Plants de Cannabis Sativa riches en CBD. Les plantes sont vertes et on aperçoit le ciel bleu entre les feuilles

CBD, la molécule anti-inflammatoire légale du cannabis

5
(2)

Le cannabidiol (CBD) est une molécule qui devient de plus en plus populaire en France, non seulement chez les consommateurs habituels de cannabis mais également chez un nouveau public cible : les personnes souffrantes.

Les consommateurs de CBD l’affirment, il s’agit d’un anti-inflammatoire naturel sûr qui peut améliorer des conditions telles que les maladies du côlon irritable, la schizophrénie, l’anxiété ou encore aider à mieux dormir. Qu’en dit la science ? Ses bienfaits sont-ils fondés ? Le CBD est-il aussi sûr qu’il n’en paraît ? On répond à toutes vos questions.

Qu’est-ce que le CBD ? Est-ce vraiment légal ?

CBD : structure moléculaireLe cannabidiol (CBD) est l’un des plus de 100 cannabinoïdes trouvés dans le Cannabis sativa, la plante de marijuana également appelée chanvre. Le CBD et le THC (tétrahydrocannabinol) sont les deux principaux composés actifs présents dans la plante de cannabis. Ils sont également les mieux étudiés et reconnus à ce jour [1, 2].

Le CBD, et le CBD seulement, est un produit autorisé en France, sous certaines conditions. Tout produit dit CBD qui pourrait contenir du THC, dans une concentration supérieure à 0,2 %, est interdit car il devient à ce taux un produit psychotrope. Le CBD sans THC est donc autorisé et légal en France.

En effet, contrairement au THC, le CBD n’est pas psychoactif. Il ne peut pas provoquer les effets mentaux négatifs liés au THC, comme la paranoïa, l’anxiété et les problèmes de mémoire et d’insomnie. Au lieu de cela, plusieurs recherches suggèrent qu’il peut justement lutter contre divers troubles et a montré des bienfaits prometteurs pour les personnes souffrant de troubles difficiles à traiter [3].

Bienfaits, vertus et effets du CBD

Aperçu des bienfaits

Possède une activité analgésique

  • Réduit les douleurs des maladies chroniques ;
  • Agit sur l’inflammation ;
  • Pas d’effets secondaires ;
  • Pas de tolérance sur le long terme.

Réduit les crises d’épilepsie

  • Réduit fortement voire totalement la fréquence des crises ;
  • Produit sûr même à des dosages élevés ;
  • Approuvé aux États-Unis par le gouvernement.

Réduit l’anxiété

  • Action anxiolytique ;
  • Combat la dépression saisonnière ;
  • Facilite la prise de paroles en public.

Réduit l’envie de fumer des cigarettes

  • Réduit l’envie de fumer de 40 % ;

Soulage l’arthrite rhumatoïde

  • Soulage les douleurs ;
  • Ralentit la progression de la maladie ;
  • Réduit l’inflammation.

Combat le diabète

  • Réduit les marqueurs cardiovasculaires du diabète ;
  • Favorise la perte de poids ;
  • Combat la destruction des cellules productrices d’insuline ;
  • Réduit les cytokines inflammatoires.

Protège des maladies neurodégénératives

  • Réduit les contractions musculaires incontrôlables ;
  • Protège les cellules cérébrales des dommages ;
  • Améliore la fonction cognitive.

Soulage la sclérose en plaques

  • Réduit la douleur et les tensions musculaires ;
  • Réduit la fréquence des spasmes ;
  • Améliore le sommeil ;
  • Améliore la mobilité.

Combat les insomnies

  • Améliore le sommeil ;
  • Réduit les cauchemars ;
  • Possède des effets relaxants.

Combat la schizophrénie

  • Action antipsychotique ;
  • Aussi efficace que les médicaments ;
  • Pas ou peu d’effets secondaires.

Possède un effet anti-inflammatoire

  • Régule l’inflammation ;
  • Équilibre le système immunitaire ;
  • Protège du stress oxydatif.

Détails des bienfaits

► Possède une activité analgésique

Selon de nombreuses études prometteuses, les cannabinoïdes pourraient potentiellement devenir une nouvelle classe d’analgésiques naturels et pourraient ainsi aider des millions de personnes souffrant de douleur chronique [4, 5].

Dans une vaste analyse de 18 essais cliniques [5], les auteurs ont conclu que les cannabinoïdes réduisent fortement et en toute sécurité divers types de douleur chronique tels que la douleur neuropathique, l’arthrite, la fibromyalgie, le VIH et la sclérose en plaques. Une autre méta-analyse de 16 études [6] a également démontré les avantages du CBD pour les personnes souffrant de douleur chronique. Par ailleurs, les chercheurs ont noté très peu de différence de tolérance entre le CBD et un placebo, ce qui signifie que le CBD n’était pas associé à des effets secondaires dans la majorité des études.

Comment ça fonctionne ? Notre corps possède naturellement des récepteurs pour les cannabinoïdes notamment dans les voies de la douleur du cerveau, de la colonne vertébrale et des nerfs ainsi que pour le système immunitaire et l’inflammation. Selon certains chercheurs, le CBD pourrait réduire à la fois la douleur et l’inflammation grâce à ses actions sur ces récepteurs [7].

Le CBD est actuellement encore à l’étude en tant qu’analgésique potentiel non addictif, agissant sur les récepteurs cannabinoïdes dans les systèmes nerveux et immunitaire. Les preuves sont prometteuses car selon une étude, le CBD semble beaucoup moins susceptible de provoquer une tolérance à long terme (après 2 ans), contrairement aux opioïdes et à la plupart des autres analgésiques [8].

► Réduit les crises d’épilepsie

Le CBD peut aider à réduire les crises chez les personnes épileptiques qui ne répondent pas aux médicaments classiques ou qui recherchent une alternative naturelle. En effet, en 2018, la FDA (l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments aux États-Unis) a approuvé une solution buvable de CBD pour le traitement de deux formes rares d’épilepsie sévère [9].

Scientifiquement parlant, de nombreuses études ont été réalisées sur des enfants et des adultes pour démontrer l’efficacité du CBD contre les crises épileptiques et toutes vont dans le même sens : le CBD est efficace. Il réduirait ainsi fortement la fréquence des crises et dans certains cas, même totalement [10-13].

Un essai portant sur 214 enfants et adultes épileptiques, a également permis de conclure que le CBD était sans danger même à forte dose [14].

► Réduit l’anxiété

CBD contre l'anxiété : une femme stressée se tient le front, le regard dans le vide.Le CBD est une molécule anxiolytique prometteuse avec des résultats positifs lors de plusieurs études. En effet, une seule dose de CBD de 400 mg a été associée à une réduction de l’anxiété dans une étude d’imagerie cérébrale menée auprès de 10 personnes atteintes de dépression saisonnière [15, 16].

Par ailleurs, dans différentes études réalisées sur des personnes anxieuses, la prise de parole en public était liée à une diminution de l’anxiété et de l’inconfort et à une amélioration de la cognition [17, 18].

De plus amples essais cliniques impliquant des patients souffrant de différents troubles anxieux sont en cours, en particulier le trouble panique, le trouble obsessionnel-compulsif, le trouble d’anxiété sociale et les troubles de stress post-traumatique pour connaître le mécanisme du CBD impliqué dans son action anxiolytique [19].

► Réduit l’envie de fumer des cigarettes

Le CBD permettrait d’arrêter fortement l’envie de fumer. En effet, dans une étude pilote menée auprès de 24 fumeurs, ceux qui ont reçu du cannabidiol ont fumé environ 40 % moins de cigarettes et n’ont pas signalé une augmentation des envies de nicotine [20].

► Soulage l’arthrite rhumatoïde

En tant que composés anti-inflammatoires et antioxydants naturels, les cannabinoïdes ont le potentiel de soulager les douleurs et les gonflements articulaires. Dans les études sur les animaux souffrant d’arthrite, ceux qui ont reçu du CBD ont subi moins de destruction articulaire et une progression plus lente de la maladie inflammatoire [21, 22].

Par ailleurs, dans un essai portant sur 58 personnes, des personnes prenant un traitement à base de CBD ont signalé une réduction des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. Sur 5 semaines, le traitement a permis une diminution de la douleur pendant les mouvements et au repos, une amélioration de la qualité du sommeil et une réduction de l’inflammation. L’étude n’a en outre rapporté aucun effet indésirable grave [23].

► Combat le diabète

CBD contre le diabète : une personne pique son doigt avec un appareil pour mesurer sa glycémieBien que la consommation de cannabis soit généralement associée à des fringales ou à un plus grand appétit, elle a parallèlement été associée à un IMC plus faible, à moins d’obésité (perte de poids) et à une probabilité réduite de développer un diabète.

En effet, lors d’une étude portant sur près de 5000 personnes consommant du cannabis, les taux de glucose et d’insuline à jeun étaient bas et les personnes possédaient un tour de taille et un IMC inférieurs à la normale, ainsi qu’une résistance à l’insuline basse et un taux de HDL (bon cholestérol) plus élevé. Tous ces facteurs, lorsqu’ils sont mauvais, sont liés à l’apparition du diabète [24].

D’autres études ont également permis de prouver que le CBD réduisait les possibilités de développer un diabète, en étant associé à des taux plus faibles de destruction des cellules productrices d’insuline dans le pancréas et à une réduction des cytokines inflammatoires [25, 26].

► Protège des maladies neurodégénératives

Le CBD protégerait des maladies neurodégénératives, c’est ce que diverses études ont permis de conclure. Cette molécule permettrait notamment de soulager les personnes souffrant de troubles du mouvement (dystonie) en ayant moins de contractions musculaires incontrôlables à des doses inférieures à 600 mg / jour [27]. Attention, pour les personnes souffrant de Parkinson, au-delà de 300 mg / jour, le CBD pourrait aggraver les mouvements musculaires et les tremblements.

D’autres recherches suggèrent que le CBD pourrait protéger les cellules cérébrales des dommages. Dans une étude sur les cellules, les neurones exposés au CBD ont subi moins de dommages dus aux substances toxiques et au stress oxydatif, qui sont responsables de la plupart des destructions causées par les accidents vasculaires cérébraux et d’autres formes de lésions cérébrales [28, 29]. Par ailleurs, la consommation de CBD est associée à une réduction des lésions cérébrales, une réduction de la toxicité bêta-amyloïde et une amélioration de la fonction cognitive. Ces données sont encourageantes et suggèrent leur potentiel dans la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson [30-32].

Enfin, le CBD est actuellement à l’étude pour son potentiel à traiter les personnes atteintes d’autres maladies neurodégénératives telles que la sclérose latérale amyotrophique (SLA) [33, 34].

► Soulage la sclérose en plaques

Selon certaines études, les cannabinoïdes pourraient soulager les symptômes de la sclérose en plaques (SEP). En effet, lors de divers essais cliniques réalisés sur des centaines de personnes souffrant de SEP, les patients ayant reçu une association de CBD et THC ont tous signalé une réduction de la douleur, de la tension musculaire, des troubles du sommeil et un meilleur contrôle de la vessie [35-37].

D’autre part, un essai clinique réalisé sur 50 patients atteint de SEP a également permis de démontrer que les cannabinoïdes permettent de réduire la fréquence des spasmes et d’augmenter la mobilité [38].

De plus amples recherches sont nécessaires pour confirmer ces bienfaits car toutes les études réalisées jusqu’ici ont associé un mélange de CBD et THC et non pas du CBD pur. Par ailleurs, sur une étude réalisée sur 2 ans sur 66 patients atteints de SEP, malgré les très bons retours concernant l’absence de douleur, 92 % des personnes ont présenté des effets secondaires (jugés de gravité légère à modérée) comme des étourdissements ou de la nausée [8]. Ces effets secondaires sont probablement dus à la présence de THC, d’où l’importance de continuer les recherches sur le CBD pur.

► Combat les insomnies

Le CBD possède des effets relaxants et anxiolytiques qui permettent de réduire les troubles du sommeil [19]. En effet, sur un panel de 163 adultes consommateurs de cannabis, 81 ont déclaré en consommer pour mieux dormir et 14 pour réduire leurs cauchemars. Pour cela, ils choisissent des souches avec des concentrations élevées en CBD et basses en THC. Ce dernier, étant associé à une moins bonne qualité du sommeil à long terme [39, 40].

► Combat la schizophrénie

Le CBD possède des bienfaits antipsychotiques, bénéfiques pour soigner certains troubles comme la schizophrénie par exemple. C’est d’ailleurs cette molécule qui contrebalance les effets hallucinogènes du THC [41-43].

Chez 42 patients atteints de schizophrénie aiguë, ceux qui prenaient quotidiennement du CBD ont signalé une amélioration de tous leurs symptômes après 4 semaines. Les résultats étaient aussi bons pour le CBD que pour un antipsychotique connu, sans les effets secondaires liés au médicament [44, 45]. Le CBD pourrait être une alternative naturelle efficace aux médicaments antipsychotiques, mais avec moins d’effets secondaires [46].

► Possède un effet anti-inflammatoire

CBD contre les douleurs : un homme assis qui tient son genou entre ses deux mains. Il porte un short gris et un t-shirt bleu marine.Selon certaines études, le CBD serait efficace pour soulager diverses affections inflammatoires et diminuer la douleur. En effet, cette molécule agit sur les récepteurs cannabinoïdes du corps, qui à leur tour régulent l’inflammation, équilibrent le système immunitaire et protègent du stress oxydatif [21].

Comment cela fonctionne-t-il ? Notre système immunitaire possède des capteurs pour les cannabinoïdes produits par notre propre corps, ainsi que pour ceux que nous consommons. Certains chercheurs pensent que ce système cannabinoïde interne peut être déséquilibré lors de maladies auto-immunes et d’inflammation [47, 48]. Le CBD peut ainsi agir directement sur les cellules immunitaires pour déclencher une multitude de réactions anti-inflammatoires et antioxydantes.

De plus amples recherches sont en cours sur l’homme pour savoir si ces bienfaits sont prouvés et si le CBD constitue une réelle solution anti-inflammatoire.

Formes de CBD sur le marché (huile, spray, herbe,…)

Il est possible de trouver le CBD sous différentes formes de nos jours, dont les plus connus sont les fleurs et résines, connus des consommateurs de marijuana. Celles-ci peuvent être consommées par vaporisation ou inhalation. Il est également possible de les utiliser en infusion ou dans des recettes de cuisine.

Par ailleurs, des produits dérivés du CBD sont disponibles sous différentes formes : huiles de CBD (CBD oil), e-liquide de CBD, cristaux de CBD, gélules de CBD, infusions de chanvre, spray nasal, patchs, pastilles, bonbons, etc. La demande croissante a permis de développer de nouvelles formes galéniques toujours plus pratiques à consommer.

Posologie : quelle dose de CBD prendre et quand ?

💊 Il n’existe pas de posologie recommandée pour le CBD car celle-ci varie en fonction de nombreux facteurs, dont le poids de la personne, la pathologie à traiter, l’état de la personne et le conditionnement du produit. Des chercheurs spécialisés sur l’usage thérapeutique du cannabis ont classé les dosages en 3 catégories « micro doses », « doses standard » ou « macro doses » [49] :

  • La micro dose de CBD correspond à un dosage allant de 0,5 mg jusqu’à 20 mg par jour (ajustable par jour selon le poids.) et convient aux troubles du sommeil et de l’humeur, au stress, aux nausées, aux maux de tête et au rééquilibrage du métabolisme.
  • La dose standard de CBD correspond à un dosage allant de 10 à 100 mg par jour selon le poids et serait recommandée pour les douleurs du type inflammations, anxiété, dépression, maladie de Lyme, fibromyalgie, arthrite, autisme, maladie de Crohn et sclérose en plaque.
  • La macro dose de CBD est très large puisqu’elle correspond à un dosage allant de 20 à 800 mg par jour en fonction du poids.Il s’agit d’une dose thérapeutique préconisée par les spécialistes pour les pathologies les plus graves (épilepsie, cancer, etc..) Les études confirment ces dosages :
      • Épilepsie : administration chronique de 3 mg / kg / jour [11-13].
      • Phobie sociale : dose unique de 300 à 600 mg avant la prise de parole en public [17, 18].
      • Maladies neurodégénératives dont dystonie : de 100 à 600 mg / jour : ne pas dépasser les 300 mg en cas de maladie de Parkinson [27].
      • Schizophrénie : 600 mg par jour [45].
Attention : ces dosages ne prennent pas en compte l’intensité des symptômes, les antécédents médicaux, le métabolisme ou la tolérance au cannabidiol de la personne. C’est pourquoi nous vous recommandons dans tous les cas, de demander l’avis de votre médecin avant de vous auto-médiquer en CBD, surtout en cas de traitement concomitant.

Huile de CBD (dosage)

Vous l’avez compris, le dosage change en fonction de la personne et de la pathologie à traiter. Maintenant que vous savez cela, il est important de savoir que les huiles changent de teneur en CBD en fonction de leur titrage. Vous avez sûrement déjà vu des huiles de CBD à 2,5 %, 5 %, 10 %, 15 % ou même 45 %. Ces pourcentages représentent la teneur en CBD dans l’huile.

Ainsi pour une huile titrée à 5 % en CBD, dans un flacon de 10 ml, vous aurez environ 500 mg de CBD. Sachant qu’un flacon de 10 ml contient environ 200 gouttes, vous obtenez une teneur de 2,5 mg de CBD par goutte pour une huile titrée à 5 %.

Voici un tableau récapitulatif pour vous donner la teneur en CBD par goutte pour les différentes huiles du marché :

TABLEAU RÉCAPITULATIF DES HUILES DE CBD
Teneur en CBDCBD dans 10 ml (mg)CBD dans 1 goutte (mg)
2 %2001
2,5 %2501,25
3 %3001,5
5 %5002,5
10 %10005
15 %15007,5
20 %200010
25 %250012,5
30 %300015
35 %350017,5
40 %400020

Ce tableau se base sur un flacon de 10 ml proposant environ 200 gouttes.

Vous vous demandez toujours combien de gouttes vous devez prendre ?
Voici quelques indications généralement recommandée par les vendeurs de CBD :

💧 Commencer par consommer 2 ou 3 gouttes le soir à laisser en sublinguale (sous la langue) le maximum de temps possible : idéalement 60 secondes après l’absorption. Selon les effets ressentis, ajuster progressivement jusqu’à 6 gouttes matin et soir.

Pour information : l’évolution du dosage est préconisée sur des délais de 8 à 10 jours pour laisser le temps au métabolisme de se familiariser avec la molécule du CBD. Attention, à bien doser en fonction du titrage en CBD : 5 %, 10 % et 15 % (et plus). Plus la teneur en CBD est élevée, plus la quantité à consommer est basse.

E-liquides (dosage)

Il n’est malheureusement pas possible de proposer un tableau équivalent pour la consommation de CBD sous forme de e-liquide car en vapotant, il est impossible d’évaluer précisément l’apport en CBD. Les recommandations générales des vendeurs sont les suivantes :

💨 Pour un effet léger, choisissez un liquide dosé entre 50 à 100 mg en CBD. Pour un usage thérapeutique, choisissez un dosage entre 100 et 500 mg (à doser en fonction de la pathologie et de la personne).

Gélules et crèmes au CBD (dosage)

Encore une fois, la posologie est difficilement calculable pour les capsules, les crèmes et autres produits car elle évolue en fonction du produit et de l’extraction utilisée. En général, chaque producteur indique la contenance d’une capsule ou d’une crème alors n’hésitez pas à suivre les recommandations du vendeur et d’en parler à un professionnel de la santé.

CBD : quand le prendre ? Matin ou soir ?

Le CBD peut générer une somnolence chez certaines personnes, c’est pourquoi il est préférable de l’utiliser le soir avant de se coucher et de ne pas conduire après en avoir consommé.

Toutefois, certaines personnes préfèrent l’utiliser sur différents moments de la journée afin de bénéficier de ses effets anxiolytiques tout au long de la journée. Dans ce cas, diviser la dose journalière en 2 ou 3 prises (matin, midi et soir).

Où acheter du CBD ? Quelle forme choisir ?

Les bienfaits du CBD sont nombreux mais face à la multitude de produits que l’on retrouve sur le marché, pas facile de faire un choix. Voici nos conseils pour choisir un produit de qualité et adapté en fonction de vos besoins.

Acheter des huiles et gélules de CBD

Pour profiter des effets du CBD sur le long terme, il est préférable de s’orienter vers des huiles ou les capsules de CBD. Ces formes vous permettent de savoir quelle quantité vous ingérez chaque jour et de contrôler ainsi le dosage.
> Optez pour ces formes pour traiter des maladies sur le long terme (dosage contrôlé).

Vous ne savez pas quoi acheter ? Commencez par une huile de CBD bio titrée à 10 % ou des gélules (10 mg).

Acheter du CBD E-liquide

L’inhalation par vapotage de CBD permet d’obtenir des effets très rapides sur le corps, en passant par les alvéoles des poumons et arrivant donc plus vite dans l’organisme via le sang. Point négatif : l’effet bien que rapide est bref.
> Optez pour l’inhalation lors de crises soudaines afin d’agir rapidement.

Acheter des fleurs ou de la résine de CBD

Il est également possible de consommer les fleurs ou les résines de CBD, en infusion, recettes ou en inhalation. Mais ces formats sont moins efficaces car en recette, la cuisson peut réduire les propriétés et le dosage n’est pas contrôlé. De plus, il est intéressant de savoir que le CBD n’est pas une molécule très assimilable par le corps et n’est pas une molécule hydrosoluble. En effet, il ne se mélange pas bien avec l’eau, c’est pour cela qu’il se retrouve souvent formulé sous forme d’huile. De ce fait, lorsque vous le consommez en infusion, une grande partie du CBD ne parvient pas à passer les muqueuses et le corps ne l’assimile donc pas correctement.

Effets secondaires du CBD

Le CBD est généralement bien toléré et produit rarement d’effets secondaires, même à des doses élevées et lorsqu’il est utilisé pendant une longue période [50].

Toutefois, dans de rares cas, certaines personnes prenant du CBD ont signalé des effets secondaires tels qu’une légère diminution de la pression artérielle, une bouche sèche, des étourdissements ou de la somnolence.

Contre-indications, interactions et danger

Le CBD est déconseillé voire contre-indiqué à certaines catégories de personnes, notamment les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Par ailleurs, les personnes qui prennent des médicaments doivent en discuter avec leur médecin avant toute automédication car le CBD peut diminuer l’activité des enzymes hépatiques, responsables du métabolisme de plus de 60% des médicaments prescrits. Si vous prenez des médicaments sur ordonnance, consultez votre médecin pour écarter toute interaction [51].

Avis sur le CBD

Nous avons parcouru le web à la recherche d’avis et de témoignages des consommateurs de CBD et nous sommes plutôt surpris. En effet, outre les préjugés de certaines personnes concernant le Cannabis sur ses effets secondaires qui ne concernent que les produits à base de THC, les avis sont très bons. Il est important de rappeler, qu’un produit à base de CBD est un produit sûr et légal lorsqu’il ne contient pas de THC.

Concernant son efficacité sur les douleurs ou comme anti-inflammatoire naturel, il apparaît que cette plante est plébiscitée par les consommateurs.

Si vous souhaitez également trouver des avis de personnes ayant consommer du CBD, vous pouvez vous rendre sur des forums ou sur les boutiques de vendeur de CBD où les gens laissent des avis.

FAQ : réponses à vos questions

Légalité et dopage

Le CBD est-il légal en France ?

Les produits à base de CBD sont légaux en France tant qu’ils respectent les critères établis par la loi. Selon la législation en vigueur, les produits ne peuvent être commercialisés en France que sous les conditions cumulatives suivantes :

  • Les variétés de chanvre cultivées doivent figurer sur la liste exhaustive inscrite dans l’article 2 de l’arrêté du 22 août 1990 ;
  • La plante de cannabis doit avoir une teneur en THC inférieure à 0,2% (article 222-37 du code pénal) ;
  • Seules ses graines et ses fibres peuvent être utilisées ;
  • Le produit fini (huiles, crèmes, biscuits, etc.) ne doit pas contenir de trace de THC, quel que soit le taux.

Peut-on retrouver du CBD dans un test salivaire ?

Lors d’un test salivaire effectué par les forces de l’ordre en France, le CBD ne peut pas vous déclarer positif. Cette molécule étant en vente libre et autorisée sous toutes ses formes (e-liquides, huiles, crèmes, capsules, etc), tant que le produit ne contient pas de THC, vous ne risquez rien.

La seule exception qui pourrait vous rendre positif(ve) à un test salivaire, serait d’avoir fumé des fleurs de CBD qui n’étaient pas exemptes de THC. En effet, le THC est la molécule psychotrope interdite par le gouvernement et recherchée lors de ces tests salivaires. Si vous ne vous êtes pas assuré(e) auprès du vendeur de sa faible teneur en THC, alors vous risquez d’être positif(ve) car après avoir fumer ces fleurs, le THC est détectable jusqu’à 6 heures dans votre bouche.

CBD livraison : est-ce que je risque d’avoir des problèmes si je me fais livrer du CBD ?

Tant que vous achetez du CBD sans THC, vous ne risquez rien lors de la livraison en France. Les vendeurs agréés comme celui que nous recommandons plus haut travaillent en toute légalité et assurent une livraison en 48 à 72h.

Effets secondaires, danger et contre-indications

Est-ce que je peux consommer du CBD si je fais de l’hypertension ?

Le CBD aurait un effet sur l’hypertension et réduirait notamment la pression artérielle systolique. C’est en tout cas le résultat d’une petite étude réalisée sur 9 personnes en 2017 [52]. Les chercheurs ont conclu que « l’administration aiguë de CBD réduit la pression artérielle au repos et la pression artérielle face au stress ». Une autre étude menée sur le CBD et l’hypertension a confirmé ces résultats et suggère que le CBD peut avoir une influence positive sur l’hypertension [53].

Ces études étant réalisées à petite échelle, de plus amples recherches sont nécessaires pour savoir si le CBD pourrait traiter un jour l’hypertension mais en attendant nous vous recommandons de consulter votre médecin avant d’acheter du CBD. Un professionnel de la santé saura vous guider sur la posologie à adopter et vous conseiller en cas de traitement concomitant.

Je suis enceinte, est-ce que je peux consommer du CBD ? Et est-ce que je peux consommer du CBD pendant l’allaitement ?

Le CBD est une molécule encore récente et à ce jour aucune étude scientifique n’a testé son utilisation sur des femmes enceintes ou allaitantes. Par principe de précaution, le professeur Amine Benyamina, président de la Fédération française d’addictologie ne recommande pas son utilisation dans de telles situations : « Je sais que certaines futures mères prennent du CBD à visée médicale et de ce que j’ai pu constater, cela semble sans risque pour elles et leurs enfants. Mais attention, même si je ne vois pas, à priori, de contre-indications à ce qu’elles le fassent, nous n’avons pas du tout le recul scientifique nécessaire pour le prouver ».

Si vous souhaitez vous supplémenter en CBD lors de votre grossesse ou allaitement, n’hésitez pas à vous tourner vers un professionnel de la santé compétent qui saura vous aider.

Terminologie et signification

Quelle est la différence entre CBD et CBDA ?

Le CBD et le CBDA sont tous deux des cannabinoïdes, des composés uniques formés dans les plantes de chanvre ou de cannabis. Le CBD a été largement considéré comme le cannabinoïde le plus prometteur à des fins médicales, et en tant que tel, le CBDA a été mis de côté. Mais il faut savoir que le CBDA se trouve dans la matière première végétale et est le précurseur acide du CBD. Sans CBDA, le CBD ne peut exister.

En effet, le CBDA et le CBD se développent d’abord dans les plantes de cannabis sous le nom de cannabinoïde CBGA. Une fois qu’une enzyme disponible est présente, la CBDA synthase convertit le CBGA en CBDA. À ce moment, le CBD est formé à partir du CBDA via le processus de décarboxylation, qui consiste à appliquer de la chaleur pour éliminer le groupe carboxyle.

En termes d’effets sur le corps humain, ces deux molécules sont proches car aucune d’entre elles ne possède d’effets psychotropes mais le CBD reste le cannabinoïde le plus étudié pour ses effets thérapeutiques. Une étude a tout de même mis en avant les propriétés antiémétiques du CBDA et en fait un anti-vomitif naturel puissant [54].

Quelle est la différence entre CBD, CB1 et CB2 ?

Comme nous venons de le voir, le CBD est un cannabinoïde ou en d’autres termes une molécule qui fait partie de la plante Cannabis Sativa. Les CB1 et CB2 quant à eux sont des récepteurs présents naturellement dans le corps humain. Les récepteurs CB1 se trouvent principalement au niveau du système nerveux tandis que les CB2 au niveau du système immunitaire.

Il n’y a pas vraiment d’affinité au niveau du CBD avec les CB1 et CB2, au contraire c’est le THC (le cannabinoïde interdit en France) qui normalement se fixe sur les récepteurs du système nerveux et provoque les effets psychotropes réputés du cannabis. Le CBD est considéré comme un antagoniste des récepteurs CB1, plus simplement cela signifie qu’il diminue les effets du THC lorsqu’ils sont pris conjointement.

Que signifie CBG ? Que signifie CBN ?

Le CBG (cannabigerol) est l’un des premiers cannabinoïdes qui se développe dans la plante de cannabis et dont découle les autres cannabinoïdes. Il est moins connu que ses cousins mais n’en est pas moins efficace. Tout comme le CBD, le CBG est non psychotrope et possède des vertus anti-inflammatoires et antioxydantes.

Le CBN (cannabinol) est quant à lui un cannabinoïde psychoactif dérivé du THC. Sa concentration augmente avec l’oxydation du THC lorsque la plante est exposée à la lumière et à l’air. Ainsi lorsque le cannabis s’assèche, il devient riche en CBN. Le CBN n’est pas aussi puissant que le THC mais il peut quand même causer un étourdissement en cas de fortes concentrations.

Quelle est la différence entre une huile de CBD et de l’huile de chanvre ?

S’il s’agit bien de la même plante (Cannabis sativa) dont sont extraits les deux huiles, il est important de comprendre la différence entre ces deux huiles car en effet, l’huile de CBD et l’huile de chanvre sont bien distinctes.

La principale différence entre ces deux huiles réside dans leur composition chimique. En effet, l’huile de CBD est une source de cannabinoïdes et de terpènes. L’huile de chanvre quant à elle est dépourvue de tout cannabinoïde. Cela ne veut pas dire qu’elle est inférieure, elle reste une excellente source de nutriments qui peut être recommandée pour compléter certains régimes alimentaires déséquilibrés.

L’huile de CBD sera donc recommandée pour tous les bienfaits mentionnés ci-dessus (anti-inflammatoires, antalgiques, anti-épileptiques, anxiolytiques, etc.) tandis que l’huile de chanvre sera utilisée pour reminéraliser les corps affaiblis grâce à son apport en vitamines (A, D et E) et des minéraux tels que le potassium, le calcium, le magnésium et le fer.

Animaux

Puis-je donner du CBD à mon chat ou à mon chien ?

Il est en effet possible de donner du cannabidiol à son chien ou à son chat. La plante possède des effets apaisants sur les animaux comme sur les hommes. La plupart des propriétaires d’animaux se tournent vers l’huile de CBD pour leurs animaux lors de rhumatismes ou de cancer pour les aider à aller mieux.

Références scientifiques

Voir les références

  1. Boggs DL, Nguyen JD, Morgenson D, Taffe MA, Ranganathan M. Clinical and Preclinical Evidence for Functional Interactions of Cannabidiol and Δ9-Tetrahydrocannabinol. Neuropsychopharmacology. 2018;43(1):142-154.
  2. Niesink RJ, van Laar MW. Does Cannabidiol Protect Against Adverse Psychological Effects of THC?. Front Psychiatry. 2013;4:130. Published 2013 Oct 16.
  3. Izzo AA, Borrelli F, Capasso R, Di Marzo V, Mechoulam R. Non-psychotropic plant cannabinoids: new therapeutic opportunities from an ancient herb [published correction appears in Trends Pharmacol Sci. 2009 Dec;30(12):609]. Trends Pharmacol Sci. 2009;30(10):515-527.
  4. Formukong EA, Evans AT, Evans FJ. Analgesic and antiinflammatory activity of constituents of Cannabis sativa L. Inflammation. 1988;12(4):361-371. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3169967/
  5. Lynch ME, Campbell F. Cannabinoids for treatment of chronic non-cancer pain; a systematic review of randomized trials. Br J Clin Pharmacol. 2011;72(5):735-744.
  6. Mücke M, Phillips T, Radbruch L, Petzke F, Häuser W. Cannabis-based medicines for chronic neuropathic pain in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2018;3(3):CD012182. Published 2018 Mar 7.
  7. Manzanares J, Julian M, Carrascosa A. Role of the cannabinoid system in pain control and therapeutic implications for the management of acute and chronic pain episodes. Curr Neuropharmacol. 2006;4(3):239-257.
  8. Rog DJ, Nurmikko TJ, Young CA. Oromucosal delta9-tetrahydrocannabinol/cannabidiol for neuropathic pain associated with multiple sclerosis: an uncontrolled, open-label, 2-year extension trial. Clin Ther. 2007;29(9):2068-2079.
  9. FDA, FDA Approves First Drug Comprised of an Active Ingredient Derived from Marijuana to Treat Rare, Severe Forms of Epilepsy. June 25, 2018.
  10. Cunha JM, Carlini EA, Pereira AE, et al. Chronic administration of cannabidiol to healthy volunteers and epileptic patients. Pharmacology. 1980;21(3):175-185.
  11. Porter BE, Jacobson C. Report of a parent survey of cannabidiol-enriched cannabis use in pediatric treatment-resistant epilepsy. Epilepsy Behav. 2013;29(3):574-577.
  12. Carlini EA, Cunha JM. Hypnotic and antiepileptic effects of cannabidiol. J Clin Pharmacol. 1981;21(S1):417S-427S.
  13. Tzadok M., Uliel-Siboni S., Linder I. et al. CBD-enriched medical cannabis for intractable pediatric epilepsy: The current Israeli experience, Seizure, Volume 35, 2016, Pages 41-44, ISSN 1059-1311.
  14. Devinsky O, Marsh E, Friedman D, et al. Cannabidiol in patients with treatment-resistant epilepsy: an open-label interventional trial [published correction appears in Lancet Neurol. 2016 Apr;15(4):352]. Lancet Neurol. 2016;15(3):270-278.
  15. Crippa JA, Derenusson GN, Ferrari TB, et al. Neural basis of anxiolytic effects of cannabidiol (CBD) in generalized social anxiety disorder: a preliminary report. J Psychopharmacol. 2011;25(1):121-130.
  16. Pearson JM, Heilbronner SR, Barack DL, Hayden BY, Platt ML. Posterior cingulate cortex: adapting behavior to a changing world. Trends Cogn Sci. 2011;15(4):143-151.
  17. Zuardi AW, Cosme RA, Graeff FG, Guimarães FS. Effects of ipsapirone and cannabidiol on human experimental anxiety. J Psychopharmacol. 1993;7(1 Suppl):82-88.
  18. Bergamaschi MM, Queiroz RH, Chagas MH, et al. Cannabidiol reduces the anxiety induced by simulated public speaking in treatment-naïve social phobia patients. Neuropsychopharmacology. 2011;36(6):1219-1226.
  19. Schier AR, Ribeiro NP, Silva AC, et al. Cannabidiol, a Cannabis sativa constituent, as an anxiolytic drug. Braz J Psychiatry. 2012;34 Suppl 1:S104-S110.
  20. Morgan CJ, Das RK, Joye A, Curran HV, Kamboj SK. Cannabidiol reduces cigarette consumption in tobacco smokers: preliminary findings. Addict Behav. 2013;38(9):2433-2436.
  21. Booz GW. Cannabidiol as an emergent therapeutic strategy for lessening the impact of inflammation on oxidative stress. Free Radic Biol Med. 2011;51(5):1054-1061.
  22. Malfait AM, Gallily R, Sumariwalla PF, et al. The nonpsychoactive cannabis constituent cannabidiol is an oral anti-arthritic therapeutic in murine collagen-induced arthritis. Proc Natl Acad Sci U S A. 2000;97(17):9561-9566.
  23. Blake DR, Robson P, Ho M, Jubb RW, McCabe CS. Preliminary assessment of the efficacy, tolerability and safety of a cannabis-based medicine (Sativex) in the treatment of pain caused by rheumatoid arthritis. Rheumatology (Oxford). 2006;45(1):50-52.
  24. EA. Penner, H Buettner, MA. Mittleman, The Impact of Marijuana Use on Glucose, Insulin, and Insulin Resistance among US Adults, May 16, 2013.
  25. Weiss L, Zeira M, Reich S, et al. Cannabidiol arrests onset of autoimmune diabetes in NOD mice. Neuropharmacology. 2008;54(1):244-249.
  26. Weiss L, Zeira M, Reich S, et al. Cannabidiol lowers incidence of diabetes in non-obese diabetic mice. Autoimmunity. 2006;39(2):143-151.
  27. Consroe P, Sandyk R, Snider SR. Open label evaluation of cannabidiol in dystonic movement disorders. Int J Neurosci. 1986;30(4):277-282.
  28. Hampson AJ, Grimaldi M, Axelrod J, Wink D. Cannabidiol and (-)Delta9-tetrahydrocannabinol are neuroprotective antioxidants. Proc Natl Acad Sci U S A. 1998;95(14):8268-8273.
  29. El-Remessy AB, Khalil IE, Matragoon S, et al. Neuroprotective effect of (-)Delta9-tetrahydrocannabinol and cannabidiol in N-methyl-D-aspartate-induced retinal neurotoxicity: involvement of peroxynitrite. Am J Pathol. 2003;163(5):1997-2008.
  30. Iuvone T, Esposito G, Esposito R, Santamaria R, Di Rosa M, Izzo AA. Neuroprotective effect of cannabidiol, a non-psychoactive component from Cannabis sativa, on beta-amyloid-induced toxicity in PC12 cells. J Neurochem. 2004;89(1):134-141.
  31. Esposito G, De Filippis D, Carnuccio R, Izzo AA, Iuvone T. The marijuana component cannabidiol inhibits beta-amyloid-induced tau protein hyperphosphorylation through Wnt/beta-catenin pathway rescue in PC12 cells. J Mol Med (Berl). 2006;84(3):253-258.
  32. Cheng D, Spiro AS, Jenner AM, Garner B, Karl T. Long-term cannabidiol treatment prevents the development of social recognition memory deficits in Alzheimer’s disease transgenic mice. J Alzheimers Dis. 2014;42(4):1383-1396.
  33. Turner BJ, Talbot K. Transgenics, toxicity and therapeutics in rodent models of mutant SOD1-mediated familial ALS. Prog Neurobiol. 2008;85(1):94-134.
  34. Maroon J, Bost J. Review of the neurological benefits of phytocannabinoids. Surg Neurol Int. 2018;9:91. Published 2018 Apr 26.
  35. Collin C, Davies P, Mutiboko IK, Ratcliffe S; Sativex Spasticity in MS Study Group. Randomized controlled trial of cannabis-based medicine in spasticity caused by multiple sclerosis. Eur J Neurol. 2007;14(3):290-296.
  36. Russo EB, Guy GW, Robson PJ. Cannabis, pain, and sleep: lessons from therapeutic clinical trials of Sativex, a cannabis-based medicine. Chem Biodivers. 2007;4(8):1729-1743.
  37. Iskedjian M, Bereza B, Gordon A, et al. Meta-analysis of cannabis based treatments for neuropathic and multiple sclerosis-related pain. 2007. In: Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE): Quality-assessed Reviews [Internet]. York (UK): Centre for Reviews and Dissemination (UK); 1995-.
  38. Vaney C, Heinzel-Gutenbrunner M, Jobin P, et al. Efficacy, safety and tolerability of an orally administered cannabis extract in the treatment of spasticity in patients with multiple sclerosis: a randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. Mult Scler. 2004;10(4):417-424.
  39. Belendiuk KA, Babson KA, Vandrey R, Bonn-Miller MO. Cannabis species and cannabinoid concentration preference among sleep-disturbed medicinal cannabis users. Addict Behav. 2015;50:178-181.
  40. Babson KA, Sottile J, Morabito D. Cannabis, Cannabinoids, and Sleep: a Review of the Literature. Curr Psychiatry Rep. 2017;19(4):23.
  41. Schubart CD, Sommer IE, Fusar-Poli P, de Witte L, Kahn RS, Boks MP. Cannabidiol as a potential treatment for psychosis. Eur Neuropsychopharmacol. 2014;24(1):51-64.
  42. Batalla A, Janssen H, Gangadin SS, Bossong MG. The Potential of Cannabidiol as a Treatment for Psychosis and Addiction: Who Benefits Most? A Systematic Review. J Clin Med. 2019;8(7):1058. Published 2019 Jul 19.
  43. Zuardi AW, Crippa JA, Hallak JE, et al. A critical review of the antipsychotic effects of cannabidiol: 30 years of a translational investigation. Curr Pharm Des. 2012;18(32):5131-5140.
  44. Gururajan A, Malone DT. Does cannabidiol have a role in the treatment of schizophrenia?. Schizophr Res. 2016;176(2-3):281-290.
  45. Leweke FM, Piomelli D, Pahlisch F, et al. Cannabidiol enhances anandamide signaling and alleviates psychotic symptoms of schizophrenia. Transl Psychiatry. 2012;2(3):e94. Published 2012 Mar 20.
  46. Deiana S. Medical use of cannabis. Cannabidiol: a new light for schizophrenia?. Drug Test Anal. 2013;5(1):46-51.
  47. Oláh A, Szekanecz Z, Bíró T. Targeting Cannabinoid Signaling in the Immune System: « High »-ly Exciting Questions, Possibilities, and Challenges. Front Immunol. 2017;8:1487. Published 2017 Nov 10.
  48. Kozela E, Juknat A, Kaushansky N, Rimmerman N, Ben-Nun A, Vogel Z. Cannabinoids decrease the th17 inflammatory autoimmune phenotype. J Neuroimmune Pharmacol. 2013;8(5):1265-1276.
  49. Leonard Leinow et Juliana Birnbaum « CBD : A patient’s guide to medical cannabis » (Berkeley, CA: North Atlantic Books, 2017).
  50. Bergamaschi MM, Queiroz RH, Zuardi AW, Crippa JA. Safety and side effects of cannabidiol, a Cannabis sativa constituent. Curr Drug Saf. 2011;6(4):237-249.
  51. Jaeger W, Benet LZ, Bornheim LM. Inhibition of cyclosporine and tetrahydrocannabinol metabolism by cannabidiol in mouse and human microsomes. Xenobiotica. 1996;26(3):275-284.
  52. Jadoon KA, Tan GD, O’Sullivan SE. A single dose of cannabidiol reduces blood pressure in healthy volunteers in a randomized crossover study. JCI Insight. 2017;2(12):e93760. Published 2017 Jun 15.
  53. Stanley CP, Hind WH, O’Sullivan SE. Is the cardiovascular system a therapeutic target for cannabidiol?. Br J Clin Pharmacol. 2013;75(2):313-322.
  54. Bolognini D, Rock EM, Cluny NL, et al. Cannabidiolic acid prevents vomiting in Suncus murinus and nausea-induced behaviour in rats by enhancing 5-HT1A receptor activation. Br J Pharmacol. 2013;168(6):1456-1470.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

Note moyenne : 5 / 5. Votes : 2

Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

Merci de partager, votre aide est précieuse !

Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

MessengerWhatsAppLinkedInPinterest
Damien Le Moal

🌿 Fondateur de Mes Bienfaits

Après avoir été soigné par un remède naturel à base de plantes, au milieu de la forêt amazonienne, Damien prend conscience des puissantes vertus offertes par la nature. Désormais, il adopte une alimentation saine et un mode de vie simple qui le libèrent de la majorité des stress et des maux.

Grand passionné de santé et fasciné par les capacités de l’organisme humain, Damien analyse de nombreuses sources (ouvrages, études scientifiques, recommandations officielles…) pour présenter l'information la plus fiable possible, toujours entouré de son équipe de spécialistes.

🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

Découvrir nos guides santé

Pour continuer votre lecture, voici nos guides santé et bien-être les plus appréciés. Découvrez les bienfaits des plantes, remèdes et autres substances naturelles.

Plantes médicinales

Açaï - Acérola - Ail - Aloe vera - Artichaut - Ashwagandha - Astragale - Boswellia - Chardon-marie - Chia - Cordyceps - Cranberry - Curcuma - Échinacée - Éleuthérocoque - Fenugrec - Gattilier - Ginkgo biloba - Ginseng - Goji - Griffonia - Gymnema - Harpagophytum - Kernza - Klamath - Konjac - Kudzu - Luzerne - Maca - Millepertuis - Moringa - Mucuna - Ortie - Palmier nain - Reishi - Rhodiola - Safran - Spiruline - Thé vert - Thym - Tribulus - Valériane.

Remèdes naturels

Antidépresseurs naturels - Anti-inflammatoires naturels - Antihistaminiques naturels - Antispasmodiques naturels - Antivomitifs naturels - Anxiolytiques naturels - Aphtes - Aspirine naturelle - Constipation : remèdes naturels - Eczéma - Grippe - Laxatifs naturels - Nettoyer le foie - Nootropiques - Perméabilité intestinale (intestin qui fuit) - Plantes aphrodisiaques - Plantes diabète - Plantes digestion - Plantes immunitaires - Plantes migraine - Plantes pour dormir - Plantes pour maigrir - Réparation du cartilage - Rhume - Sarcopénie - Somnifères naturels - SOPK - Toux sèche.

Vitamines, minéraux et molécules

Acide hyaluronique - Berbérine - CBD - Charbon végétal - Coenzyme Q10 - Cycloastragenol - Cynarine - DHEA - Fibres - Magnésium - Mélatonine - Oméga-3 - Ptérostilbène - Quercétine - Resvératrol - Sérotonine - Taurine - Vitamine B12 - Vitamine C.

Vous appréciez notre site ?

🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.