Fer, l’oligo-élément essentiel à consommer avec précaution

5
(2)

Le fer est l’un des plus importants oligo-éléments pour l’organisme humain. Il est notamment essentiel au transport de l’oxygène via les globules rouges. À ce titre, la quantité de fer contenue dans le corps d’un adulte se situe entre 3 et 5 g, dont la plupart est présente dans l’hémoglobine [1]. Cet oligo-élément n’est pas synthétisé par l’organisme, un apport alimentaire est donc nécessaire pour éviter toute carence. Et nous verrons que nous sommes nombreux à souffrir d’un manque de fer dont les conséquences peuvent être graves.

Dans ce guide, nous expliquons en détail, études scientifiques à l’appui, l’ensemble des rôles et bienfaits du fer sur l’organisme. Nous présentons également les symptômes causés par une carence en fer, les dosages recommandés, les meilleures sources de fer, les associations avec d’autres molécules et le rôle primordial de la ferritine.

En outre, vous découvrirez que le fer peut se révéler dangereux s’il n’est pas ingéré comme il faut. Il est donc nécessaire de distinguer les bonnes sources des mauvaises. Certains compléments alimentaires, certaines associations et certaines pratiques sont à proscrire. Sinon, gare aux carences (mauvaise assimilation) et aux effets indésirables (toxicité).

Si jamais vous avez encore une interrogation après la lecture de ce guide, nous répondons à de nombreuses questions dans la partie « Foire Aux Questions (FAQ) ».

Bonne lecture !

Plusieurs aliments riches en fer (lentilles, abats, épinards, amandes, grenades, etc.) sur une table

Qu’est-ce que le fer ?

Le fer est un élément essentiel au bon fonctionnement des organes de notre corps. Que ce soit pour la production des globules rouges, le transport et le stockage de l’oxygène ou la production d’énergie (ATP) dans le cœur et les muscles, le fer, dont le symbole chimique est Fe, est l’un des plus importants oligo-éléments dont notre corps a besoin. Un déséquilibre des niveaux de fer, que ce soit une carence ou un excès, dans le sang peut être à l’origine de plusieurs troubles et maladies.

Un apport alimentaire quotidien est donc important car non seulement le corps n’en fabrique pas mais aussi pour compenser les pertes quotidiennes à travers la transpiration ou pendant les règles chez les femmes. Dans certains cas, cet apport peut être insuffisant, ce qui rend nécessaire une supplémentation via des compléments alimentaires.

Métabolisme du fer : comment est-il stocké, transporté et absorbé par notre organisme ?

Dans le corps humain, le fer existe sous des formes complexes liées à des protéines (composés héminiques) comme l’hémoglobine et la myoglobine ou non héminiques comme la ferritine.
Étant donné que le fer est nécessaire à divers métabolismes cellulaires, un équilibre permanent et constant entre son stockage, son absorption, son transport et son utilisation est nécessaire pour maintenir son homéostasie [1]. Cet équilibre est principalement régulé au point d’absorption car il n’existe pas de mécanisme défini pour l’excrétion du fer [2].Symbole chimique du fer

La régulation du fer est contrôlée par une hormone sécrétée par le foie appelée l’hepcidine. Lorsque les réserves sont suffisantes, l’hepcidine inhibe l’absorption de fer alimentaire au niveau intestinal ce qui réduit les niveaux sanguins de ce dernier [3].

Stockage du fer

Le foie est l’organe qui a la plus grande capacité de stockage de fer [4]. Il est également le siège de la synthèse de l’hepcidine et de la plupart des protéines nécessaires au métabolisme du fer comme la ferritine et la céruloplasmine.

Le stockage du fer dans l’organisme se fait grâce à la principale protéine de stockage, la ferritine, un complexe protéique. Elle stocke le fer sous une forme soluble et le transporte dans les zones tissulaires où le fer est nécessaire [4]. Par ailleurs, l’hémosidérine, une forme dégradée de la ferritine, joue aussi un rôle de stockage insoluble de fer dont la biodisponibilité est plus lente que la ferritine [1].

Absorption du fer

En fonction des besoins de l’organisme, la paroi duodénale (intestin grêle) régule l’absorption du fer [2]. À ce titre, on peut classer le fer en deux types, en fonction de son origine et de son absorption :

  • Fer héminique (fer ferreux – Fe2+) : il s’agit du fer d’origine animale lié à l’hémoglobine et la myoglobine et directement absorbé par les cellules intestinales. L’absorption du fer héminique est bonne car indépendante des facteurs alimentaires, de l’acidité gastrique et des inhibiteurs de l’absorption du fer comme, par exemple, l’acide phytique [5]. L’absorption du fer se situe entre 14 et 18 % pour les régimes mixtes [6].
  • Fer non héminique (fer ferrique – Fe3+) : il s’agit du fer d’origine végétale, plus difficile à absorber que le fer héminique. En effet, l’intestin ne peut absorber que la forme ferreuse. Le fer ferrique ingéré via les végétaux est solubilisé et ionisé par l’acide gastrique et réduit en une forme ferreuse. C’est donc grâce à l’acide gastrique, qu’une réaction enzymatique se réalise permettant de transformer cette forme ferrique en forme ferreuse et donc au fer d’être absorbé [7]. L’absorption du fer se situe entre 5 à 12 % pour les régimes végétariens [6].

Bilan martial : pourquoi et comment mesurer le fer

Lorsque le médecin soupçonne une carence ou un excès de fer dans l’organisme, un état inflammatoire ou pour tout simplement vérifier votre état nutritionnel, certaines analyses peuvent être prescrites appelées bilan martial qui consiste en :

  • Dosage du fer sérique : permet de mesurer la concentration du fer dans le sang (d’où son nom sérique). Seul, il ne permet pas de réaliser un diagnostic précis. Il est donc nécessaire de réaliser d’autres analyses.
  • Dosage de la ferritine sérique : il s’agit d’un des dosages les plus prescrits et demandés par le médecin. Permet de mesurer la quantité de fer stockée ou mise en réserve par l’organisme.
  • Capacité totale de fixation en fer de la transferrine (CFTF) : permet d’évaluer la quantité totale de fer transportée dans le sang par la transferrine. La transferrine est une protéine dont le rôle est le transport du fer non héminique.
  • Coefficient de saturation en fer de la transferrine : il s’agit du rapport fer sérique sur la capacité de fixation : fer sérique / CFTF.

Différences entre ferritine et fer

Le taux de fer est la quantité de fer qui circule dans le sang alors que la ferritine, est une protéine qui stocke le fer et le libère dans le cas où l’organisme en a besoin. Le taux de ferritine indique la quantité de fer qui est en réserve dans l’organisme.

Comment interpréter les résultats d’un bilan martial ?

💉 Le taux normal de fer dans le sang est compris entre 70 et 195 μg / dl chez les hommes et de 40 et 195 μg / dl chez les femmes.

Réalisée seule, l’analyse du taux de fer dans le sang ne peut pas établir un diagnostic et nécessite d’autres analyses. À ce titre, l’analyse de la ferritine sérique est souvent recommandée.

👉 Ainsi, l’OMS [8] estime qu’un taux normal de ferritine sérique doit être :

  • supérieur à 15 μg / ml chez les adultes ;
  • supérieur à 12 μg / ml chez les enfants.

Au-dessous de ces valeurs, une carence en fer est suspectée.

D’autre part, la CFTF est mesurée pour diagnostiquer une anémie ferriprive si elle est au-dessous de ses valeurs normales de 250 à 450 µg / dL.

Le taux normal du coefficient de saturation en fer de la transferrine, quant à lui, varie entre 15 et 55 %.

Carence en fer (anémie ferriprive)

Une anémie ferriprive (aussi appelée anémie par carence martiale) est le résultat d’une carence en fer. Selon des chiffres de l’OMS [9], elle touche près de 2 milliards de personnes dans le monde soit près de 30 % de la population mondiale. Elle est considérée comme la seule carence en nutriments des pays développés.

Cette carence en fer peut provoquer une anémie caractérisée par une ferritine basse, la diminution du nombre de globules rouges et la diminution de la concentration en hémoglobine [10].

😟 Ses symptômes principaux sont : fatigue, pâleur, vertiges, faiblesse après s’être levé d’une chaise, essoufflement, insuffisance cardiaque, retard de croissance, perte d’appétit et irritabilité [10].

Les enfants et les femmes sont les personnes les plus à risque.

Excès en fer

Un excès de fer ou une hyperferritinémie est caractérisée par une ferritine haute et peut être dangereuse pour la santé. Cependant, dans certains cas, une analyse qui révèle un niveau de fer supérieur à la normale peut être anodine. Un avis d’un professionnel de la santé est donc nécessaire car lui seul peut évaluer et interpréter ces valeurs.

Les causes principales d’un excès de fer dans l’organisme sont :

  • L’empoisonnement aigu au fer (principale cause d’empoisonnement chez les enfants dû à la surconsommation de comprimés à base de fer) ;
  • La surcharge chronique de fer : peut être causée par l’alcoolisme, des transfusions régulières, une cirrhose, une hémochromatose, ou une thalassémie.

Un excès en fer peut passer inaperçu et les symptômes s’ils ne sont pas dû à un empoisonnement aigu sont généralement peu prononcés. Une fatigue et un essoufflement sont les principaux symptômes d’une hyperferritinémie. En cas d’empoisonnement aigu, les symptômes sont plus graves : d’abord une gastro-entérite aiguë, une accalmie, puis un choc et une insuffisance hépatique.

Comment faire baisser son taux de fer naturellement ?

En cas d’hyperferritinémie, il existe des solutions naturelles pour faire baisser son taux de fer naturellement. En voici quelques unes :

  • Réduire sa consommation de sources de fer héminique (viandes rouges, abats, etc.) ;
  • Favoriser la consommation des protéines du lait et des œufs ;
  • Avoir une activité physique régulière ;
  • Éviter la consommation d’alcool ;
  • Faire don de son sang régulièrement.

Toutefois, seul votre médecin ou un professionnel de santé peut définir une stratégie thérapeutique qui permet de réduire le taux de fer dans votre sang et il ne faut jamais remplacer les recommandations de vos médecins avec les exemples ci-dessus.

En effet, rappelez-vous que celui-ci est indispensable à votre santé. Ainsi, si vous réduisez trop fortement votre taux de fer, vous ne profiterez plus de ses bienfaits.

Bienfaits, effets et vertus du fer

Le fer fait partie des oligo-éléments essentiels et indispensables pour le bon fonctionnement de la plupart des organes. Il intervient dans une multitude de processus métaboliques comme la production d’énergie et le transport de l’oxygène. Mais pas seulement.

Le fer fait l’objet d’un intérêt scientifique accru en raison de ses divers bienfaits et vertus pour la santé. Très reconnu par la communauté scientifique, il a fait l’objet de centaines d’études, d’essais et de recherches cliniques. Dans cette section, vous découvrirez d’abord l’ensemble des indications du fer. Par la suite, nous allons les expliquer en les étayant avec des études et des recherches cliniques.

Aperçu des bienfaits

Favorise la fonction cognitive et son développement

  • Améliore les fonctions cognitives
  • Réduit le risque de TDAH
  • Réduit le risque de trouble de l’autisme
  • Joue un rôle dans le développement cérébral et la production de neurotransmetteurs

Améliore la santé des femmes

  • Prévient les risques d’anémie par carence en fer chez la femme enceinte
  • Réduit le risque du syndrome prémenstruel

Lutte contre l’anxiété

  • Lutte contre l’anxiété et la baisse des performances physiques

Lutte contre la fatigue

  • Réduit la fatigue et améliore la qualité de vie

Régule l’humeur et le comportement

  • Régule l’humeur
  • Améliore les troubles bipolaires et les tics nerveux

Contribue au bon fonctionnement du système immunitaire

  • Favorise la production des cellules immunitaires et des cytokines
  • Intervient dans la réponse immunitaire
  • Aide à lutter contre les infections bactériennes et parasitaires

Lutte contre les maladies auto-immunes et inflammatoires

  • Lutte contre l’inflammation et les maladies auto-immunes (lupus, polyarthrite rhumatoïde)
  • Réduit la sévérité des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde

Améliore la santé cardiovasculaire

  • Améliore les symptômes de l’insuffisance cardiaque
  • Améliore la qualité de vie et réduit le risque d’hospitalisation des insuffisants cardiaques
  • Réduit le risque d’augmentation du poids et de la taille du cœur
  • Réduit les risques d’AVC ischémique

Participe à la santé de la peau

  • Possède un rôle bénéfique contre les coups de soleil, la porphyrie et le cancer de la peau
  • Favorise une meilleure santé de la peau, des cheveux et des ongles

Favorise la fonction thyroïdienne

  • Améliore et favorise la fonction thyroïdienne
  • Réduit le risque d’une hypothyroïdie

Permet de maintenir une bonne température corporelle

  • Permet le maintien d’une bonne température corporelle (thermorégulation)

Favorise les performances physiques

  • Améliore les performances physiques
  • Réduit la fatigue
  • Évite le risque d’une diminution de l’apport en oxygène aux muscles et au cœur

Favorise la santé respiratoire

  • Favorise une bonne santé respiratoire
  • Réduit le risque de l’aggravation des symptômes de la MPOC
  • Lutte contre l’essoufflement et les troubles de la pression artérielle pulmonaire dans le cas de la MPOC

Participe à la santé des cheveux

  • Aide à réduire la chute de cheveux
  • Favorise la repousse des cheveux

Réduit le syndrome des jambes sans repos (SJSR)

  • Améliore la qualité de vie des patients atteints de SJSR
  • Réduit la sévérité des symptômes.
Complément alimentaire de fer végétal (à base de feuilles de curry, kaloupilé) On voit la boite, des gélules et des feuilles de curry sur fond blanc. Vous êtes nombreux à nous demander où acheter un complément alimentaire sans fer libre. Nous vous suggérons ce produit : voir le produit car nous sommes convaincus de sa qualité. Il s’agit d’un extrait de feuilles de curry (Murraya koenigii (L.) titré en fer végétal (14 mg, soit 100 % des apports recommandés). Les analyses des pesticides et métaux lourds sont conformes au règlement européen.

💡 Si vous vous demandez pourquoi nous avons choisi de recommander du fer végétal, nous avons rédigé toute une partie plus loin dans l’article (Pourquoi est-il vital de bien choisir un complément alimentaire à base de fer ?) qui explique pourquoi la majorité des compléments alimentaires à base de fer sont hautement toxiques pour votre santé et celui-ci, non.

Détails des bienfaits

Favorise la fonction cognitive et son développement

Une supplémentation en fer améliore les fonctions cognitives. C’est ce qui ressort de la plupart des recherches réalisées à cet effet. À ce titre, plusieurs études ont cité l’effet d’une carence en fer sur le développement psychomoteur et des fonctions cognitives [11].

Cerveau dessiné au dessus d'une main.Des études expérimentales ont révélé qu’une carence en fer peut provoquer des troubles cognitifs avec des lésions mitochondriales cérébrales [12]. Parmi ces troubles cognitifs liés à une carence en fer, on peut citer :

  • une diminution de l’attention et de la concentration ;
  • un trouble des fonctions des perceptions sensorielles.

En résumé, le fer est essentiel pour le développement et la santé du cerveau [13, 14] car il joue un rôle dans :

  • le développement cérébral et neurologique ;
  • la production de neurotransmetteurs ;
  • la myélinisation des cellules nerveuses.

D’autre part, il existe une corrélation significative entre une carence en fer et le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) [15]. Des niveaux bas de fer et de ferritine ont été associés non seulement à des risques plus élevés d’hyperactivité chez les enfants atteints de TDAH [16] mais aussi à des symptômes plus sévères [17].

De plus, un apport supplémentaire en fer chez la mère réduit le risque du trouble du spectre autistique (TSA). C’est le résultat d’une étude [18] qui suggère de clarifier la dose exacte de fer à prendre pendant la grossesse et d’affiner les stratégies de prévention des TSA grâce à un apport supplémentaire en fer.

Dans le même sens, une carence en fer et l’anémie sont prévalentes chez les enfants atteints d’autisme [19]. Enfin, les chercheurs estiment que la carence en fer peut contribuer aux troubles de l’apprentissage et du comportement chez les enfants atteints d’autisme [20].

Améliore la santé des femmes et des bébés

Les femmes en âge de procréer courent un risque particulier de carence en fer car elles peuvent en perdre de quantités importantes avec la perte de sang menstruel [21].

Chez la femme enceinte, une supplémentation en fer peut prévenir les risques d’une anémie ferriprive. Il faut savoir que les femmes enceintes sont plus à risque de développer une anémie par carence en fer [22] car les besoins de la maman augmentent pendant la grossesse en plus des besoins du bébé. Toutefois, cette supplémentation ne doit être réalisée que si l’anémie est avérée et confirmée par un bilan sanguin prescrit par le médecin.

Un petit bébé qui sourit en regardant l'objectif. Il est couché sans vêtement sur une couverture blanche.D’après certaines études, il existe une relation entre une carence en fer et le risque de décès fœtal, l’accouchement prématuré et un faible poids du bébé à la naissance [23].

D’autre part, dans une étude prospective [24], il a été constaté qu’un apport élevé en fer non héminique était associé à un risque plus faible du syndrome prémenstruel. De plus, il a été constaté que les symptômes du SPM sont moins sévères chez les femmes non anémiques par rapport aux femmes souffrant d’anémie ferriprive [25].

Lutte contre l’anxiété

Une association entre une anémie par carence en fer et l’anxiété a été démontrée chez l’homme et la femme [26]. En effet, des études suggèrent qu’une carence en fer peut altérer la neurotransmission de la dopamine. Cette altération est responsable de l’anxiété et de la baisse des performances physiques [27].

Lutte contre la fatigue

La carence en fer peut être responsable de la fatigue et de la baisse de la qualité de vie. En effet, certaines recherches suggèrent qu’une carence en fer est responsable de la fatigue même si elle n’est pas associée à l’anémie [28].

Dans une étude, une supplémentation en fer pendant 12 semaines a réduit de 50 % la fatigue chez des femmes pendant leurs règles et carencées en fer [29].

Régule l’humeur et le comportement

Une femme métisse fait de la méditation dans son appartement ur un tapis au sol. Elle a les jambes qui se croisent et la tête haute.Le fer peut réguler et améliorer l’humeur et peut lutter contre les troubles du comportement. En effet, une carence en fer peut provoquer des sautes d’humeur, un des facteurs clés de la progression de la maladie du trouble bipolaire [30, 31].

Une autre étude clinique suggère que le trouble bipolaire est plus répandu chez les filles et adolescentes atteintes d’anémie par carence en fer [26].

D’autre part, les résultats de plusieurs études suggèrent qu’il existe un lien entre l’anémie ferriprive chez la femme et les tics nerveux [32]. À ce titre, une étude a révélé que les taux de fer sérique et de ferritine étaient considérablement bas chez des enfants atteints du syndrome de la Tourette [33].

Contribue au bon fonctionnement du système immunitaire

Le fer joue un rôle considérable pour le fonctionnement normal du système immunitaire et pour la résistance aux infections. En effet, on compte, parmi ses principaux rôles dans l’immunité [34] :

  • la production des cellules immunitaires ;
  • la production des cytokines ;
  • la réponse immunitaire ;
  • la génération des dérivés réactifs de l’oxygène (DRO) pour neutraliser les agents pathogènes.

Par ailleurs, la carence en fer est souvent associée à l’infection à Helicobacter pylori chez les enfants. En effet, d’après une étude, elle est 40 % plus fréquente chez les enfants infectés par Helicobacter pylori que chez les enfants en bonne santé [35]. Les saignements intestinaux et la compétition bactérienne causés par l’infection sont en partie responsables de cette carence [36].

D’autre part, l’infection parasitaire est généralement responsable de la carence en fer par perte de sang chronique [37].

Lutte contre les maladies auto-immunes et inflammatoires

Lors d’une maladie auto-immune, l’inflammation chronique provoque une carence en fer [38]. En effet, les réserves en fer sont mobilisées par les cytokines inflammatoires au niveau des cellules immunitaires ce qui réduit le fer disponible pour d’autres processus métaboliques comme la production de cellules sanguines. De plus, l’inflammation chronique réduit l’absorption intestinale du fer [39]. Dans ce cas, une supplémentation en fer pourrait être envisagée pour lutter contre l’inflammation chronique et les maladies auto-immunes.

Femme de dos qui se tient l'épaule avec la main. La zone est en rouge pour indiquer une douleur, une inflammation de l'articulation.À ce titre, il est suggéré qu’une supplémentation en fer peut réduire la sévérité des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde notamment la sensibilité des articulations [40]. D’autre part, des études révèlent que 30 à 60 % de personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde souffrent d’une carence martiale [41].

Par ailleurs, la carence en fer est également fréquente chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminé en raison de l’augmentation des pertes sanguines intestinales et menstruelles [42].

De plus, la carence en fer et l’anémie contribuent au développement de la maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) [43] alors que des études suggèrent que 40 à 60 % des patients atteints de MICI ont une carence en fer [44]. L’anémie est dans ce cas causée par une perte de sang au niveau de l’intestin et une malabsorption du fer en raison de l’inflammation intestinale.

La maladie cœliaque est également accompagnée d’une anémie ferriprive en raison de la malabsorption du fer au niveau intestinal [45].

Enfin, un manque de fer dans l’organisme est aussi associé à la gastrite auto-immune chez l’enfant et l’adulte, d’après les résultats d’une recherche [46].

Améliore la santé cardiovasculaire

Le fer possède aussi des bienfaits dans l’amélioration de la santé cardiovasculaire. En effet, une supplémentation intraveineuse améliore les symptômes, la qualité de vie et diminue le risque d’hospitalisation des patients atteints d’insuffisance cardiaque [47].

Selon des études, il existe une relation entre la carence en fer et les maladies cardiaques [48]. Les recherches estiment que la carence en fer est observée chez 20 % de patients atteints d’insuffisance cardiaque [49]. Cette carence semble être la cause de l’altération de la qualité de vie, de la réduction de la capacité d’exercice et d’un risque d’hospitalisation élevé [50]. D’autre part, l’hypothèse du risque d’augmentation du poids et de la taille du cœur chez les personnes carencées en fer a été avancée par des chercheurs [51].

Gros plan sur la poitrine d'un homme en chemise bleue. Il pose sa main sur son cœur et semble avoir un problème cardiovasculaire car sa main est crispée.En se basant sur ces recherches et suggestions, la Société Européenne de Cardiologie recommande une évaluation du statut en fer chez tous les suspects d’insuffisance cardiaque [52].

Cependant, même un excès de fer peut être nocif pour la santé cardiovasculaire. L’accumulation de fer dans le cœur peut provoquer des arythmies et entraîner une insuffisance cardiaque [53].

D’autre part, il existe une association entre l’accident vasculaire cérébral ischémique (AVC) et l’anémie ferriprive (anémie par carence en fer) [54]. La carence en fer est associée à des niveaux anormaux de plaquettes (thrombocytose), ce qui peut augmenter le risque d’AVC [55].

Participe à la santé de la peau

Le fer est un élément essentiel pour une meilleure santé de la peau, des cheveux et des ongles ainsi que pour la synthèse du collagène. L’un des signes les plus présents lors d’une carence en fer comprend des troubles de la peau comme la pâleur, les démangeaisons, les infections cutanées comme les candidoses ainsi que la fragilité des ongles et des cheveux [56].

D’autre part, d’après des recherches, une carence en fer entraîne une diminution de la synthèse du collagène et une mauvaise cicatrisation des plaies [57].

De plus, certains résultats d’études suggèrent le rôle bénéfique du fer lors des coups de soleil, de la porphyrie, de l’inflammation et du cancer de la peau [58, 59].

Favorise la fonction thyroïdienne

Une carence en fer peut avoir des conséquences néfastes sur la fonction thyroïdienne. En effet, d’après des recherches, un apport supplémentaire en fer associé à de l’iode améliore la fonction thyroïdienne par rapport à l’iode seul [60].

D’autre part, une carence en fer diminue la fonction de la peroxydase thyroïdienne, une enzyme essentielle dans la production des hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne une hypothyroïdie [61].
Ces résultats suggèrent l’efficacité d’une supplémentation en fer pour favoriser la fonction thyroïdienne.

Permet de maintenir une bonne température corporelle

En réponse au froid, les personnes carencées en fer ont une capacité réduite à maintenir leur température corporelle [62]. Ces résultats d’une étude démontrent le rôle du fer dans la thermorégulation.

Une autre étude a révélé que malgré un apport considérable en oxygène, la température corporelle est restée basse chez les personnes souffrant de carence martiale [63].

Favorise les performances physiques

Femme heureuse debout sur un rocher, les bras levés face à la nature montagneuse et au ciel dégagé.Le fer est l’un des éléments clés pour une meilleure performance physique. Autrement dit, un manque de fer dans le corps peut être une des causes de la baisse des performances physiques. En effet, une carence martiale peut entraîner une diminution de l’absorption et de l’utilisation de l’oxygène par les muscles et donc la diminution de la myoglobine [64, 65]. Ainsi, l’apport en oxygène au niveau du cœur et des muscles se trouve diminué ce qui provoque une fatigue et une diminution de la performance physique [64].

À ce titre, des études ont confirmé le rôle et les bienfaits du fer pour améliorer les performance chez des hommes anémiques et chez des femmes dans la même condition [66].

Favorise la santé respiratoire

Le fer semble favoriser une bonne santé respiratoire. En effet, une étude a permis de démontrer l’association entre la carence en fer et l’aggravation des symptômes de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) dont une moindre tolérance à l’effort physique [67].

Ainsi, le traitement de la carence en fer et de l’anémie ferriprive peut améliorer les symptômes et notamment traiter l’essoufflement ainsi que la pression artérielle pulmonaire [68].

D’autre part, une supplémentation en fer peut diminuer la toux induite par les inhibiteurs de l’ECA (enzyme de conversion de l’angiotensine) [69].

Participe à la santé des cheveux

Le fer est un oligo-élément essentiel à la croissance du cheveu. En effet, les cellules du follicule pileux sont très sensibles à une diminution des apports en fer [70]. Selon une étude, 72 % de femmes souffrant de perte de cheveux ont des taux de ferritine sérique inférieurs à la normale [71].

Une femme avec une très belle peau regarde vers le haut. On aperçoit des arbres derrière ellePour y remédier, une supplémentation en fer semble être la solution. Car selon les résultats d’un essai clinique, un apport en fer peut aider à réduire la chute de cheveux [72]. Une étude réalisée sur 18 femmes a révélé qu’une supplémentation en fer a permis aux cheveux de repousser à 100 % alors que la chute est réapparue dès l’arrêt de la thérapie [70].

Réduit le syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) ou la maladie de Willis Ekbom est une maladie caractérisée par une sensation désagréable au niveau des membres inférieurs qui consiste en des fourmillements et l’impatience de bouger les jambes pour se procurer un sentiment de soulagement transitoire.

Certaines recherches révèlent que le syndrome est 4 à 5 fois plus fréquent chez les personnes carencées en fer [73]. En plus, la sévérité des symptômes du SJSR est associée à un faible niveau de ferritine dans le sang [74].

Cette association semble être liée au fait que la carence en fer altère la production normale du neurotransmetteur dopamine [75]. Le traitement du SJSR comprend notamment une supplémentation en fer [76] car ce dernier améliore la qualité de vie des patients atteints de ce syndrome [77].

Conditionnement du fer sur le marché

Dans le cas d’une carence en fer, en plus des apports alimentaires, une supplémentation temporaire peut être une solution recommandable. Sur le marché, on peut trouver différentes formes galéniques du fer et qui varient en fonction de la teneur. À ce titre, voici quelques exemples de conditionnements du fer sur le marché :

  • comprimés ;
  • gélules ;
  • poudre ;
  • ampoules ;
  • sirop ;
  • sous forme liquide (gouttes) ;
  • perfusion.

Ils contiennent d’ailleurs différentes formes de fer : sulfate ferreux, gluconate ferreux, fumarate ferreux, fer chélaté, bisglycinate de fer, etc.

🔥 Mais, nous allons vous dévoiler immédiatement pourquoi nous ne recommandons pas de consommer les compléments alimentaires à base de fer et surtout pas sur le long terme. Ces derniers pourraient vous causer plus de tort que de bien si vous les choisissez mal.

Pourquoi est-il vital de bien choisir un complément alimentaire à base de fer ?

Le fer est indispensable à notre organisme, à condition qu’il soit de qualité. À ce propos, il est important de savoir que presque tous les compléments alimentaires à base de fer que l’on retrouve sur le marché sont nocifs. En effet, dans notre organisme, le fer se retrouve emprisonné dans des protéines (l’hémoglobine, la transferrine ou la ferritine) tandis que dans les compléments alimentaires, le fer est libre. Or, le fer libre est hautement toxique pour nos cellules.

Comment cela est-il possible ? C’est assez simple. Notre corps contient naturellement du peroxyde d’hydrogène, également appelé eau oxygénée. En effet, le peroxyde d’hydrogène est une molécule omniprésente que nous exhalons, excrétons et absorbons de l’alimentation [78]. Par ailleurs, il est produit lors de la respiration cellulaire au niveau des mitochondries, c’est-à-dire pour la production d’énergie [79]. Le problème est que lorsque le fer libre rencontre le peroxyde d’hydrogène, une réaction chimique se produit (réaction de fenton), créant ainsi l’oxydant le plus toxique pour notre organisme, du radical hydroxyle [80].

Le radical hydroxyle est l’oxydant le plus puissant connu dans l’organisme humain et malheureusement le plus toxique. Il endommage notre ADN [81] et est notamment lié aux maladies dégénératives telles que l’athérosclérose, le cancer, le diabète et certains troubles neurologiques (Parkinson, Huntington, Alzheimer) [80, 82, 83].

À ce titre, de nombreuses études scientifiques ont été réalisées pour prouver que la consommation de compléments alimentaires à base de fer est plus nocive que bonne pour le corps humain. Aux États-Unis, une étude réalisée sur 40 000 femmes pendant 20 ans a d’ailleurs montré que les femmes ayant consommé du fer en complément alimentaire avaient un taux de mortalité plus élevé que celles qui n’en avaient pas consommé [84].

En Angleterre, d’autres chercheurs ont voulu tester la toxicité du fer libre à petite dose sur notre ADN et il s’avère qu’une micro dose de 10 μg provoque des dommages à l’ADN humain en 1 heure [85]. Toujours en Angleterre, d’autres chercheurs ont également fait la découverte que le citrate ferrique et le chélate de fer, deux formes souvent utilisées dans les compléments alimentaires à base de fer, ont provoqué une augmentation des niveaux cellulaires d’amphiréguline, un biomarqueur du cancer de colon. C’était le cas même à faibles doses.

Enfin, une dernière étude a prouvé que l’association fer + vitamine C, souvent proposée pour accroître l’absorption du fer, ne fait qu’augmenter sa toxicité, augmentant l’effet pro-oxydant du fer dans notre organisme [86].

⚠️ En résumé, le fer est indispensable au fonctionnement de notre corps mais les compléments alimentaires sont hautement toxiques pour ce dernier et doivent être évités.

Comment traiter une carence en fer dans ce cas ?

La meilleure option est d’augmenter sa consommation de sources alimentaires riches en fer. Pour cela, vous trouverez un tableau, plus bas dans cet article qui liste les meilleures sources de fer d’origine animale et végétale. Vous apprendrez également pourquoi le fer présent dans la viande est nocif (notamment associé au cancer du côlon, aux AVC et à la maladie coronarienne) et comment faire pour avoir suffisamment d’apport en fer sans mettre votre santé en danger. Par ailleurs, vous apprendrez à consommer les aliments riches en fer de la bonne façon afin d’optimiser son absorption.

En attendant, si vous souffrez d’anémie ou de carence en fer, et que vous souhaitez vous supplémenter, vous pouvez consommer des compléments alimentaires à base de fer végétal. Même si le fer végétal, dit non héminique, est moins assimilable que le fer héminique, celui-ci est bien meilleur pour la santé (plus de détails en lisant la suite de l’article). Pour faciliter son absorption, il peut être utile d’avaler le comprimé avec de l’eau dans laquelle vous ajoutez du jus de citron ou d’orange, par exemple. En effet, la vitamine C permet au fer d’être assimilé jusqu’à 6 fois mieux [82].

Complément alimentaire de fer végétal (à base de feuilles de curry, kaloupilé) On voit la boite, des gélules et des feuilles de curry sur fond blanc. Vous êtes nombreux à nous demander où acheter un complément alimentaire sans fer libre. Nous vous suggérons ce produit : voir le produit car nous sommes convaincus de sa qualité. Il s’agit d’un extrait de feuilles de curry (Murraya koenigii (L.) titré en fer végétal (14 mg, soit 100 % des apports recommandés). Les analyses des pesticides et métaux lourds sont conformes au règlement européen.

Pour nous, c’est la meilleure option sur le marché, le meilleur rapport qualité / prix. Nous avons d’ailleurs des retours très positifs à son sujet. Nous sommes ravis de savoir que vous allez mieux grâce à nos conseils, alors continuez à nous contacter pour nous donner votre ressenti. Évidemment vous pouvez choisir un autre produit si vous le souhaitez mais attention les produits ne se valent pas tous, il est important de vérifier les critères mentionnés ci-dessus.

👉 En utilisant le code promo « MESBIENFAITS10» lors de votre commande, vous obtenez 10 % de réduction sur tous les produits du site marchand. Par ailleurs, vous nous aidez à faire vivre notre site internet lorsque vous passez par nos pages avant d’acheter. Merci beaucoup ! Ainsi, nous pouvons continuer à vous offrir des articles de qualité.

Une fois que votre carence est traitée et que vos taux sont revenus à la normale, nous vous recommandons de favoriser une alimentation riche en fer, notamment végétale, car c’est pour nous la meilleure façon de maintenir une bonne santé.

Sources alimentaires du fer

La meilleure stratégie pour améliorer ses taux de fer reste d’optimiser son alimentation. Les aliments qui contiennent des concentrations relativement élevées de fer comprennent les algues, la viande rouge, les crustacés, les céréales, les légumineuses, les oléagineux, les jaunes d’œufs, les légumes verts et les pommes de terre. Mais tous les aliments ne se valent pas.

Augmenter le fer grâce à l’alimentation mais pas forcément grâce à la viande

Contrairement au fer retrouvé dans les compléments alimentaires, le fer ferreux (héminique) que l’on retrouve dans la viande animale n’est pas libre. Emprisonné dans l’hémoglobine, il est donc moins nocif que celui des compléments alimentaires. À ce titre, la consommation de viande rouge est souvent recommandée pour augmenter les taux de fer au regard de son absorption élevée. Toutefois, saviez-vous que de nombreuses études se sont également penchées sur le fer alimentaire d’origine animale, et que sa consommation a été associée à de nombreux cancers et problèmes de santé ? En effet, des preuves épidémiologiques et expérimentales soutiennent l’hypothèse que le fer héminique présent dans la viande favorise le cancer colorectal. De nombreuses études réalisées sur plus de 500 000 personnes ont notamment confirmé cette théorie concernant le cancer du côlon [87, 88].

Une autre étude réalisée sur 38 859 hommes, âgés de 45 à 79 ans, qui n’avaient aucun antécédent d’accident vasculaire cérébral, de maladie coronarienne ou de cancer au départ, a également permis de démontrer que la consommation de viande rouge augmente le risque d’AVC, dû à la consommation de fer héminique [89].

Enfin, une méta-analyse compilant les résultats de six études réalisées sur plus de 130 000 personnes a pointé du doigt le lien entre la consommation de fer d’origine animale et un risque accru de maladie coronarienne [90].

Le fer végétal, la meilleure alternative ?

Au début de cet article, nous vous disions que le fer végétal contrairement au fer d’origine animale est peu assimilable par le corps humain car il se trouve sous forme ferrique alors que c’est la forme ferreuse qui est absorbée par les intestins.

Nous vous avons expliqué que c’est notamment grâce à l’acide gastrique que celui-ci est transformé en fer ferreux et qu’il peut donc être assimilé. Cette information est essentielle car c’est justement cette transformation du fer qui l’empêche de passer brusquement dans le sang et de devenir toxique. Ce qui est également intéressant c’est de savoir que la vitamine C aide le fer à se transformer et donc à être mieux assimilé (jusqu’à 6 fois mieux) sans aucun danger pour la santé, contrairement au fer libre des compléments alimentaires.

Toutefois, il est important de savoir que certaines molécules diminuent fortement son absorption. Il s’agit notamment :

  • des phytates (acide phytique) présents dans les grains entiers et les légumineuses [91] ;
  • du calcium présent dans les laitages [92] ;
  • des polyphénols ou tanins notamment présents dans le café [93], le thé noir, le vin rouge, le cacao, les tisanes de camomille, fleur de tilleul, menthe ou verveine [94].

✅ Pour augmenter les taux de fer naturellement, grâce à l’alimentation végétale, il est donc important de :

  • Consommer des aliments riches en fer et en vitamine C pendant le même repas. En effet, l’absorption du fer provenant de végétaux peut être multipliée par six si le repas est accompagné de grandes quantités de vitamine C [95]. La vitamine C contribue également à l’absorption du fer en présence de substances qui inhibent l’absorption du fer, notamment les phytates, les polyphénols, le calcium et les protéines [91, 96, 97].Une étude réalisée sur 4290 femmes, non enceintes, âgées de 15 à 49 ans a ainsi décelé que 57,9 % des femmes étaient anémiées. Parmi elles, les femmes qui mangeaient plus de 5 légumes / jour ne représentaient que 2,5 % de la totalité du panel et celles qui mangeaient plus de 5 fruits par jour, représentaient 5,4 % [98]. Il a donc été admis que les personnes qui mangent suffisamment de fruits et légumes sont moins concernées par la carence en fer que les autres.Par ailleurs, une étude a également permis de déterminer que les adolescentes qui souffraient d’anémie et de carence en fer, étaient celles qui ne consommaient pas suffisamment de fruits riches en vitamine C [99].
  • Limiter les problèmes liés aux phytates en consommant des aliments riches en vitamine A pendant le même repas et en faisant tremper vos céréales, légumineuses et oléagineux.Les phytates présents dans les grains entiers et les légumineuses diminuent l’absorption du fer. Ainsi, lorsque vous en mangez, ajoutez des aliments riches en vitamine A et en bêta-carotène. La recherche montre qu’ils peuvent augmenter l’absorption du fer et peuvent neutraliser l’influence des phytates [100, 101].Des études ont également montré que la vitamine A (rétinol) aide à traiter l’anémie ferriprive et peut améliorer le statut en fer chez les enfants et les femmes enceintes [102, 103].

    Enfin, pour réduire davantage les phytates de vos végétaux, vous pouvez les broyer, les faire germer, les tremper avant leur cuisson ou encore les faire fermenter. À titre d’exemple, au fur et à mesure que le temps de trempage passe de 2 à 12 h, la teneur en acide phytique du pois chiche diminue de 47,4 à 55,71 % [104].

  • Limiter la consommation de calcium pendant les repas et jusqu’à 1 heure après les repas. On pense notamment au verre de lait pendant les petits-déjeuners ou au fromage en fin de repas.
  • Boire les thés, chocolats chauds, infusions et cafés en dehors des repas et surtout pas immédiatement après.
  • Ne pas faire d’exercice intense régulièrement. Les pertes quotidiennes de fer sont plus importantes chez les athlètes qui effectuent des exercices intenses régulièrement. Probablement en raison de la croissance de la masse globulaire, de la masse musculaire et de la rupture des globules rouges

💡 Bon à savoir : les aliments enrichis en fer (biscuits enrichis en fer, steak végétaux enrichis, laits végétaux enrichis, etc.) sont également nocifs et à éviter le plus possible. Ils contiennent en effet du fer libre.

Tableau des aliments riches en fer : plus de 100 aliments

Retrouvez plus de 100 aliments classés par ordre décroissant selon leur teneur en fer. Contrôlez ainsi votre apport en fer grâce à notre tableau disponible également en version imprimable (pdf).

Recevez le tableau par e-mail

Logo PDF avec document dessiné simplementLe tableau des aliments riches en fer est disponible en version imprimable (pdf). En bonus, vous aurez aussi accès au tableau des IG (index glycémique), des sources d’oméga-3, des fibres alimentaires, des indices PRAL, du calcium et à celui des protéines végétales. Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder aux documents, gratuitement, sans aucun engagement. Envoi rapide et instantané.

En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.

Les tableaux ci-dessous listent les aliments contenant le plus de fer. Sachez que nous avons volontairement décidé d’ôter certains aliments crus d’origine animale qui, souvent, en contiennent plus que leur version cuite. En effet, nous ne trouvons pas nécessairement pertinent de donner l’information pour du foie de canard cru ou de l’oie, car ces aliments sont très peu consommés par la majorité des consommateurs. Nous nous sommes donc concentrés sur les aliments sources de fer les plus consommés ou faciles à consommer.

Attention, ce n’est pas parce qu’un aliment possède une forte teneur en fer qu’il faut en abuser. Par exemple, certains aliments ou recettes (viande rouge, plats industriels, sauces industrielles, pâtisseries, charcuteries…) peuvent être riches en fer. Toutefois, ces aliments peuvent s’avérer néfastes pour la santé s’ils sont consommés trop régulièrement (faible teneur en nutriments, riche en graisses saturées et en sucre, etc.). N’oubliez pas de manger équilibré avant tout !

Découvrez tout de suite la liste des aliments riches en fer, classés selon leur teneur en acides gras pour une portion de 100 g.

Aliments d’origine animale (100 g)Fer (mg)
Boudin noir, sauté / poêlé22,8
Foie, porc, cuit17,9
Rognon, agneau, braisé12,4
Foie, volaille, cuit12
Foie, poulet, cuit11,6
Clam, Praire ou Palourde, bouilli / cuit à l’eau9,67
Poulpe, cuit9,54
Rognon, boeuf, cuit9,5
Gésier, canard, confit, appertisé9,4
Pâté de foie de volaille9,19
Coeur, poulet, cuit9,03
Fruits de mer, cuits, surgelés8,48
Moule, appertisée, égouttée8,44
Bresaola7,1
Coeur, dinde, cuit6,96
Anchois au sel (anchoité, semi-conserve)6,9
Coeur, boeuf, cuit6,7
Pâté ou terrine de campagne6,1
Pâté de foie de porc6,08
Huître plate, crue6
Pigeon, viande, rôtie/cuite au four5,91
Boeuf, braisé5,9
Calmar ou calamar ou encornet, bouilli / cuit à l’eau5,77
Coeur, agneau, cuit5,52
Pâté de foie d’oie5,5
Saucisse de foie5,3
Rognon, porc, cuit5,29
Foie gras, canard, bloc, sans morceaux5,2
Terrine de canard5,2
Rognon, veau, braisé ou sauté / poêlé5
Lapin de garenne, viande, cuite4,85
Canard, magret, grillé / poêlé4,8
Aliments d’origine végétale (100 g)Fer (mg)
Algue Ao-nori (Enteromorpha sp.), séchée ou déshydratée234
Thym, séché124
Basilic, séché89,8
Menthe, séchée87,5
Marjolaine, séchée82,7
Laitue de mer (Ulva sp.), séchée ou déshydratée78,9
Herbes de Provence, séchées69,8
Cumin, graine66,4
Algue Wakamé atlantique (Alaria esculenta), séchée ou déshydratée61,5
Curcuma, poudre55
Cacao, non sucré, poudre soluble48,5
Laurier, feuille43
Persil, séché38
Origan, séché36,8
Romarin, séché29,3
Spiruline (Spirulina sp.), séchée ou déshydratée28,5
Chocolat noir sans sucres ajoutés, avec édulcorants, en tablette22,8
Paprika21,1
Gingembre, poudre19,8
Curry, poudre19,1
Son de riz18,5
Thym, frais17,5
Poivre noir, poudre17
Soja, graine entière15,7
Son de blé14,8
Sésame, graine14,6
Poivre blanc, poudre14,3
Luzerne, graine12,5
Safran11,1
Chocolat noir à 70% cacao minimum, extra, dégustation, tablette11
Lin, graine10,2
Pavot, graine9,58
Tomate, séchée9,09
Pain grillé, tranches, multicéréale9
Germe de blé8,9
Cucurbitacées, graine8,82
Olive noire, en saumure, égouttée8,5
Cannelle, poudre8,23
Chia, graine, séchée7,72
Pêche, sèche6,8
Tahin ou Purée de sésame6,69
Lin, brun, graine5,7
Noix de cajou, grillée à sec, non salée5,7
Tournesol, graine4,9
Avoine, crue4,72
Chicorée verte, crue4,15
Levure alimentaire4,1
Flocon d’avoine4,05
Noix de macadamia3,69
Épinard, cru3,61
Noix de coco, sèche3,46
Amandes avec peau3,4
Noisette3
Haricot blanc, appertisé, égoutté2,99
Haricot coco, bouilli / cuit à l’eau2,7
Noix de pécan2,57
Lentille blonde, bouillie / cuite à l’eau2,5
Lentille verte, bouillie / cuite à l’eau2,45
Haricot rouge, bouilli / cuit à l’eau2,3
Lentille corail, bouillie / cuite à l’eau2,2
Noix, séchée2,2
Figue, sèche2,12
Pois cassé, bouilli / cuit à l’eau2,09
Mûre noire, crue1,85
Haricot flageolet, vert, bouilli / cuit à l’eau1,8
Chou frisé, cru1,74
Champignon de Paris, bouilli / cuit à l’eau1,74
Raisin, sec1,7
Quinoa, bouilli / cuit à l’eau, non salé1,6
Petits pois, surgelés, cuits1,52
Roquette, crue1,46
Fruits rouges, crus : framboises, fraises, groseilles, cassis1
Riz rouge, cuit, non salé1

Pour consulter la composition complète des aliments, rendez-vous sur la table CIQUAL de l’ANSES. Notre tableau des aliments riches en fer reprend d’ailleurs les chiffres de cette base de données.

Posologie

D’après l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), les apports journaliers recommandés en fer sont de 11 mg / jour pour l’homme adulte et la femme ayant des pertes menstruelles faibles ou normales. Ils sont de 16 mg / jour chez la femme ayant des pertes menstruelles élevées [105]. Chez les enfants, les apports varient entre 7 mg / jour à 11 mg / jour en fonction de l’âge.

Voici un tableau récapitulatif des apports conseillés en fer selon l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments [106] :

ÂgeHommes (mg / jour)Femmes (mg / jour)GrossesseAllaitement
7 mois – 11 mois1111//
1 an – 3 ans77//
4 – 6 ans77//
7 – 11 ans1111//
12 – 17 ans1113//
18 – 50 ans11161616
+ 51 ans1111//

Tableau : Apports nutritionnels conseillés en fer

Dans le cas d’une carence, une supplémentation peut être recommandée par votre médecin après un bilan martial. Dans ce cas, il faut tenir compte du fait que plusieurs mois sont nécessaires pour corriger la carence. Seul le médecin peut déterminer le dosage du fer à prendre sous forme de complément alimentaire car un faible apport ou un apport excessif peuvent altérer le bilan martial.

Effets indésirables

Nous l’avons vu précédemment, les compléments alimentaires à base de fer libre sont mauvais pour la santé car ils peuvent endommager l’ADN humain et augmenter les taux de mortalité en favorisant les maladies dégénératives telles que l’athérosclérose, le cancer, le diabète et certains troubles neurologiques (Parkinson, Huntington, Alzheimer).

Par ailleurs, des effets indésirables dus à la consommation de suppléments en fer consistent en des troubles gastro-intestinaux comme la constipation, les diarrhées, des nausées ou des ballonnements [107].

Sous forme injectable, le fer peut provoquer dans de rares cas des effets secondaires plus ou moins graves comme de l’allergie ou de l’hypotension artérielle [108].

Contre-indications et dangers

Les compléments alimentaires de fer ne doivent pas être utilisés si le bilan martial est normal et dans le cas d’une maladie responsable de l’accumulation du fer dans l’organisme comme la polyglobulie et l’hémochromatose. De plus, une supplémentation en fer est contre-indiquée dans le cas d’une anémie hémolytique qui peut augmenter les taux de cet oligo-élément dans le sang et provoquer une toxicité.

D’autre part, la prise de fer sous forme de complément alimentaire peut perturber l’absorption de certains médicaments comme :

  • Le lévodopa ;
  • La lévothyroxine ;
  • La pénicillamine ;
  • Les antibiotiques (tétracycline, quinolones, ciprofloxacine) ;
  • Les antiacides.

Dans tous les cas, une supplémentation en fer doit se faire sous le contrôle d’un médecin.

Avis sur le fer

Nous avons parcouru les sites et les forums spécialisés dans le but d’obtenir des retours d’expérience et des avis des consommateurs de compléments alimentaires à base de fer. Bien qu’il ne faille pas prendre ces témoignages comme conseils médicaux, il est intéressant d’avoir le ressenti des utilisateurs afin d’évaluer l’efficacité de cet oligo-élément pour notre santé.

D’abord, il faut noter que la majorité des consommateurs révèlent une amélioration de leur bilan martial après quelques semaines de supplémentation. Les personnes anémiques par carence en fer ont vu leurs paramètres biologiques améliorés et les symptômes de leur anémie ont progressivement régressé. Moins de fatigue, peau moins pâle et effets indésirables rares : c’est l’avis de la majorité des consommateurs.

D’autre part, certains consommateurs de fer ont apprécié l’efficacité de cet oligo-élément dans l’amélioration de leurs fonctions cognitives : concentration, performance intellectuelle, mémoire.

En règle générale, pour bénéficier des vertus du fer sans danger, rappelez-vous de consommer du fer extrait de végétaux et surtout pas du fer sous sa forme libre. Leur efficacité se ressent après quelques semaines de supplémentation.

Si vous voulez en savoir davantage sur les avis des consommateurs, nous vous invitons à faire un tour sur les forums ou les boutiques en ligne de vente de ces produits où les consommateurs laissent des témoignages.

Associations avec d’autres molécules

Le fer est un élément indispensable pour le bon fonctionnement de notre organisme. N’étant pas synthétisé par l’organisme, son apport via l’alimentation est donc essentiel. En cas de carence, une supplémentation peut être recommandée. Les compléments alimentaires à base de fer sont généralement présentés en association avec d’autres molécules. Cette association a pour but d’obtenir un effet synergique, encore plus bénéfique pour notre santé. Voici les principales :

Fer et magnésium

À l’instar du fer, le magnésium est un oligo-élément essentiel pour l’organisme car il joue un rôle déterminant dans pas moins de 300 réactions métaboliques au niveau des nerfs, des muscles et du cœur. Il est aussi bénéfique pour lutter contre la fatigue. L’association fer-magnésium est une excellente association pour lutter contre la carence martiale, réduire la fatigue et booster le métabolisme énergétique.

Fer et vitamine C

La vitamine C favorise et augmente l’absorption du fer non héminique (fer végétal) [95]. L’association fer et vitamine C est non seulement bénéfique pour ses propriétés antianémiques mais aussi pour prévenir une carence en fer chez les personnes à risque notamment la femme enceinte.

Fer et zinc

Le zinc est un élément connu pour être un puissant antioxydant. Il joue également un rôle important pour stimuler l’immunité et lutter contre les infections. Son rôle dans la synthèse des hormones a été également démontré.

Toutefois, il est déconseillé de les prendre au même moment car le fer peut affecter l’absorption du zinc dans l’organisme.

Fer et acide folique (B9)

L’acide folique, également appelé vitamine B9, est essentiel à la production des globules rouges. L’association fer et acide folique est l’une des plus largement utilisées notamment chez la femme enceinte pendant les 3 premiers mois de grossesse pour prévenir les carences.

Cette association joue aussi un rôle dans la division cellulaire et la croissance des tissus maternels pendant la grossesse.

Fer et cuivre

Un taux normal de cuivre dans le sang est nécessaire pour un bon métabolisme de fer dans l’organisme [109]. De plus, le cuivre contribue aussi au transport de fer dans l’organisme. À ce titre, l’association fer-cuivre peut être complémentaire et idéale pour pallier aux carences martiales.

Fer et iode

Une anémie par carence en fer peut altérer le métabolisme de l’iode et donc la synthèse d’hormones thyroïdiennes. Certaines études révèlent que le traitement de la carence en fer permet d’améliorer l’efficacité de la supplémentation en iode et le traitement des maladies de la thyroïde [110]. L’association fer et iode peut être une association synergique pour lutter contre les carences car selon une recherche [111], la meilleure approche pour prévenir les carences est une supplémentation simultanée.

FAQ : réponses à vos questions

Bienfaits, vertus et propriétés

Peut-on prendre du fer pendant la grossesse ? Quels bienfaits ?

Pendant la grossesse, les besoins en fer augmentent. Le fer joue un rôle dans la production des globules rouges et le transport de l’oxygène vers les tissus. Lorsque la femme est enceinte, le corps a encore plus besoin de sang et de l’oxygène à fournir au bébé. Le fer non héminique est donc important pour la femme enceinte.

Ferritine élevée

Quel rapport entre une ferritine élevée et de l’arthrose ?

D’après les résultats d’une étude, l’augmentation du taux de ferritine sérique entraîne 4 fois plus de risques de développer une arthrose chez les hommes [112]. La même étude révèle qu’une ferritine élevée est associée à un pincement de l’interligne articulaire (diminution de l’espace qui sépare les 2 os composant l’articulation).

Quel rapport entre une ferritine élevée et l’alcool ?

Il existe une relation entre une ferritine élevée et l’alcool. En effet, d’après plusieurs études, la consommation d’alcool (bière, vins et spiritueux) augmente le taux de ferritine et donc le stockage de fer dans l’organisme, qui peut être dangereux pour la santé [113].

Un taux de ferritine élevée est-il signe d’un cancer ?

Un taux de ferritine élevé peut être le signe d’un cancer. En effet, en plus du cancer du sein, le taux de ferritine sérique est élevé chez les personnes atteintes du cancer des poumons, du pancréas, de carcinome hépatocellulaire, du cancer colorectal, de leucémie et de lymphome [114].

Formes de fer

Le fer végétal existe-t-il ?

Le fer peut être trouvé dans les végétaux. Il s’agit du fer non héminique (fer ferrique). Ce fer est plus difficilement absorbé que le fer héminique (présent dans les viandes) mais est suffisamment apporté par l’alimentation pour satisfaire les besoins quotidiens recommandés. C’est également la seule forme que nous recommandons en tant que complément alimentaire.

Le fer bio existe-t-il ?

En ce qui concerne la certification bio, le fer est un oligo-élément. Il ne peut donc pas être certifié bio.

Qu’est-ce que le fer chélaté ?

Le fer chélaté est une forme de fer qui a été chimiquement modifiée afin de lui permettre d’être facilement absorbé et rapidement disponible pour l’organisme. Mais c’est également ce qui le rend plus toxique et donc à éviter.

Effets secondaires

Est-ce que la prise de fer engendre une constipation ?

La consommation de fer peut provoquer certains effets indésirables, pour la plupart gastro-intestinaux. Parmi ces effets indésirables la constipation et les nausées.

Références scientifiques

Voir les références

  1. Lieu PT, Heiskala M, Peterson PA, Yang Y. The roles of iron in health and disease. Mol Aspects Med. 2001 Feb-Apr;22(1-2):1-87. doi: 10.1016/s0098-2997(00)00006-6. PMID: 11207374.
  2. Hurrell R, Egli I. Iron bioavailability and dietary reference values. Am J Clin Nutr. 2010 May;91(5):1461S-1467S. doi: 10.3945/ajcn.2010.28674F. Epub 2010 Mar 3. PMID: 20200263.
  3. Rishi G, Wallace DF, Subramaniam VN. Hepcidin: regulation of the master iron regulator. Biosci Rep. 2015;35(3):e00192. Published 2015 Mar 31. doi:10.1042/BSR20150014
  4. Knovich MA, Storey JA, Coffman LG, Torti SV, Torti FM. Ferritin for the clinician. Blood Rev. 2009;23(3):95-104. doi:10.1016/j.blre.2008.08.001
  5. West AR, Oates PS. Mechanisms of heme iron absorption: current questions and controversies. World J Gastroenterol. 2008;14(26):4101-4110. doi:10.3748/wjg.14.4101
  6. Sarker SA, Davidsson L, Mahmud H, Walczyk T, Hurrell RF, Gyr N, Fuchs GJ. Helicobacter pylori infection, iron absorption, and gastric acid secretion in Bangladeshi children. Am J Clin Nutr. 2004 Jul;80(1):149-53. doi: 10.1093/ajcn/80.1.149. PMID: 15213042.
  7. World Health Organization /UNICEF/UNU, Iron Deficiency Anaemia: Assessment, Prevention, and Control. A Guide for Programme Managers, 2001Geneva, SwitzerlandWorld Health Organization https://apps.who.int/nutrition/publications/micronutrients/anaemia_iron_deficiency/WHO_NHD_01.3/en/index.html
  8. Carences en micronutriments, Anémie ferriprive, https://apps.who.int/nutrition/topics/ida/fr/index.html
  9. Anaemia, https://www.who.int/health-topics/anaemia#tab=tab_1
  10. Morris VK, Spraker HL, Howard SC, Ware RE, Reiss UM. Severe thrombocytopenia with iron deficiency anemia. Pediatr Hematol Oncol. 2010;27(5):413-419. doi:10.3109/08880011003739455 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3439835/
  11. Kretchmer N, Beard JL, Carlson S. The role of nutrition in the development of normal cognition. Am J Clin Nutr. 1996 Jun;63(6):997S-1001S. doi: 10.1093/ajcn/63.6.997. PMID: 8644701. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8644701/
  12. Tamura T, Goldenberg RL, Hou J, Johnston KE, Cliver SP, Ramey SL, Nelson KG. Cord serum ferritin concentrations and mental and psychomotor development of children at five years of age. J Pediatr. 2002 Feb;140(2):165-70. doi: 10.1067/mpd.2002.120688. PMID: 11865266. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11865266/
  13. Beard JL, Connor JR. Iron status and neural functioning. Annu Rev Nutr. 2003;23:41-58. doi: 10.1146/annurev.nutr.23.020102.075739. Epub 2003 Apr 10. PMID: 12704220.
  14. Algarín C, Peirano P, Garrido M, Pizarro F, Lozoff B. Iron deficiency anemia in infancy: long-lasting effects on auditory and visual system functioning. Pediatr Res. 2003 Feb;53(2):217-23. doi: 10.1203/01.PDR.0000047657.23156.55. PMID: 12538778. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12538778/
  15. Cortese S, Angriman M, Lecendreux M, Konofal E. Iron and attention deficit/hyperactivity disorder: What is the empirical evidence so far? A systematic review of the literature. Expert Rev Neurother. 2012 Oct;12(10):1227-40. doi: 10.1586/ern.12.116. PMID: 23082739. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23082739/
  16. Oner O, Alkar OY, Oner P. Relation of ferritin levels with symptom ratings and cognitive performance in children with attention deficit-hyperactivity disorder. Pediatr Int. 2008 Feb;50(1):40-4. doi: 10.1111/j.1442-200X.2007.02496.x. PMID: 18279203; PMCID: PMC3465160. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18279203/
  17. Konofal E, Lecendreux M, Arnulf I, Mouren MC. Iron deficiency in children with attention-deficit/hyperactivity disorder. Arch Pediatr Adolesc Med. 2004 Dec;158(12):1113-5. doi: 10.1001/archpedi.158.12.1113. PMID: 15583094. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15583094/
  18. Schmidt RJ, Tancredi DJ, Krakowiak P, Hansen RL, Ozonoff S. Maternal intake of supplemental iron and risk of autism spectrum disorder. Am J Epidemiol. 2014;180(9):890-900. doi:10.1093/aje/kwu208 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4207718/
  19. Hergüner S, Keleşoğlu FM, Tanıdır C, Cöpür M. Ferritin and iron levels in children with autistic disorder. Eur J Pediatr. 2012 Jan;171(1):143-6. doi: 10.1007/s00431-011-1506-6. Epub 2011 Jun 4. PMID: 21643649. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21643649/
  20. Latif A, Heinz P, Cook R. Iron deficiency in autism and Asperger syndrome. Autism. 2002 Mar;6(1):103-14. doi: 10.1177/1362361302006001008. PMID: 11918106. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11918106/
  21. Zimmermann MB, Hurrell RF. Nutritional iron deficiency. Lancet. 2007 Aug 11;370(9586):511-20. doi: 10.1016/S0140-6736(07)61235-5. PMID: 17693180. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17693180/
  22. A-E. Perrin & al. Nutrition de la femme enceinte. CND. 2002 ; 37 (1) : 59-64 https://www.em-consulte.com/article/78918/nutrition-de-la-femme-enceinte
  23. Scholl TO, Hediger ML. Anemia and iron-deficiency anemia: compilation of data on pregnancy outcome. Am J Clin Nutr. 1994 Feb;59(2 Suppl):492S-500S discussion 500S-501S. doi: 10.1093/ajcn/59.2.492S. PMID: 8304287. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8304287/
  24. Chocano-Bedoya PO, Manson JE, Hankinson SE, et al. Intake of selected minerals and risk of premenstrual syndrome. Am J Epidemiol. 2013;177(10):1118-1127. doi:10.1093/aje/kws363 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3649635/
  25. Effect Of Anemia On Premenstrual Syndrome In Adolescent Girls Mitesh Sinha, Archana H Patel, Shobha Naik, J.M.Jadeja, International Journal of Basic and Applied Physiology http://ijbap.weebly.com/uploads/1/3/1/4/13145127/20final_ijbap_2013_-_copy_.pdf
  26. Chen MH, Su TP, Chen YS, et al. Association between psychiatric disorders and iron deficiency anemia among children and adolescents: a nationwide population-based study. BMC Psychiatry. 2013;13:161. Published 2013 Jun 4. doi:10.1186/1471-244X-13-161 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3680022/
  27. Beard JL, Erikson KM, Jones BC. Neurobehavioral analysis of developmental iron deficiency in rats. Behav Brain Res. 2002 Aug 21;134(1-2):517-24. doi: 10.1016/s0166-4328(02)00092-x. PMID: 12191838. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12191838/
  28. Krayenbuehl P, Heinrich HOne iron pill a day keeps fatigue away?BMJ Evidence-Based Medicine 2013;18:e31. https://ebm.bmj.com/content/18/4/e31
  29. Vaucher P, Druais PL, Waldvogel S, Favrat B. Effect of iron supplementation on fatigue in nonanemic menstruating women with low ferritin: a randomized controlled trial. CMAJ. 2012;184(11):1247-1254. doi:10.1503/cmaj.110950 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3414597/
  30. Lozoff B, Jimenez E, Hagen J, Mollen E, Wolf AW. Poorer behavioral and developmental outcome more than 10 years after treatment for iron deficiency in infancy. Pediatrics. 2000 Apr;105(4):E51. doi: 10.1542/peds.105.4.e51. PMID: 10742372. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10742372/
  31. Chang S, Wang L, Wang Y, Brouwer ID, Kok FJ, Lozoff B, Chen C. Iron-deficiency anemia in infancy and social emotional development in preschool-aged Chinese children. Pediatrics. 2011 Apr;127(4):e927-33. doi: 10.1542/peds.2010-1659. Epub 2011 Mar 14. PMID: 21402624. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21402624/
  32. Cortese S, Lecendreux M, Bernardina BD, Mouren MC, Sbarbati A, Konofal E. Attention-deficit/hyperactivity disorder, Tourette’s syndrome, and restless legs syndrome: the iron hypothesis. Med Hypotheses. 2008;70(6):1128-32. doi: 10.1016/j.mehy.2007.10.013. Epub 2007 Dec 27. PMID: 18164140. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18164140/
  33. Gorman DA, Zhu H, Anderson GM, Davies M, Peterson BS. Ferritin levels and their association with regional brain volumes in Tourette’s syndrome. Am J Psychiatry. 2006;163(7):1264-1272. doi:10.1176/appi.ajp.163.7.1264 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2367153/
  34. Weiss G. Eisen, Infektion und Anämie–eine klassische Triade [Iron, infection and anemia–a classical triad]. Wien Klin Wochenschr. 2002 Jun 14;114(10-11):357-67. German. PMID: 12708088. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12708088/
  35. Cardenas VM, Mulla ZD, Ortiz M, Graham DY. Iron deficiency and Helicobacter pylori infection in the United States. Am J Epidemiol. 2006 Jan 15;163(2):127-34. doi: 10.1093/aje/kwj018. Epub 2005 Nov 23. PMID: 16306309. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16306309/
  36. Hershko C, Skikne B. Pathogenesis and management of iron deficiency anemia: emerging role of celiac disease, helicobacter pylori, and autoimmune gastritis. Semin Hematol. 2009 Oct;46(4):339-50. doi: 10.1053/j.seminhematol.2009.06.002. PMID: 19786202. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19786202/
  37. Khuroo MS, Khuroo MS, Khuroo NS. Trichuris dysentery syndrome: a common cause of chronic iron deficiency anemia in adults in an endemic area (with videos). Gastrointest Endosc. 2010 Jan;71(1):200-4. doi: 10.1016/j.gie.2009.08.002. Epub 2009 Oct 31. PMID: 19879568. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19879568/
  38. Ekiz C, Agaoglu L, Karakas Z, Gurel N, Yalcin I. The effect of iron deficiency anemia on the function of the immune system. Hematol J. 2005;5(7):579-83. doi: 10.1038/sj.thj.6200574. PMID: 15692603. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15692603/
  39. Nemeth E, Valore EV, Territo M, Schiller G, Lichtenstein A, Ganz T. Hepcidin, a putative mediator of anemia of inflammation, is a type II acute-phase protein. Blood. 2003 Apr 1;101(7):2461-3. doi: 10.1182/blood-2002-10-3235. Epub 2002 Nov 14. PMID: 12433676. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12433676/
  40. Joshua F. Baker, Andrew J. Ghio, Iron homoeostasis in rheumatic disease, Rheumatology, Volume 48, Issue 11, November 2009, Pages 1339–1344, https://doi.org/10.1093/rheumatology/kep221 https://academic.oup.com/rheumatology/article/48/11/1339/1789195
  41. Vreugdenhil G, Wognum AW, van Eijk HG, Swaak AJ. Anaemia in rheumatoid arthritis: the role of iron, vitamin B12, and folic acid deficiency, and erythropoietin responsiveness. Ann Rheum Dis. 1990;49(2):93-98. doi:10.1136/ard.49.2.93 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1003985/
  42. Giannouli S, Voulgarelis M, Ziakas PD, Tzioufas AG. Anaemia in systemic lupus erythematosus: from pathophysiology to clinical assessment. Ann Rheum Dis. 2006;65(2):144-148. doi:10.1136/ard.2005.041673 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1798007/
  43. Gasche C, Lomer MC, Cavill I, Weiss G. Iron, anaemia, and inflammatory bowel diseases. Gut. 2004;53(8):1190-1197. doi:10.1136/gut.2003.035758 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1774131/
  44. Gisbert JP, Gomollón F. Common misconceptions in the diagnosis and management of anemia in inflammatory bowel disease. Am J Gastroenterol. 2008 May;103(5):1299-307. doi: 10.1111/j.1572-0241.2008.01846.x. PMID: 18477354. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18477354/
  45. Iron deficiency in children with coeliac disease on treatment with gluten-free diet, Role of intestinal blood loss, KOSNAI, P. KUITUNEN, AND M. A. SIIMES Children’s Hospital, University of Helsinki, Finland https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1545552/pdf/archdisch00793-0051.pdf
  46. Gonçalves C, Oliveira ME, Palha AM, Ferrão A, Morais A, Lopes AI. Autoimmune gastritis presenting as iron deficiency anemia in childhood. World J Gastroenterol. 2014;20(42):15780-15786. doi:10.3748/wjg.v20.i42.15780 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4229544/
  47. Ponikowski P, van Veldhuisen DJ, Comin-Colet J, et al. Beneficial effects of long-term intravenous iron therapy with ferric carboxymaltose in patients with symptomatic heart failure and iron deficiency†. Eur Heart J. 2015;36(11):657-668. doi:10.1093/eurheartj/ehu385 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4359359/
  48. Okonko DO, Anker SD. Anemia in chronic heart failure: pathogenetic mechanisms. J Card Fail. 2004 Feb;10(1 Suppl):S5-9. doi: 10.1016/j.cardfail.2004.01.004. PMID: 15007793.
  49. van Veldhuisen DJ, Anker SD, Ponikowski P, Macdougall IC. Anemia and iron deficiency in heart failure: mechanisms and therapeutic approaches. Nat Rev Cardiol. 2011 May 31;8(9):485-93. doi: 10.1038/nrcardio.2011.77. PMID: 21629210. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21629210/
  50. Arora NP, Ghali JK. Iron deficiency anemia in heart failure. Heart Fail Rev. 2013 Jul;18(4):485-501. doi: 10.1007/s10741-012-9342-y. PMID: 22948485. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22948485/
  51. Feng Dong, Xiaochun Zhang, Bruce Culver, Herbert G. Chew, Robert O. Kelley, Jun Ren; Dietary iron deficiency induces ventricular dilation, mitochondrial ultrastructural aberrations and cytochrome c release: involvement of nitric oxide synthase and protein tyrosine nitration. Clin Sci (Lond) 1 September 2005; 109 (3): 277–286. doi: https://doi.org/10.1042/CS20040278 https://portlandpress.com/clinsci/article-abstract/109/3/277/68377/Dietary-iron-deficiency-induces-ventricular?redirectedFrom=fulltext
  52. Theresa A McDonagh, Marco Metra, Marianna Adamo et al, ESC Scientific Document Group, 2021 ESC Guidelines for the diagnosis and treatment of acute and chronic heart failure: Developed by the Task Force for the diagnosis and treatment of acute and chronic heart failure of the European Society of Cardiology (ESC) With the special contribution of the Heart Failure Association (HFA) of the ESC, European Heart Journal, Volume 42, Issue 36, 21 September 2021, Pages 3599–3726, https://doi.org/10.1093/eurheartj/ehab368 https://academic.oup.com/eurheartj/article/42/36/3599/6358045
  53. Sullivan JL. Iron and the sex difference in heart disease risk. Lancet. 1981 Jun 13;1(8233):1293-4. doi: 10.1016/s0140-6736(81)92463-6. PMID: 6112609.
  54. Keung YK, Owen J. Iron deficiency and thrombosis: literature review. Clin Appl Thromb Hemost. 2004 Oct;10(4):387-91. doi: 10.1177/107602960401000412. PMID: 15497026. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15497026/
  55. Morris VK, Spraker HL, Howard SC, Ware RE, Reiss UM. Severe thrombocytopenia with iron deficiency anemia. Pediatr Hematol Oncol. 2010;27(5):413-419. doi:10.3109/08880011003739455 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3439835/
  56. Wright JA, Richards T, Srai SK. The role of iron in the skin and cutaneous wound healing. Front Pharmacol. 2014;5:156. Published 2014 Jul 10. doi:10.3389/fphar.2014.00156 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4091310/
  57. Campos AC, Groth AK, Branco AB. Assessment and nutritional aspects of wound healing. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2008 May;11(3):281-8. doi: 10.1097/MCO.0b013e3282fbd35a. PMID: 18403925. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18403925/
  58. Bissett DL, Chatterjee R, Hannon DP. Chronic ultraviolet radiation-induced increase in skin iron and the photoprotective effect of topically applied iron chelators. Photochem Photobiol. 1991 Aug;54(2):215-23. doi: 10.1111/j.1751-1097.1991.tb02009.x. PMID: 1780358. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1780358/
  59. Menon IA, Becker MA, Haberman HF. Role of iron in the photosensitization by uroporphyrin. Clin Chim Acta. 1991 Oct 31;202(3):237-42. doi: 10.1016/0009-8981(91)90054-g. PMID: 1814650. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1814650/
  60. Hess SY. The impact of common micronutrient deficiencies on iodine and thyroid metabolism: the evidence from human studies. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2010 Feb;24(1):117-32. doi: 10.1016/j.beem.2009.08.012. PMID: 20172476. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20172476/
  61. Zimmermann MB, Köhrle J. The impact of iron and selenium deficiencies on iodine and thyroid metabolism: biochemistry and relevance to public health. Thyroid. 2002 Oct;12(10):867-78. doi: 10.1089/105072502761016494. PMID: 12487769. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12487769/
  62. Martinez-Torres C, Cubeddu L, Dillmann E, Brengelmann GL, Leets I, Layrisse M, Johnson DG, Finch C. Effect of exposure to low temperature on normal and iron-deficient subjects. Am J Physiol. 1984 Mar;246(3 Pt 2):R380-3. doi: 10.1152/ajpregu.1984.246.3.R380. PMID: 6703092. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6703092/
  63. Dillman E, Gale C, Green W, Johnson DG, Mackler B, Finch C. Hypothermia in iron deficiency due to altered triiodothyronine metabolism. Am J Physiol. 1980 Nov;239(5):R377-81. doi: 10.1152/ajpregu.1980.239.5.R377. PMID: 7435650. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/7435650/
  64. McLane JA, Fell RD, McKay RH, Winder WW, Brown EB, Holloszy JO. Physiological and biochemical effects of iron deficiency on rat skeletal muscle. Am J Physiol. 1981 Jul;241(1):C47-54. doi: 10.1152/ajpcell.1981.241.1.C47. PMID: 6264804. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6264804/
  65. Perkkiö MV, Jansson LT, Henderson S, Refino C, Brooks GA, Dallman PR. Work performance in the iron-deficient rat: improved endurance with exercise training. Am J Physiol. 1985 Sep;249(3 Pt 1):E306-11. doi: 10.1152/ajpendo.1985.249.3.E306. PMID: 2994490. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2994490/
  66. Gardner GW, Edgerton VR, Barnard RJ, Bernauer EM. Cardiorespiratory, hematological and physical performance responses of anemic subjects to iron treatment. Am J Clin Nutr. 1975 Sep;28(9):982-8. doi: 10.1093/ajcn/28.9.982. PMID: 1099895. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1099895/
  67. Nickol AH, Frise MC, Cheng H, et alA cross-sectional study of the prevalence and associations of iron deficiency in a cohort of patients with chronic obstructive pulmonary diseaseBMJ Open 2015;5:e007911. doi: 10.1136/bmjopen-2015-007911 https://bmjopen.bmj.com/content/5/7/e007911
  68. Silverberg DS, Mor R, Weu MT, Schwartz D, Schwartz IF, Chernin G. Anemia and iron deficiency in COPD patients: prevalence and the effects of correction of the anemia with erythropoiesis stimulating agents and intravenous iron. BMC Pulm Med. 2014;14:24. Published 2014 Feb 24. doi:10.1186/1471-2466-14-24 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3946070/
  69. Bucca C, Culla B, Brussino L, Ricciardolo FL, Cicolin A, Heffler E, Bugiani M, Rolla G. Effect of iron supplementation in women with chronic cough and iron deficiency. Int J Clin Pract. 2012 Nov;66(11):1095-100. doi: 10.1111/ijcp.12001. PMID: 23067033. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23067033/
  70. St Pierre SA, Vercellotti GM, Donovan JC, Hordinsky MK. Iron deficiency and diffuse nonscarring scalp alopecia in women: more pieces to the puzzle. J Am Acad Dermatol. 2010 Dec;63(6):1070-6. doi: 10.1016/j.jaad.2009.05.054. PMID: 20888064. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20888064/
  71. Rushton DH, Ramsay ID, James KC, Norris MJ, Gilkes JJ. Biochemical and trichological characterization of diffuse alopecia in women. Br J Dermatol. 1990 Aug;123(2):187-97. doi: 10.1111/j.1365-2133.1990.tb01846.x. PMID: 2400721. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2400721/
  72. Rushton DH, Ramsay ID. The importance of adequate serum ferritin levels during oral cyproterone acetate and ethinyl oestradiol treatment of diffuse androgen-dependent alopecia in women. Clin Endocrinol (Oxf). 1992 Apr;36(4):421-7. doi: 10.1111/j.1365-2265.1992.tb01470.x. PMID: 1424176. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1424176/
  73. Allen RP, Auerbach S, Bahrain H, Auerbach M, Earley CJ. The prevalence and impact of restless legs syndrome on patients with iron deficiency anemia. Am J Hematol. 2013 Apr;88(4):261-4. doi: 10.1002/ajh.23397. Epub 2013 Mar 12. PMID: 23494945. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23494945/
  74. O’Keeffe ST, Gavin K, Lavan JN. Iron status and restless legs syndrome in the elderly. Age Ageing. 1994 May;23(3):200-3. doi: 10.1093/ageing/23.3.200. PMID: 8085504. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8085504/
  75. Trotti LM, Bhadriraju S, Becker LA. Iron for restless legs syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2012;5(5):CD007834. Published 2012 May 16. doi:10.1002/14651858.CD007834.pub2 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4070449/
  76. Silber MH, Becker PM, Earley C, Garcia-Borreguero D, Ondo WG; Medical Advisory Board of the Willis-Ekbom Disease Foundation. Willis-Ekbom Disease Foundation revised consensus statement on the management of restless legs syndrome. Mayo Clin Proc. 2013 Sep;88(9):977-86. doi: 10.1016/j.mayocp.2013.06.016. PMID: 24001490. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24001490/
  77. Cuellar NG, Hanlon A, Ratcliffe SJ. The relationship with iron and health outcomes in persons with restless legs syndrome. Clin Nurs Res. 2011 May;20(2):144-61. doi: 10.1177/1054773810388557. Epub 2010 Nov 1. PMID: 21041807. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21041807/
  78. Halliwell B, Clement MV, Long LH. Hydrogen peroxide in the human body. FEBS Lett. 2000;486(1):10-13. doi:10.1016/s0014-5793(00)02197-9 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11108833/
  79. Boveris A, Cadenas E. Mitochondrial production of hydrogen peroxide regulation by nitric oxide and the role of ubisemiquinone. IUBMB Life. 2000;50(4-5):245-250. doi:10.1080/713803732 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11327317/
  80. Thomas C, Mackey MM, Diaz AA, Cox DP. Hydroxyl radical is produced via the Fenton reaction in submitochondrial particles under oxidative stress: implications for diseases associated with iron accumulation. Redox Rep. 2009;14(3):102-108. doi:10.1179/135100009X392566 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19490751/
  81. Cadet J, Delatour T, Douki T, et al. Hydroxyl radicals and DNA base damage. Mutat Res. 1999;424(1-2):9-21. doi:10.1016/s0027-5107(99)00004-4 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10064846/
  82. Lipinski B. Hydroxyl radical and its scavengers in health and disease. Oxid Med Cell Longev. 2011;2011:809696. doi:10.1155/2011/809696 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3166784/
  83. Kell DB. Towards a unifying, systems biology understanding of large-scale cellular death and destruction caused by poorly liganded iron: Parkinson’s, Huntington’s, Alzheimer’s, prions, bactericides, chemical toxicology and others as examples. Arch Toxicol. 2010;84(11):825-889. doi:10.1007/s00204-010-0577-x https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2988997/
  84. Mursu J, Robien K, Harnack LJ, Park K, Jacobs DR Jr. Dietary supplements and mortality rate in older women: the Iowa Women’s Health Study. Arch Intern Med. 2011;171(18):1625-1633. doi:10.1001/archinternmed.2011.445 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21987192/
  85. Mollet IG, Patel D, Govani FS, et al. Low Dose Iron Treatments Induce a DNA Damage Response in Human Endothelial Cells within Minutes. PLoS One. 2016;11(2):e0147990. Published 2016 Feb 11. doi:10.1371/journal.pone.0147990 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26866805/
  86. Fisher AE, Naughton DP. Iron supplements: the quick fix with long-term consequences. Nutr J. 2004;3:2. Published 2004 Jan 16. doi:10.1186/1475-2891-3-2 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/14728718/
  87. Bastide NM, Pierre FH, Corpet DE. Heme iron from meat and risk of colorectal cancer: a meta-analysis and a review of the mechanisms involved. Cancer Prev Res (Phila). 2011;4(2):177-184. doi:10.1158/1940-6207.CAPR-10-0113 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21209396/
  88. Bastide N, Morois S, Cadeau C, et al. Heme Iron Intake, Dietary Antioxidant Capacity, and Risk of Colorectal Adenomas in a Large Cohort Study of French Women. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2016;25(4):640-647. doi:10.1158/1055-9965.EPI-15-0724 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26823477/
  89. Kaluza J, Wolk A, Larsson SC. Heme iron intake and risk of stroke: a prospective study of men. Stroke. 2013;44(2):334-339. doi:10.1161/STROKEAHA.112.679662 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23306319/
  90. Yang W, Li B, Dong X, et al. Is heme iron intake associated with risk of coronary heart disease? A meta-analysis of prospective studies. Eur J Nutr. 2014;53(2):395-400. doi:10.1007/s00394-013-0535-5 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23708150/
  91. L Hallberg, M Brune, L Rossander, Iron absorption in man: ascorbic acid and dose-dependent inhibition by phytate, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 49, Issue 1, January 1989, Pages 140–144, https://doi.org/10.1093/ajcn/49.1.140 https://academic.oup.com/ajcn/article-abstract/49/1/140/4716267?ijkey=979625e79c5b6239ad5a553f334e487e73ee75cb&keytype2=tf_ipsecsha
  92. Hallberg L, Rossander-Hulthén L, Brune M, Gleerup A. Inhibition of haem-iron absorption in man by calcium. Br J Nutr. 1993;69(2):533-540. doi:10.1079/bjn19930053 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8490006/
  93. Morck TA, Lynch SR, Cook JD. Inhibition of food iron absorption by coffee. Am J Clin Nutr. 1983;37(3):416-420. doi:10.1093/ajcn/37.3.416 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6402915/
  94. Hurrell RF, Reddy M, Cook JD. Inhibition of non-haem iron absorption in man by polyphenolic-containing beverages. Br J Nutr. 1999;81(4):289-295. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10999016/
  95. Lynch SR, Cook JD. Interaction of vitamin C and iron. Ann N Y Acad Sci. 1980;355:32-44. doi: 10.1111/j.1749-6632.1980.tb21325.x. PMID: 6940487. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6940487/
  96. Siegenberg D, Baynes RD, Bothwell TH, et al. Ascorbic acid prevents the dose-dependent inhibitory effects of polyphenols and phytates on nonheme-iron absorption. Am J Clin Nutr. 1991;53(2):537-541. doi:10.1093/ajcn/53.2.537 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1989423/
  97. Stekel A, Olivares M, Pizarro F, Chadud P, Lopez I, Amar M. Absorption of fortification iron from milk formulas in infants. Am J Clin Nutr. 1986;43(6):917-922. doi:10.1093/ajcn/43.6.917 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3717066/
  98. Ghose B, Yaya S. Fruit and vegetable consumption and anemia among adult non-pregnant women: Ghana Demographic and Health Survey. PeerJ. 2018;6:e4414. Published 2018 Feb 21. doi:10.7717/peerj.4414 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29492346/
  99. Ghatpande NS, Apte PP, Naik SS, Kulkarni PP. Fruit and Vegetable Consumption and Their Association With the Indicators of Iron and Inflammation Status Among Adolescent Girls. J Am Coll Nutr. 2019;38(3):218-226. doi:10.1080/07315724.2018.1492470 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30130470/
  100. Layrisse M, García-Casal MN, Solano L, et al. New property of vitamin A and beta-carotene on human iron absorption: effect on phytate and polyphenols as inhibitors of iron absorption. Arch Latinoam Nutr. 2000;50(3):243-248.
  101. García-Casal MN, Layrisse M, Solano L, et al. Vitamin A and beta-carotene can improve nonheme iron absorption from rice, wheat and corn by humans. J Nutr. 1998;128(3):646-650. doi:10.1093/jn/128.3.646 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9482776/
  102. Semba RD, Bloem MW. The anemia of vitamin A deficiency: epidemiology and pathogenesis. Eur J Clin Nutr. 2002;56(4):271-281. doi:10.1038/sj.ejcn.1601320 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11965502/
  103. Allen LH. Iron supplements: scientific issues concerning efficacy and implications for research and programs. J Nutr. 2002;132(4 Suppl):813S-9S. doi:10.1093/jn/132.4.813S https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11925487/
  104. Gupta RK, Gangoliya SS, Singh NK. Reduction of phytic acid and enhancement of bioavailable micronutrients in food grains. J Food Sci Technol. 2015;52(2):676-684. doi:10.1007/s13197-013-0978-y https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4325021/
  105. Le fer, Fonctions, sources alimentaires, et besoins nutritionnels, https://www.anses.fr/fr/content/le-fer
  106. Scientific Opinion on Dietary Reference Values for iron1 EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA)2,3 European Food Safety Authority (EFSA), Parma, Italy, https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.2903/j.efsa.2015.4254
  107. McDonagh T, Macdougall IC. Iron therapy for the treatment of iron deficiency in chronic heart failure: intravenous or oral?. Eur J Heart Fail. 2015;17(3):248-262. doi:10.1002/ejhf.236 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4671256/
  108. Özdemir N. Iron deficiency anemia from diagnosis to treatment in children. Turk Pediatri Ars. 2015;50(1):11-19. Published 2015 Mar 1. doi:10.5152/tpa.2015.2337 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4462328/
  109. Doguer C, Ha JH, Collins JF. Intersection of Iron and Copper Metabolism in the Mammalian Intestine and Liver. Compr Physiol. 2018;8(4):1433-1461. Published 2018 Sep 14. doi:10.1002/cphy.c170045 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6460475/
  110. Hess SY. The impact of common micronutrient deficiencies on iodine and thyroid metabolism: the evidence from human studies. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2010 Feb;24(1):117-32. doi: 10.1016/j.beem.2009.08.012. PMID: 20172476. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20172476/
  111. Eftekhari, M., Simondon, K., Jalali, M. et al. Effects of administration of iron, iodine and simultaneous iron-plus-iodine on the thyroid hormone profile in iron-deficient adolescent Iranian girls. Eur J Clin Nutr 60, 545–552 (2006). https://doi.org/10.1038/sj.ejcn.1602349 https://www.nature.com/articles/1602349
  112. Kennish L, Attur M, Oh C, et al. Age-dependent ferritin elevations and HFE C282Y mutation as risk factors for symptomatic knee osteoarthritis in males: a longitudinal cohort study. BMC Musculoskelet Disord. 2014;15:8. Published 2014 Jan 8. doi:10.1186/1471-2474-15-8 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3893611/
  113. Whitfield JB, Zhu G, Heath AC, Powell LW, Martin NG. Effects of alcohol consumption on indices of iron stores and of iron stores on alcohol intake markers. Alcohol Clin Exp Res. 2001 Jul;25(7):1037-45. PMID: 11505030. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11505030/
  114. Lee S, Jeon H, Shim B. Prognostic Value of Ferritin-to-Hemoglobin Ratio in Patients with Advanced Non-Small-Cell Lung Cancer. J Cancer. 2019;10(7):1717-1725. Published 2019 Apr 5. doi:10.7150/jca.26853 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6548010/
  115. Anses, CIQUAL

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

Note moyenne : 5 / 5. Votes : 2

Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

Merci de partager, votre aide est précieuse !

Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

MessengerWhatsAppLinkedInPinterest

🌿 Fondateur de Mes Bienfaits

Après avoir été soigné par un remède naturel à base de plantes, au milieu de la forêt amazonienne, Damien prend conscience des puissantes vertus offertes par la nature. Désormais, il adopte une alimentation saine et un mode de vie simple qui le libèrent de la majorité des stress et des maux.

Grand passionné de santé et fasciné par les capacités de l’organisme humain, Damien analyse de nombreuses sources (ouvrages, études scientifiques, recommandations officielles, retours d'expérience...) pour présenter l'information la plus fiable possible, toujours entouré de son équipe de spécialistes.

🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

Découvrir nos guides santé

Pour continuer votre lecture, voici nos guides santé et bien-être les plus appréciés. Découvrez les bienfaits des plantes, remèdes et autres substances naturelles.

Plantes médicinales

Açaï - Acérola - Ail - Aloe vera - Artichaut - Ashwagandha - Astragale - Boswellia - Cacao - Centella asiatica - Chardon-marie - Chia - Cordyceps - Costus - Cranberry - Curcuma - Échinacée - Éleuthérocoque - Fenugrec - Garcinia - Gattilier - Ginkgo biloba - Ginseng - Goji - Grande camomille - Griffonia - Gymnema - Harpagophytum - Kernza - Kinkéliba - Klamath - Konjac - Kudzu - Luzerne - Maca - Mélisse - Millepertuis - Moringa - Mucuna - Ortie - Palmier nain - Passiflore - Psyllium - Reishi - Rhodiola - Safran - Schisandra - Shiitake - Sorgho - Spiruline - Thé vert - Thym - Tribulus - Valériane.

Remèdes naturels

Alimentation alcaline - Antidépresseurs naturels - Anti-inflammatoires naturels - Antihistaminiques naturels - Antipyrétiques naturels - Antispasmodiques naturels - Antivomitifs naturels - Anxiolytiques naturels - Aphtes - Aspirine naturelle - Constipation : remèdes naturels - Eczéma - Grippe - Histaminose - Laxatifs naturels - Nettoyer le foie - Nootropiques - Perméabilité intestinale (intestin qui fuit) - Plantes aphrodisiaques - Plantes diabète - Plantes digestion - Plantes immunitaires - Plantes migraine - Plantes pour dormir - Plantes pour maigrir - Réparation du cartilage - Rhume - Sarcopénie - Somnifères naturels - SOPK - Toux sèche - Vessie hyperactive.

Vitamines, minéraux et molécules

Acide hyaluronique - Berbérine - Calcium - CBD - Charbon végétal - Coenzyme Q10 - Collagène - Cycloastragenol - Cynarine - DHEA - Fer - Fibres - Glutathion - Honokiol - Magnésium - Mélatonine - N-acétylcystéine - Oméga-3 - Ptérostilbène - Pycnogenol - Quercétine - Resvératrol - Sérotonine - Taurine - Vitamine B12 - Vitamine C - Vitamine D - Zinc.

Vous appréciez notre site ?

🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.