini. Nous diminuons donc la contracture musculaire qui en découle. Lorsque la contracture musculaire diminue, nous diminuons ipso facto la douleur car le cerveau est moins inquiet.

Le palper-rouler est immédiatement efficace. Dès les premières minutes de massage, nous ressentons un effet favorable.

Le palper-rouler est anti-cellulite

Le palper-rouler est aussi un massage anti-cellulite. Mais il faut garder à l’esprit que pour lutter contre la cellulite il mieux vaut utiliser, en premier, l’hygiène alimentaire. Le palper-rouler pourra ponctuellement débloquer certaines zones résistantes. Il faut, à ce stade, préciser qu’il y a 2 types d’adhérences graisseuses : celles qui collent le derme à l’hypoderme et qui forment les fameux capitons inesthétiques de la cellulite et celles qui collent l’hypoderme au fascia et qui sont responsables de beaucoup de problèmes de santé et, en particulier, des contractures musculaires. Un palper-rouler superficiel atteint les premières et un palper-rouler profond atteint les secondes.

Le palper-rouler est un massage minceur

Le palper-rouler, en permettant une meilleure circulation des graisses, peut être considéré comme un massage minceur. Cependant, l’amincissement est une conséquence du massage, pas un but. Si nous voulons maigrir, l’hygiène alimentaire est plus rapide et plus efficace.

Comprendre la séance de palper-rouler

Le massage, lorsqu’il décolle des adhérences, est douloureux. Nous ressentons un pincement. Mais cette douleur est ressentie comme positive, nous la supportons donc très bien. Le lendemain de la première séance, la zone massée est très sensible. Cette réaction peut durer une semaine. Nous avons l’impression d’avoir des bleus. Si le massage a été bien fait, il n’y en a pas. Le bleu n’est pas une faute grave, mais oblige à interrompre le massage le temps de la cicatrisation.

Contrairement à ce que nous pourrions penser, un palper-rouler qui fait des bleus est un massage qui n’a pas été assez profond. Il a lésé des vaisseaux capillaires présents dans le derme. Dans l’hypoderme (plus profond), là où l’effet du palper-rouler doit se faire, les vaisseaux (les artérioles et les veinules) sont plus épais et résistent au massage. Après une séance qui a provoqué des bleus, nous devons améliorer notre manœuvre en essayant d’avoir une action plus profonde. Mais ne culpabilisons pas, les bleus peuvent arriver sous les mains de tout masseur, quelle que soit son expérience.

Palper-rouler dermique et palper-rouler profond

Le palper-rouler superficiel est une technique que nous pourrions qualifier de « palper-rouler dermique ». C’est celui qui est pratiqué dans les salons d’esthétique. Il permet d’améliorer l’esthétique en luttant contre les capitons mais ne s’attaque en rien aux adhérences profondes. Paradoxalement, le palper-rouler dermique provoque des bleus car son action se fait sur les capillaires fragiles du derme. L’action d’un palper-rouler profond se fait dans l’hypoderme où les vaisseaux sont plus résistants (artérioles et veinules). Le palper-rouler profond est physiquement plus éprouvant pour le masseur, mais moins douloureux pour le massé car il y a plus de terminaisons nerveuses dans le derme que dans l’hypoderme.

À quelle fréquence pouvons-nous pratiquer le palper-rouler profond manuel ?

Il faut laisser le temps à nos organismes de « digérer » chaque séance. Une séance par semaine semble être la meilleure fréquence. Mais si, après une séance, une nouvelle douleur apparaît dans une autre région de notre corps, nous pouvons faire une séance plus rapidement dans cette nouvelle zone sans problème. Cette migration douloureuse est d’ailleurs bon signe. La moelle épinière garde tous les messages qui lui arrivent en provenance des petits nerfs de la peau. Elle les traite par hiérarchie : le plus important d’abord, les autres attendent. Lorsqu’il se produit une migration douloureuse, c’est la preuve que la première zone douloureuse a été améliorée et que la deuxième zone, dans la file d’attente, est passée en tête. C’est donc une très bonne nouvelle. Mais c’est aussi la preuve que la détérioration des graisses n’atteint pas qu’une seule partie de notre organisme : c’est une pathologie générale.

Quelles techniques pouvons-nous associer au palper-rouler ?

  1. L’hygiène alimentaire : le but du palper-rouler est de libérer le fascia afin qu’il puisse reprendre une de ses fonctions les plus importantes : la circulation de nos cellules graisseuses. Cette fonction sera plus facile si nos graisses sont souples et fluides. Mettons en place une alimentation saine basée sur une mastication consciencieuse, des huiles végétales bios extraites à froid ou première pression à froid consommées crues dans l’assiette et des aliments bios, de saison, crus ou al dente si nous les cuisons. Nous avons à notre disposition quatre modes de cuisson sans matières grasses : la vapeur douce, l’étouffée, la papillote et le bouillon. Nous fabriquerons ainsi des graisses souples et fluides qui pousseront les mauvaises grâce à l’activité du fascia.
  2. Le bain dérivatif : le refroidissement de notre périnée par le bain dérivatif permet une mobilisation de nos graisses plus facile grâce au transfert de chaleur qu’il produit. Pour en savoir plus, lisez notre article sur le bain dérivatif.

Contre-indications à la pratique du palper-rouler profond manuel

Il faut faire preuve de bon sens. Quel masseur, professionnel ou amateur, irait poser ses mains sur un eczéma purulent, une grosse varice ou une plaie sanguinolente ? Voici une liste des contre-indications les plus importantes au palper-rouler profond manuel :

  • L’hémophilie
  • La phlébite et les grosses varices
  • Une infection et en particulier la fièvre
  • L’artérite aiguë
  • La grossesse
  • L’hypertension artérielle importante
  • L’hypotension artérielle
  • Toutes les lésions et éruptions cutanées par traumatisme, infection ou maladie
  • Les hématomes, ecchymoses et tuméfactions
  • Les brûlures
  • Les pathologies cardiaques importantes
  • Les fractures
  • Les cancers

Si vous avez le moindre doute, demandez l’avis médical d’un professionnel du massage (masseur-kinésithérapeute diplômé d’État) ou d’un médecin.

Avis et témoignages

Laissez-nous votre avis en commentaire ! Votre témoignage ou récit d’expérience nous intéresse. Quel est votre ressenti par rapport au palper-rouler ?

Article proposé en collaboration avec Gilles Bacigalupo, masseur kinésithérapeute et auteur du livre Mal de dos, mal de bouffe.

À lire sur Mes Bienfaits

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement prévu à cet effet. En indiquant votre adresse e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations vous concernant. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.