Candidose : les traitements naturels efficaces contre l’infection à candida albicans

    4.9
    (20)

    Les maladies fongiques touchent plus d’un milliard de personnes dans le monde, tandis qu’en France, près d’un million de Français souffriraient de maladies fongiques graves, avec un impact majeur sur leur vie et dont l’évolution peut être mortelle [1, 2].

    La candidose, qui fait partie de ces maladies, est une infection fongique à la levure Candida sp. Vous trouverez dans cet article, des informations sur les différents types de candidose, leurs causes, leurs symptômes et bien-entendu des traitements naturels qui peuvent être mis en place à différents stades de l’infection ainsi qu’une liste d’aliments à privilégier et à éliminer pour aller mieux.

    Alimentation anti candidose : on aperçoit du curcuma, du vinaire de cidre, du chou frisé, du gingembre, du kimchi et de l'ail posés sur une table en bois blanc

    Qu’est ce que la candidose ?

    Avant d’en apprendre plus sur les traitements de la candidose, il est bon de comprendre de quel type de maladie il s’agit, afin d’agir plus efficacement sur celle-ci.

    Définition de candidose, souches de candida, etc.

    La candidose est une infection fongique causée par une levure (un type de champignon) appelée candida. Certaines espèces de candida peuvent provoquer une infection chez les humains. L’espèce la plus courante est le Candida albicans, mais il en existe d’autres.

    Ces dernières années, il y a notamment eu une augmentation inquiétante du nombre d’espèces de candida non albicans telles que :

    • C. glabrata ;
    • C. parapsilosis ;
    • C. tropicalis ;
    • C. krusei ;
    • C. auris.

    Ces espèces sont plus susceptibles d’être résistantes aux antifongiques et ont le potentiel de provoquer des épidémies. En effet, ces souches sont généralement résistantes aux agents antifongiques les plus couramment utilisés pour le traitement des infections à candida comme le fluconazole par exemple.

    Parties pouvant être infectées par le Candida

    Si les candidoses buccales (langue, palais, gencives) et digestives (intestinale) sont généralement les plus courantes, le candida peut néanmoins infecter d’autres parties de notre corps, dont notamment : l’anus (candidose anale), les tétons (candidose mammaire), les vulves ou la verge (candidose vulvaire ou génitale), la peau (candidose cutanée), l’œsophage, la gorge, les lèvres, le nez (candidose nasale), le visage, les plis, l’aine, les aisselles, le pied, les poumons (candidose pulmonaire), les ongles ou encore les yeux (candidose oculaire) et les oreilles.

    Différence entre candidose chronique, invasive, systémique et candidémie

    De manière normale, on retrouve le candida sur la peau et à l’intérieur du corps, dans des endroits tels que la bouche, la gorge, l’intestin et le vagin, sans qu’il ne cause de problèmes.

    Toutefois, il peut devenir problématique et provoquer des infections s’il se développe de manière incontrôlable ou s’il pénètre profondément dans le corps (par exemple, des organes internes comme le rein, le cœur ou le cerveau). On parle même de candidose invasive ou de candidémie lorsque le champignon entre dans le sang. Lorsque ce champignon colonise un ou plusieurs organes internes voire l’ensemble de l’organisme, alors on parle de candidose systémique ou de candidose généralisée.

    Dans ces cas très avancés de la maladie, qui ont généralement lieu à la suite d’interventions chirurgicales, pose de cathéters, etc. il est important de faire diagnostiquer la maladie le plus tôt possible, la mortalité associée à cette pathologie étant très importante (jusqu’à 50 %).

    La candidose chronique, quant à elle, est une maladie insidieuse, peu reconnue en France. Aux États-Unis, les études épidémiologiques les plus récentes ont montré qu’environ 80 millions d’Américains souffrent de candidose chronique. En France, il n’existe aucune étude permettant de mesurer l’incidence de la maladie mais, selon les estimations, un tiers de la population française, surtout les femmes, souffrirait d’une manière ou d’une autre de candidose chronique.

    Programme d’accompagnement

    Que diriez-vous de suivre un programme d’accompagnement conçu par une spécialiste ?

    Justine Lamboley, naturopathe experte du candida albicans, propose un programme d’accompagnement sur 6 semaines. Pour seulement 39 €, le programme comprend :

    ✅ 4 phases → revitalisation, détoxination, régénération et stabilisation ;
    ✅ un programme clair semaine par semaine ;
    ✅ un accès aux compléments alimentaires que donne Justine à ses consultant(e)s ;
    ✅ de nombreux conseils essentiels ;
    ✅ des bonus à découvrir.

    Photo de profil de Justine Lamboley, naturopathe et heilpraktiker.Dans son programme, l’experte répond à vos questions et livre tous ses secrets :
    ⭐ Réguler le candida albicans en 6 semaines

    Symptômes en cas de candidose

    Les symptômes en cas d’infection au candida sont divers et variés selon les hôtes et c’est pour cela que le diagnostic est très souvent compliqué. Voyons tout de suite la liste de tous les symptômes possibles en cas de candidose.

    Candidoses digestives

    Il existe plusieurs types de candidoses comme nous venons de le voir, et chacune possède ses propres symptômes et manifestations cliniques. Le candida étant naturellement présent dans notre système digestif, les candidoses digestives sont donc les affections les plus représentées, car c’est un endroit parfait pour s’y multiplier.

    La candidose digestive peut avoir lieu au niveau de l’œsophage, on parle alors de candidose œsophagienne. Les symptômes sont alors une sensation de brûlure lors de l’ingestion des aliments (pyrosis) et une sensation de gêne ou de blocage ressentie lors du passage des aliments dans l’œsophage (dysphagie). La muqueuse est généralement enflammée et on peut apercevoir des traces blanchâtres.

    Homme qui se tient le ventre avec les deux mains sur son ventre. Plan de près.Le candida peut également s’établir au niveau gastro-intestinal, dans ce cas, on remarque, lors de l’examen, du muguet sur la muqueuse au niveau de l’intestin, de l’estomac ou du côlon, ainsi que des ulcérations. Les symptômes liés à cette affection sont des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements.

    D’autres symptômes digestifs comme des problèmes de transit (diarrhées ou constipation), des ballonnements ou des gaz sont également possibles.

    Candidose orale ou buccale

    Cette candidose, souvent superficielle, fait également partie des candidoses les plus répandues. Comme son nom l’indique, la candidose buccale est une infection de la bouche. Elle peut alors toucher la langue, le palais, les gencives, l’intérieur des joues, les lèvres, la gorge ou même l’oropharynx, on parle alors de candidose oropharyngée.

    Cette candidose est notamment la plus présente chez les enfants et chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli, dit les sujets immunodéprimés, comme les personnes atteintes du VIH ou d’un cancer. Cependant, elle touche également des sujets sains, et peut être soit indolore, soit très douloureuse.

    Candidose orale : la langue est duveteuse et blanche à cause du champignon candida albicansLes symptômes dans ce type de candidose sont l’apparition de muguet buccal (plaques blanchâtres d’aspect velouté), de lésions buccales et de douleurs lors de la déglutition ou au moment de parler.

    N’hésitez pas à consulter votre médecin si cela devient douloureux ou dès lors d’apparition de fièvre.

    Candidose génitale ou urogénitale

    La candidose génitale est très fréquente chez la femme, du fait que le candida fait partie des champignons qui vivent naturellement dans le vagin de celle-ci.

    Chez la femme, on parle alors de candidose vaginale ou vulvaire (vulvo-vaginite) lorsque le candida se développe anormalement et que certains symptômes en découlent. Ces symptômes sont des pertes blanches inodores abondante (leucorrhées), des démangeaisons souvent intenses (prurit), des brûlures locales ou des douleurs pendant les rapports sexuels.

    Chez l’homme, bien que la plupart du temps, la candidose est inapparente, certains symptômes peuvent également apparaître en cas d’infection. La candidose mycosique appelée également balanite candidosique chez l’homme, se manifeste alors par une inflammation avec démangeaisons du gland et du prépuce. Dans de rares cas, ces lésions peuvent évoluer vers un phimosis avec écoulement purulent.

    Candidose mammaire (allaitement)

    La candidose mammaire surgit sur la poitrine de la femme, généralement au niveau du téton. L’infection a tendance à ressembler à une éruption cutanée rouge, brillante et si la prolifération du champignon s’aggrave, la peau peut également se fissurer et saigner.

    Comme d’autres infections à candida, les démangeaisons, les brûlures et la douleur sont des symptômes courants. Les mycoses mammaires peuvent également causer une mauvaise odeur. Chez certaines femmes, les seins sont douloureux sans identifier de point sensible ou de masse douloureuse et une sensation de coups de poignard dans les seins derrière le téton peut être ressentie.

    Candidoses cutanées et unguéales (ongles)

    La candidose cutanée est une infection de la peau par le champignon candida. Lorsqu’une prolifération de candida se développe sur la peau, une infection peut survenir.

    La candidose de la peau provoque souvent la formation d’une éruption cutanée rouge avec démangeaisons et se trouve le plus souvent dans les plis de la peau. En effet, les champignons candida prospèrent et poussent dans les zones chaudes et humides. C’est pourquoi la maladie affecte souvent les zones où il y a des plis de la peau. Cela comprend les zones des aisselles, de l’aine, le coin de la bouche, entre les doigts ou les orteils et sous les seins.

    Dans certains cas, l’infection peut provoquer des fissures et des douleurs dans la peau. Des cloques et des pustules peuvent également apparaître.

    💡 Bon à savoir : les bébés peuvent également développer des candidoses de la peau, notamment au niveau des fesses (érythème fessier du nourrisson). Une couche tend à fournir un environnement idéal pour le candida.

    Candidose de l'ongle (mycose) : l'ongle du gros orteil est jaune et se dédoubleLa candidose des ongles : le candida peut également provoquer des infections des ongles ou du bord des ongles, on parle alors de candidose unguéale ou d’onychomycoses à candida. L’onychomycose débute généralement par une atteinte de la peau se situant autour de l’ongle (périonyxis). Celle-ci devient alors tendue, parfois érythémateuse et souvent douloureuse. Dans certains cas, il peut y avoir du pus. L’atteinte de l’ongle est secondaire, celui-ci devient petit à petit jaune ou opaque, s’épaissit, se dédouble ou se craquèle et finit parfois par tomber entièrement.

    Candidose chronique

    En cas de candidose chronique, une multitude de symptômes peut survenir dont notamment une association de :

    • troubles digestifs : des diarrhées, de la constipation, ou une alternance des deux, le syndrome du côlon irritable, des ballonnements et des gaz, des spasmes, des crampes, une langue chargée (parfois blanche) et une mauvaise haleine.
    • troubles neurologiques : fatigue, dépression, humeur fluctuante, maux de têtes, brouillard mental, perte de mémoire, anxiété, narcolepsie et pulsions pour les sucres.
    • troubles génitaux : cystites, vulvo-vaginites, dysménorrhée, perte de libido et / ou endométriose.

    💡 Bon à savoir : si vous êtes constamment fatigué, que vous n’avez pas le moral, que vous prenez du poids facilement (avec pulsions pour le sucre) et que vous souffrez de problèmes digestifs (ballonnements, gaz), une candidose chronique en est probablement la cause.

    Causes et diagnostic de la candidose

    Les causes de la candidose

    👉 L’utilisation d’antibiotiques et de mauvaises pratiques alimentaires (alimentation industrielle, transformée et sucrée) sont généralement les principales causes de la candidose car elles abaissent l’immunité et favorisent un lieu propice à son développement.

    Par ailleurs, la chimiothérapie peut également entraîner une fongémie (présence de champignons dans le sang) causée par Candida albicans. La colonisation vaginale augmente lors d’un diabète sucré, d’une grossesse et de l’utilisation de contraceptifs oraux. La candidose buccale, quant à elle, est très étroitement associée au VIH. Plus de 90 % des patients VIH présentent une candidose.

    De même, chez les patients atteints de leucémie ou de lymphome, du fait de la consommation de corticoïdes ou de médicaments cytotoxiques, leur immunité est compromise, conduisant à une infection candidosique.

    D’autres facteurs prédisposant à la candidose comprennent la tuberculose, le myxoedème, l’hypoparathyroïdie, la maladie d’Addison, les carences nutritionnelles (notamment vitamine A, B6, fer), le tabagisme, les prothèses dentaires mal entretenues, les tubes intraveineux, les cathéters, les valves cardiaques, la vieillesse et la petite enfance [3].

    Comment la diagnostiquer ?

    La prévention de la candidose et sa gestion dépendent largement de deux facteurs : la détection précoce et l’identification des souches de candida. En effet, l’utilisation de traitements antifongiques appropriés est primordiale. Par exemple, C. albicans est assez sensible aux traitements azolés alors que les souches non albicans telles que C. glabrata et C. krusei sont résistantes à cet antifongique.

    Mais alors comment diagnostiquer la candidose ? En fait, ce n’est pas si simple quand il s’agit d’une candidose digestive. En effet, une candidose digestive est plus difficile à diagnostiquer qu’une vaginite à candida, la vaginose ou le muguet buccal car ces moisissures ont la capacité de produire un bio film, permettant au champignon d’adhérer à notre épithélium intestinal. On ne le retrouve donc pas toujours dans les selles, la coproculture est donc peu fiable.

    Par ailleurs, lorsqu’on évoque les symptômes à son médecin généraliste, la diversité et le caractère diffus des symptômes font que très souvent les médecins ont tendance à ne pas suspecter une candidose et les tests sanguins ne sont pas encore courants. Il reste pourtant primordial de consulter son médecin en cas de suspicion de candidose ou d’autres symptômes, afin d’écarter toute autre potentielle maladie.

    Toutefois, si votre rendez-vous médical n’a rien donné, nous vous recommandons de consulter un naturopathe qualifié. La plupart des naturopathes sont familiers à ce problème, et n’hésitent pas à vous poser une multitude de questions concernant votre hygiène de vie afin de pouvoir diagnostiquer votre trouble.

    Certains naturopathes pourront également vous recommander des analyses urinaires, comme notamment le dosage des Métabolites Organiques Urinaires (MOU) que proposent certains laboratoires d’analyses. En effet, plusieurs marqueurs seraient spécifiques à la candidose, comme le D-Arabinitol, l’arabinose ou encore le tartrate [4].

    Une fois détectée, la candidose doit être traitée le plus rapidement possible car cela peut prendre du temps pour réussir à l’éliminer lorsqu’elle est présente depuis longtemps dans l’organisme.

    Traitements naturels contre la candidose chronique

    La meilleure stratégie pour combattre le candida consiste non seulement à agir sur la levure elle-même par des traitements antifongiques mais aussi à régénérer son propre microbiote et à solidifier son système immunitaire et digestif. Ainsi, les traitements adaptés (phytothérapie, aromathérapie, pro et prébiotiques, compléments alimentaires) permettent de lutter contre l’infection fongique, renforcer l’immunité et restaurer la fonction intestinale. Ces traitements, bien que recommandés pour une candidose digestive chronique, vous aideront également en cas de candidose vaginale ou orale.

    Que diriez-vous de suivre un programme d’accompagnement conçu par une spécialiste ?

    Justine Lamboley, naturopathe experte du candida albicans, propose un programme d’accompagnement sur 6 semaines. Pour seulement 39 €, le programme comprend :

    ✅ 4 phases → revitalisation, détoxination, régénération et stabilisation ;
    ✅ un programme clair semaine par semaine ;
    ✅ un accès aux compléments alimentaires que donne Justine à ses consultant(e)s ;
    ✅ de nombreux conseils essentiels ;
    ✅ des bonus à découvrir.

    Photo de profil de Justine Lamboley, naturopathe et heilpraktiker.Dans son programme, l’experte répond à vos questions et livre tous ses secrets :
    ⭐ Réguler le candida albicans en 6 semaines

    1. Stopper la croissance du Candida

    La première étape est d’éviter tout ce qui favorise la croissance du candida. Pour cela, il est indispensable de limiter sa consommation de sucres, d’alcool, de céréales (gluten), de tabac et d’antibiotiques.

    Régime alimentaire anti candidose : les aliments à éviter

    Adapter son alimentation est une étape essentielle dans le traitement de la candidose car ce champignon se nourrit essentiellement de sucre. On évitera ainsi dans un premier temps tous les aliments sucrés : fructose, glucose, lactose, miel et édulcorants artificiels comme l’aspartame. Exit donc le chocolat, les confiseries, les biscuits, le sirop d’érable, etc.

    Camembert chaud rôti au barbecue avec du thym.Mauvaise nouvelle pour les Français et leur traditionnelle « baguette / camembert », il est également important de stopper la consommation de farine de blé (pains, pâtes, pâtisseries, biscuits) et de produits riches en lactose (lait, fromage, crème, etc.). En effet, ces laitages riches en lactose se transforment en sucre et en acides gras saturés dont se nourrit la levure.

    De manière générale, on évite ainsi tous les produits transformés, gras et sucrés. On arrête les fritures, margarines, huiles raffinées et on favorise les bonnes graisses.

    Pour la viande, on arrête les viandes non biologiques, pleines d’antibiotiques ainsi que les préparations type charcuterie.

    Côté légumes, on évitera aussi la consommation des légumes féculents riches en sucre, notamment les betteraves, les pommes de terre et les patates douces. La plupart des fruits sont riches en sucre et doivent être supprimés de votre alimentation jusqu’à l’assainissement de votre organisme.

    Certains aliments contiennent également des levures tels que les pâtisseries, les pains, les pâtes à pizza, la bière, les champignons, etc. On évite donc ces aliments.

    Enfin, niveau boisson, il est primordial d’arrêter la consommation d’alcools, de soda, de jus de fruits. Le thé et le café sont également des excitants qui entraînent la libération de sucre par le foie, à éviter donc. L’eau, les tisanes de plantes et les jus de légumes deviennent les seules boissons autorisées.

    Candidose : les aliments à privilégier

    Vous l’avez constaté, la liste des aliments à éviter est longue pour combattre la candidose. Mais alors quels aliments manger ? Voici une liste :

    • Des ails blancs et légèrement verts sont entassés dans un panier en osierL’ail contient de l’allicine, un composé aux propriétés anti-fongiques qui permet de stopper la croissance de candida. Manger l’ail cru si possible [5].
    • Le gingembre contient également des composants antifongiques et anti-inflammatoires (gingerols et shogaols). Ces principes actifs participent au soutien d’un taux normal de bactéries. Ils aident ainsi à stopper toute prolifération excessive et à rétablir l’équilibre [6].
    • Les graines de lin, sésame ou de chia : ces graines riches en oméga-3 et protéines contiennent également des polyphénols qui participent à la croissance des bactéries probiotiques. Elles contribuent donc à réduire le développement de candida. Mais pour profiter de leurs bienfaits, pensez à les moudre avant ! [7, 8]
    • Le vinaigre de cidre : c’est le seul vinaigre recommandé dans un régime spécial contre la candidose. Plusieurs études ont, en effet, démontré son action sur les parois cellulaires des bactéries et leurs structures protéiques [9].
    • Les légumes verts et les jus verts : ces légumes et jus de légumes sont riches en chlorophylle. Or, le candida n’aime pas la chlorophylle car c’est un champignon anaérobie, c’est-à-dire qui vit dans un environnement privé d’oxygène [10].
    • Légumes crucifères (brocolis, choux de Bruxelles, roquette, choux, radis), la choucroute et les légumes lactofermentés : les légumes crucifères ont non seulement une action antibactérienne mais contiennent également des isothiocyanates qui sont des composés riches en soufre et en azote ayant la propriété d’inhiber la croissance d’agents pathogènes tels que le Candida. Les aliments lacto-fermentés comme la choucroute et le kimchi entre autres contiennent des probiotiques naturels qui vont aider à rétablir l’équilibre de la flore intestinale [11].
    • Les fruits autorisés : citron, pomme, poires, cerises, baies et fruits rouges.
    • Les protéines végétales : légumineuses et algues.
    • Les oléagineux : amandes, noisettes, noix de cajou, châtaignes. Attention tout de même à leur qualité car ils sont de véritables aimants à moisissures. Le mieux est de les faire tremper pendant minimum trois heures dans de l’eau, afin d’en éliminer les moisissures. Les cacahuètes et les pistaches sont tout de même à éviter.
    • Une demi noix de coco sur une table en boisLes huiles : l’huile de coco est probablement la plus reconnue contre le candida, grâce à ses acides gras antifongiques qui viennent bloquer la croissance de la levure, à l’acide caprylique qui traite efficacement les levures candida et à l’acide laurique qui favorise l’équilibre intestinal. Mais ce n’est pas la seule, les huiles d’olives, de lin, d’onagre ou d’avocat contiennent, elles aussi, des antioxydants qui luttent contre ce champignon. En outre, l’acide oléique qu’elles contiennent aide à stopper l’inflammation de manière générale en plus de soutenir notre système immunitaire [12].
    • La stévia : comme le candida se nourrit principalement de sucre, la stévia constitue une excellente alternative en tant que sucrant. De plus, elle possède des propriétés antifongiques, anti-inflammatoires et antibiotiques. Sans compter qu’elle permet de rééquilibrer le pancréas, généralement affaibli en cas de candidose [13].
    • Les épices (curcuma, cannelle, poivre noir, basilic, feuilles de laurier, graines de cumin noir, cumin, cayenne, romarin, anis et clou de girofle) possèdent toutes una activité antifongique contre le candida [14-17].
    • Autres : les oignons [18], les tomates [19] et la propolis [20] sont également des aliments efficaces pour diminuer l’activité du Candida albicans.

    💡 Bon à savoir : si vous consommez de la viande et du poisson, choisissez-les nécessairement bio afin d’éviter les antibiotiques qu’ils contiennent. Cuisez-les en papillote ou à la vapeur.

    Combien de temps conserver ce régime alimentaire ? Quand revenir à une alimentation traditionnelle ?

    Une fois que les symptômes liés à une infection à candida albicans disparaissent, il est possible de réintroduire certains aliments. Néanmoins, il est essentiel de veiller à ne pas reproduire les mêmes habitudes ayant conduit au développement anormal du champignon. En effet, rappelons que le candida albicans se développe dans un milieu malsain. Par conséquent, le retour à une alimentation qui favorise son développement favorisera inévitablement son retour en force dans l’organisme.

    Soulignons que l’alimentation traditionnelle moderne ne répond majoritairement pas aux besoins vitaux de l’organisme. Ainsi, une alimentation plus saine est à favoriser au quotidien. Seuls quelques écarts pourront être envisagés selon l’état de santé de chacun. Enfin, certains aliments devront évidemment être réintroduits au quotidien après diminution de la présence du candida albicans. Exemple : fruits et légumes.

    2. Renforcer son système immunitaire

    On veille également à renforcer son système immunitaire. Pour cela, en parallèle d’une alimentation saine et équilibrée, on favorise un sommeil réparateur et suffisant (7h à 8h minimum) et on prévoit une activité physique modérée d’au moins 30 minutes chaque jour + une activité physique intense par semaine.

    Les probiotiques contre le candida

    On fait le plein de probiotiques soit via l’alimentation (kéfir, kombucha, légumes lactofermentés) soit en prenant des compléments alimentaires. Des essais cliniques ont suggéré que les probiotiques peuvent réduire la colonisation orale, vaginale et entérique par des agents pathogènes de candida. Les probiotiques ont atténué les signes et symptômes cliniques et, dans certains cas, réduit l’incidence des infections fongiques invasives chez les patients gravement malades [21].

    ► Probiotiques et candidose vaginale : chez les patients atteints de candidose vulvo-vaginale, Lactobacillus plantarum a réduit l’inconfort vaginal après un traitement conventionnel, a amélioré la teneur en bactéries vaginales et a restauré le pH vaginal [22]. Dans un essai clinique, l’ utilisation de L. plantarum a été associée à une réduction par trois du risque de récidive de candidose vulvo-vaginale [23]. L. fermentum et L. acidophilus ont maintenu le biofilm vaginal et ont empêché l’infection vulvo-vaginale persistante causée par candida chez les femmes [24]. Lactobacillus reuteri seul ou avec L. rhamnosus a inhibé la croissance de candida dans le vagin [25, 26]. L’administration vaginale de Saccharomyces cerevisiae a influencé positivement l’évolution de la candidose vaginale en accélérant la clairance (l’élimination) de candida [27].

    ► Probiotiques et candidose intestinale ou buccale : L. rhamnosus peut empêcher la colonisation entérique par les espèces de candida chez les nouveau-nés prématurés [28]. Une supplémentation orale en L-reuteri a supprimé la candidose aussi efficacement que la nystatine chez les nourrissons prématurés. Il était également plus efficace pour réduire l’incidence de la septicémie [29, 30]. Par ailleurs, il a été démontré que les comprimés à base de L. reuteri combattent également le candida oral sur des patients plus âgés [31]. Enfin, S. cerevisiae, administré par voie orale, a colonisé l’intestin de volontaires sains. Certains chercheurs pensent qu’il pourrait concurrencer et potentiellement remplacer les espèces résidentes de candida [32].

    Où acheter des probiotiques efficaces contre le candida ? Si vous recherchez de bons probiotiques, voici un produit d’excellente qualité → voir le produit. Il comporte les souches efficaces contre le candida, à savoir L. plantarum, L. acidophilus et L. rhamnosus.

    En résumé : En plus de renforcer notre immunité naturelle, les probiotiques Lactobacillus et Saccharomyces ont empêché ou aidé à éradiquer l’infection à candida dans plusieurs essais cliniques.

    Les plantes qui renforcent le système immunitaire et combattent Candida

    Si vous souhaitez donner un coup de boost à votre immunité plusieurs fois par an, n’hésitez pas à utiliser les plantes immunomodulatrices. Elles vont permettre de renforcer ponctuellement votre système immunitaire lorsque vous en avez le plus besoin : à l’approche de l’hiver par exemple, lors d’une infection ou lorsque vous vous sentez le plus vulnérable.

    Les plantes suivantes, sont non seulement efficaces contre diverses infections virales mais aussi contre l’infection au candida, de quoi faire d’une pierre, deux coups :

    Culture du reishi : Des champignons à la tète plate rouge et aux bords jaunes poussent sur un mur🍄 Le reishi

    Il s’agit d’un champignon fonctionnel les plus connus en médecine chinoise. Originaire d’Asie et présent dans la médecine traditionnelle chinoise et japonaise depuis des millénaires, le reishi est traditionnellement utilisé pour renforcer le système immunitaire, donner de la vitalité et pour lutter contre le vieillissement.

    Une étude a d’ailleurs montré son efficacité contre le candida oral en mélangeant le reishi à du dentifrice [33].

    Où acheter du reishi ? Voici une boutique que nous vous recommandons car leur reishi fait partie des meilleurs produits du marché : voir le produit. Il s’agit d’un extrait de reishi bio titré au minimum à 60 % en polysaccharides et minimum 20 % en bêta-glucanes, ses principes actifs.

    🌿 Le tulsi

    Le tulsi, dit basilic sacré, est utilisé pour ses nombreux bienfaits pour la santé et est populaire dans la médecine ayurvédique indienne. Il est utilisé dans de nombreuses indications notamment pour l’anxiété, le stress, le diabète, l’hypercholestérolémie et pour renforcer le système immunitaire.

    Des études ont également mis en avant son pouvoir antifongique contre le Candida albicans [34, 35].

    Trois racines de ginseng sur un plateau en bois.🌱 Le ginseng

    Les bienfaits du ginseng sont mondialement reconnus. Depuis des siècles, il est utilisé comme plante médicinale aux propriétés saines et puissantes. La médecine asiatique l’utilise toujours, en association avec les progrès scientifiques récents.

    À ce titre, la science a démontré son efficacité contre le candida. Ce sont les ginsénosides, présents dans la plante, qui exercent une activité antifongique en perturbant la structure de la membrane cellulaire du champignon [36].

    Où acheter du ginseng ? Voici un ginseng d’excellente qualité : voir le produit. Très riche en ginsénosides, le principal principe actif du ginseng. Idéal pour profiter de ses effets sur l’énergie et la vitalité ! Très efficace pour le stress, la digestion, les fonctions cérébrales et le renfort immunitaire.

    🌳 L’amla

    L’amla est un arbre originaire d’Inde dont le nom sanskrit signifie « infirmière », reflétant ses nombreuses propriétés pour soigner les problèmes de santé. Les puissants bienfaits de ses baies peuvent être attribués à leur haute teneur en vitamine C. L’amla est d’ailleurs considéré comme un puissant régénérant, pour retarder le vieillissement et le processus dégénératif.

    Par ailleurs, une étude a montré que l’extrait d’amla réduit efficacement l’adhérence de C. albicans sur les cellules épithéliales buccales humaines et sur les surfaces acryliques des prothèses dentaires [37].

    Où acheter de l’amla ? Voici un complément alimentaire sous forme de poudre bio 100 % pure ➡ voir le produit. Il s’agit d’un excellent rapport qualité prix, certifié sans OGM, sans pesticides et séché à base température. 5 % de réduction avec le code MESBIENFAITS5.

    Des dizaines d'échinacées de couleurs roses, blanches et rouges dans un champ🌷 L’échinacée

    En plus d’être largement utilisée pour réduire les symptômes du rhume et de la grippe, l’échinacée est traditionnellement utilisée pour traiter les infections fongiques et bactériennes. Elle est notamment bénéfique contre le Candida albicans en perturbant les fonctions de la paroi cellulaire fongique [38].

    Où acheter de l’échinacée ? Voici un complément alimentaire sous forme de gélules titré en échinacosides (2 %) et en acide chicorique (4 %) ➡ voir le produit. Il s’agit d’un excellent rapport qualité prix, certifié sans OGM, sans pesticides et titré en molécules actives.

    3. Aider les processus de détoxification de l’organisme

    En cas de candidose chronique, c’est-à-dire qui est installée depuis longtemps, il est recommandé de détoxifier son foie et ses reins afin d’évacuer plus aisément les mycotoxines accumulées dans les organes.

    Pour le foie, on peut s’aider des plantes telles que le chardon-marie, le radis noir ou encore la chlorella, à la fois riche en chlorophylle antifongique et détoxifiante. Pour en savoir plus sur les plantes pour nettoyer le foie, lisez notre guide.

    Pour les reins, une cure d’ortie ou de bardane sera également bénéfique. On n’oublie pas de boire suffisamment d’eau par jour (environ 2 litres) et on la consomme filtrée pour éviter d’autres toxines.

    💡 Bon à savoir : si vous cherchez une plante qui vous permettra de détoxifier votre foie aussi bien que de drainer naturellement vos reins, le pissenlit est tout adapté.

    4. Soigner les intestins, réduire leur perméabilité, et permettre le retour d’un microbiote équilibré

    Lors d’une candidose chronique, la santé des intestins laisse généralement à désirer et très souvent ces derniers peuvent souffrir de perméabilité, c’est ce qu’on appelle l’intestin qui fuit.

    L’intestin qui fuit, kézako ?

    Candidose et intestin qui fuit : des intestins dessinés noir sur blanc.Chez une personne en bonne santé, la muqueuse qui recouvre l’intérieur de l’intestin constitue une barrière qui laisse passer les nutriments dont notre organisme a besoin (vitamines, minéraux, glucides, acides gras, acides aminés, hormones, etc.) tout en empêchant les particules indésirables de pénétrer dans la circulation sanguine. Ces particules indésirables sont les virus et bactéries pathogènes, les toxines et les macromolécules comme le gluten. Cette muqueuse agit donc comme un filtre qui nous protège des agressions extérieures [39].

    Or, lors d’une alimentation inadaptée et d’une mauvaise hygiène de vie, les jonctions qui resserrent les cellules de la muqueuse intestinale s’altèrent et laissent passer des substances entre ces cellules. L’intestin se transforme alors en une véritable « passoire » et ne remplit plus sa fonction de barrière protectrice.

    Cette porosité intestinale va permettre le passage de nombreuses toxines dont les mycéliums du Candida albicans, ce qui va favoriser la dissémination des mycotoxines dans l’ensemble de l’organisme. Cette dissémination peut ensuite être à l’origine d’un bon nombre de pathologies : maladie cœliaque, maladies auto-immunes, syndrome de l’intestin irritable, allergies respiratoires, troubles cutanés (psoriasis, vitiligo, eczéma, etc.), maladies neuro-dégénératives, tendinites, etc. [39].

    Les solutions naturelles pour reconstruire ses intestins

    Si vous avez lu l’article jusque là, alors la majorité des conseils qui ont été donnés précédemment vous aideront déjà à prendre soin de vos intestins. À savoir : une alimentation anti-candidose qui permettra également à vos intestins de recevoir les nutriments adaptés à sa restauration et l’apport de probiotiques qui vont permettre aux bonnes bactéries de prendre le dessus dans votre flore intestinale et de vaincre la dysbiose [40].

    En plus de ces recommandations essentielles, il est également conseillé de faire une cure de l-glutamine et d’oméga-3.

    La glutamine reconstruit les jonctions serrées de l’intestin abîmé (reconstruction de la barrière intestinale) [41, 42]. Tandis que les oméga-3 diversifient la flore intestinale et contrebalancent l’inflammation produite par les graisses saturées [43, 44].

    Où acheter ces produits ?

    Emballage de glutamine : boite et carton d'emballage sur fond blanc.► Si vous recherchez de bons probiotiques, voici un produit d’excellente qualité → voir le produit. Il comporte les souches efficaces contre le candida, à savoir L. plantarum, L. acidophilus et L. rhamnosus.

    Si vous recherchez de la glutamine de qualité, voici un bon produit → voir le produit.

    Si vous recherchez des oméga-3 de qualité, voici un excellent vendeur → voir le produit.

    💡 Bon à savoir : nous vous recommandons de suivre cette combinaison pendant 3 mois, tout en améliorant vos habitudes de vie. Vous constaterez un changement très positif sur votre digestion, sur votre vitalité et sur votre bien-être général. L’association des trois produits permet de rééquilibrer le microbiote intestinal (flore intestinale) naturellement et efficacement.

    Lisez notre guide, pour en savoir plus sur les solutions naturelles pour restaurer ses intestins.

    5. Limiter le stress

    « Réduire son stress », cette phrase que l’on entend partout, que tout le monde connaît mais qui toutefois n’est pas si simple à appliquer. Et pourtant, le stress que l’on fait endurer à notre corps au quotidien finit immanquablement par attaquer notre santé, en déréglant notre mécanisme biologique.

    Femme stressée au travail. Elle se tient le front, assise devant son travail à accomplir.Oui, le stress chronique ne fait qu’empirer la situation lors d’une candidose. Des études ont d’ailleurs prouvé que les facteurs psychosociaux, en particulier le stress, sont les principales causes de la vulvovaginite à Candida albicans [45].

    La recherche a également montré que le stress chronique peut supprimer les réponses immunitaires protectrices et / ou exacerber les réponses immunitaires pathologiques [46], c’est-à-dire altérer notre système immunitaire.

    Par ailleurs, il a également été constaté que l’exposition au stress entraîne des altérations des interactions cerveau-intestin (« axe cerveau-intestin ») conduisant finalement au développement d’un large éventail de troubles gastro-intestinaux, notamment les maladies inflammatoires de l’intestin (MII), le syndrome du côlon irritable (IBS) et d’autres troubles gastro-intestinaux fonctionnels, dont l’augmentation de la perméabilité intestinale [47].

    Pour réduire son stress, quelles solutions efficaces ?

    Pour commencer, il est impératif de réduire ses sources de stress pour parvenir à vivre une vie plus calme, plus proche de la nature dès que c’est possible. On libère sa vie des personnes toxiques, on se crée un cocon de bien-être chez soi. On n’hésite pas à mettre au premier plan ses besoins vitaux (alimentation saine, sommeil réparateur, activité physique, etc.), à se faire plaisir et à dire non aux autres lorsqu’on a pas envie.

    Pour diminuer son stress naturellement, il ne faut pas hésiter à mettre en pratique des exercices de respiration tels que la cohérence cardiaque (3 fois par jour) ou encore à pratiquer la méditation qui permet de vous ramener au moment présent. Voici une vidéo pour pratiquer la cohérence cardiaque :

    🔔 Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube !

    En parallèle, on peut s’aider des plantes en faisant des cures ponctuelles lorsqu’on se sent le plus stressé et qu’on a besoin d’un coup de pouce. Pour cela, on favorise les plantes adaptogènes qui luttent contre le stress : ginseng, rhodiola, reishi ou ashwagandha et les fleurs comme la valériane, la mélisse, la passiflore ou la camomille qui apaisent les tensions nerveuses grâce à leurs compositions nutritionnelles.

    Autres compléments alimentaires ou solutions naturelles contre le candida

    Pour en finir avec les candidoses, qu’elles soient vaginales, orales ou intestinales, d’autres solutions naturelles sont souvent abordées. On peut notamment citer le bicarbonate de soude qui est utilisé traditionnellement comme antibactérien et antifongique naturel. Les récentes études réalisées à ce sujet ont d’ailleurs validé son efficacité. Ainsi, le bicarbonate de soude serait utile contre le Candida albicans [48, 49].

    Par ailleurs, une activité anticandidosique prometteuse a été obtenue dans le cas du resvératrol [50], des extraits d’hydraste du Canada (Hydrastis canadensis L.) [50], de la lactoferrine [50], de la menthe poivrée [51], du noni [52], de l’extrait de pépin de pamplemousse [53] et de la berbérine [54].

    D’autres compléments alimentaires comme l’argile, le gymnema, le bacopa et la réglisse sont utilisés en médecine traditionnelle mais manquent encore d’études cliniques fiables à ce sujet bien que prometteurs.

    Huiles essentielles contre le candida

    Huile essentielle dans un flacon en verre avec sa pipette posée à côté, sur le plan de travail en bois, entourée de plantes.Certaines huiles essentielles peuvent également être très efficaces de par leur pouvoir antifongique. À ce titre, nous vous recommandons de rester très prudent quant à leur utilisation par voie orale et de vous renseigner sur leur posologie auprès d’un professionnel de santé. En cas de surdosage, les huiles essentielles peuvent s’avérer toxiques pour le foie et la muqueuse de l’intestin grêle.

    Voici quelques huiles essentielles (HE) qui ont prouvé leur efficacité contre la levure candida :

    • L’HE de citron (Citrus Limonum) [55] ;
    • L’HE d’eucalyptus (Eucalyptus spp.) [55] ;
    • L’HE de cannelle (cinnamomum Zeylanicum) [55] ;
    • L’HE de pin sylvestre (Pinus Sylvestris) [56]
    • L’HE d’origan (Origanum Vulgare) [57] ;
    • L’HE de tea tree (Melaleuca Alternifolia) [58] ;
    • L’HE de clou de girofle (Syzygium aromaticum) [59] ;
    • L’HE de thym (Thymus Vulgaris) [59].

    En cas de candidose cutanée ou buccale, il est peut être judicieux d’utiliser ces huiles. Pour la peau, on mélange 1 à 2 gouttes de ces huiles dans de l’huile végétale et on applique sur l’endroit à traiter, jusqu’à 3 fois par jour. Pour la candidose buccale, on dissout 1 à 2 gouttes de ces huiles dans de l’eau et on se rince la bouche avec, jusqu’à 3 fois par jour.

    ⭐ Où acheter des huiles essentielles de qualité ? Voici une boutique que nous vous recommandons car ils disposent de nombreuses huiles essentielles, toutes issues d’agriculture biologique : voir les produits.

    L’homéopathie

    La prise d’un traitement homéopathique contre le Candida albicans est parfois recommandée par certains naturopathe, principalement en cas de mycose vaginale récidivante. Le traitement peut se faire soit à l’aide de granules soit sous forme d’ampoule.

    Pour les posologies, nous vous recommandons de vous adresser à un médecin spécialisé en naturopathie qui saura vous donner les bons dosages en fonction de votre état de santé.

    💡 Bon à savoir : il est possible de trouver la mention Monilia albicans sur les tubes de granules à la place de Candida albicans, il s’agit tout de fois du même remède.

    FAQ : réponses à vos questions

    Poids

    La candidose favorise-t-elle la prise ou la perte de poids ?

    De manière générale, lorsque le Candida albicans se multiplie anormalement dans un hôte et qu’une candidose est constatée, les personnes affectées prennent du poids et parviennent difficilement à le perdre. En effet la dysbiose causée par ce champignon va engendrer tout un tas de réactions en chaîne qui vont faciliter la prise de poids. Par exemple, ces personnes vont avoir des envies incontrôlées de sucre.

    Contagion

    La candidose est-elle contagieuse ?

    Lors de rapports intimes, entre des personnes ayant une immunité qui fonctionne normalement, la candidose ne devrait pas être problématique. Même si l’une des personnes est porteuse du champignon, le risque de contagion est extrêmement faible. En effet, le candida albicans fait déjà partie du microbiote de très nombreuses personnes et n’est pas aussi contagieux que d’autres virus tels que l’herpès génital, par exemple.

    Toutefois, si l’immunité d’une personne est perturbée et que celle-ci se retrouve en contact direct avec des muqueuses envahies par la levure, il existe une possibilité qu’une mycose se déclare.

    Du côté de la candidose digestive, il n’y a pas de transmission possible.

    Médicaments

    Quels médicaments sont le plus souvent utilisés pour traiter la candidose ?

    En médecine conventionnelle, les molécules les plus utilisées pour supprimer le candida sont la nystatine (antibiotique antifongique), le fluconazole (antifongique systémique) et le voriconazole (antifongique triazolé).

    Références scientifiques

    Voir les références

    1. Bongomin F, Gago S, Oladele RO, Denning DW. Global and Multi-National Prevalence of Fungal Diseases-Estimate Precision. J Fungi (Basel). 2017;3(4):57. Published 2017 Oct 18. doi:10.3390/jof3040057
    2. Gangneux JP, Bougnoux ME, Hennequin C, et al. An estimation of burden of serious fungal infections in France. J Mycol Med. 2016;26(4):385-390. doi:10.1016/j.mycmed.2016.11.001
    3. R AN, Rafiq NB. Candidiasis. [Updated 2022 Feb 12]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-.
    4. Christensson B, Sigmundsdottir G, Larsson L. D-arabinitol–a marker for invasive candidiasis. Med Mycol. 1999;37(6):391-396. doi:10.1046/j.1365-280x.1999.00249.x
    5. Shuford JA, Steckelberg JM, Patel R. Effects of fresh garlic extract on Candida albicans biofilms. Antimicrob Agents Chemother. 2005;49(1):473. h
    6. Aghazadeh M, Zahedi Bialvaei A, Aghazadeh M, et al. Survey of the Antibiofilm and Antimicrobial Effects of Zingiber officinale (in Vitro Study). Jundishapur J Microbiol. 2016;9(2):e30167. Published 2016 Feb 7.
    7. Chanda W, Joseph TP, Guo XF, et al. Effectiveness of omega-3 polyunsaturated fatty acids against microbial pathogens. J Zhejiang Univ Sci B. 2018;19(4):253-262. doi:10.1631/jzus.B1700063
    8. Xu Y, Hall C 3rd, Wolf-Hall C. Antifungal activity stability of flaxseed protein extract using response surface methodology. J Food Sci. 2008;73(1):M9-M14. doi:10.1111/j.1750-3841.2007.00576.x
    9. Mota AC, de Castro RD, de Araújo Oliveira J, de Oliveira Lima E. Antifungal Activity of Apple Cider Vinegar on Candida Species Involved in Denture Stomatitis. J Prosthodont. 2015;24(4):296-302. doi:10.1111/jopr.12207
    10. Suvorov N, Pogorilyy V, Diachkova E, Vasil’ev Y, Mironov A, Grin M. Derivatives of Natural Chlorophylls as Agents for Antimicrobial Photodynamic Therapy. Int J Mol Sci. 2021;22(12):6392. Published 2021 Jun 15.
    11. Johansson NL, Pavia CS, Chiao JW. Growth inhibition of a spectrum of bacterial and fungal pathogens by sulforaphane, an isothiocyanate product found in broccoli and other cruciferous vegetables. Planta Med. 2008;74(7):747-750. doi:10.1055/s-2008-1074520
    12. Ogbolu DO, Oni AA, Daini OA, Oloko AP. In vitro antimicrobial properties of coconut oil on Candida species in Ibadan, Nigeria. J Med Food. 2007;10(2):384-387. doi:10.1089/jmf.2006.1209
    13. HERAWATI, Margaretha; DEVIYANTI, Sinta; FERHAD, Adibah. The Antifungal Potential of Stevia rebaudiana Bertoni Leaf Extract Against Candida albicans. Journal of Indonesian Dental Association, [S.l.], v. 4, n. 1, p. 55-60, apr. 2021. ISSN 2621-6175. Available at: http://jurnal.pdgi.or.id/index.php/jida/article/view/515
    14. Latti P, Ramanarayanan S, Prashant GM. Antifungal Efficacy of Spice Extracts against Candida albicans: An in vitro study. Indian J Community Med. 2019;44(Suppl 1):S77-S80. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6824162/
    15. Luqman S, Dwivedi GR, Darokar MP, Kalra A, Khanuja SP. Potential of rosemary oil to be used in drug-resistant infections. Altern Ther Health Med. 2007;13(5):54-59. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17900043/
    16. Kosalec I, Pepeljnjak S, Kustrak D. Antifungal activity of fluid extract and essential oil from anise fruits (Pimpinella anisum L., Apiaceae). Acta Pharm. 2005;55(4):377-385. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16375827/
    17. Taguchi Y, Ishibashi H, Takizawa T, Inoue S, Yamaguchi H, Abe S. Protection of oral or intestinal candidiasis in mice by oral or intragastric administration of herbal food, clove (Syzygium aromaticum). Nihon Ishinkin Gakkai Zasshi. 2005;46(1):27-33. doi:10.3314/jjmm.46.27 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15711533/
    18. Shams-Ghahfarokhi M, Shokoohamiri MR, Amirrajab N, et al. In vitro antifungal activities of Allium cepa, Allium sativum and ketoconazole against some pathogenic yeasts and dermatophytes. Fitoterapia. 2006;77(4):321-323. doi:10.1016/j.fitote.2006.03.014 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16690223/
    19. Sung WS, Lee IS, Lee DG. Damage to the cytoplasmic membrane and cell death caused by lycopene in Candida albicans. J Microbiol Biotechnol. 2007;17(11):1797-1804. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18092463/
    20. Ota C, Unterkircher C, Fantinato V, Shimizu MT. Antifungal activity of propolis on different species of Candida. Mycoses. 2001;44(9-10):375-378. doi:10.1046/j.1439-0507.2001.00671.x https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11766101/
    21. Matsubara VH, Bandara HM, Mayer MP, Samaranayake LP. Probiotics as Antifungals in Mucosal Candidiasis. Clin Infect Dis. 2016;62(9):1143-1153. doi:10.1093/cid/ciw038 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26826375/
    22. De Seta F, Parazzini F, De Leo R, et al. Lactobacillus plantarum P17630 for preventing Candida vaginitis recurrence: a retrospective comparative study. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2014;182:136-139. doi:10.1016/j.ejogrb.2014.09.018 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25305660/
    23. Palacios S, Espadaler J, Fernández-Moya JM, Prieto C, Salas N. Is it possible to prevent recurrent vulvovaginitis? The role of Lactobacillus plantarum I1001 (CECT7504). Eur J Clin Microbiol Infect Dis. 2016;35(10):1701-1708. doi:10.1007/s10096-016-2715-8 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27393491/
    24. Murina F, Graziottin A, Vicariotto F, De Seta F. Can Lactobacillus fermentum LF10 and Lactobacillus acidophilus LA02 in a slow-release vaginal product be useful for prevention of recurrent vulvovaginal candidiasis?: A clinical study. J Clin Gastroenterol. 2014;48 Suppl 1:S102-S105. doi:10.1097/MCG.0000000000000225 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25291115/
    25. Martinez RC, Seney SL, Summers KL, Nomizo A, De Martinis EC, Reid G. Effect of Lactobacillus rhamnosus GR-1 and Lactobacillus reuteri RC-14 on the ability of Candida albicans to infect cells and induce inflammation. Microbiol Immunol. 2009;53(9):487-495. doi:10.1111/j.1348-0421.2009.00154.x https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19703242/
    26. Chew SY, Cheah YK, Seow HF, Sandai D, Than LT. Probiotic Lactobacillus rhamnosus GR-1 and Lactobacillus reuteri RC-14 exhibit strong antifungal effects against vulvovaginal candidiasis-causing Candida glabrata isolates. J Appl Microbiol. 2015;118(5):1180-1190. doi:10.1111/jam.12772 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25688886/
    27. Pericolini E, Gabrielli E, Ballet N, et al. Therapeutic activity of a Saccharomyces cerevisiae-based probiotic and inactivated whole yeast on vaginal candidiasis. Virulence. 2017;8(1):74-90. doi:10.1080/21505594.2016.1213937 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27435998/
    28. Segers ME, Lebeer S. Towards a better understanding of Lactobacillus rhamnosus GG–host interactions. Microb Cell Fact. 2014;13 Suppl 1(Suppl 1):S7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4155824/
    29. Oncel MY, Arayici S, Sari FN, et al. Comparison of Lactobacillus reuteri and nystatin prophylaxis on Candida colonization and infection in very low birth weight infants. J Matern Fetal Neonatal Med. 2015;28(15):1790-1794. doi:10.3109/14767058.2014.968842 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25245226/
    30. Romeo MG, Romeo DM, Trovato L, et al. Role of probiotics in the prevention of the enteric colonization by Candida in preterm newborns: incidence of late-onset sepsis and neurological outcome. J Perinatol. 2011;31(1):63-69. doi:10.1038/jp.2010.57 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20410904/
    31. Kraft-Bodi E, Jørgensen MR, Keller MK, Kragelund C, Twetman S. Effect of Probiotic Bacteria on Oral Candida in Frail Elderly. J Dent Res. 2015;94(9 Suppl):181S-6S. doi:10.1177/0022034515595950 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26202995/
    32. Scevola D, Perversi L, Cavanna C, et al. Acid tolerance and fecal recovery following oral administration of Saccharomyces cerevisiae. J Chemother. 2003;15(2):143-147. doi:10.1179/joc.2003.15.2.143 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12797391/
    33. Aarati Nayak M.D.S. et al, Antifungal activity of a toothpaste containing Ganoderma lucidum against Candida albicans – an in vitro study http://listamester.hu/store/5207/ganozhi_toothpaste.pdfangol.pdf
    34. Khan A, Ahmad A, Xess I, Khan LA, Manzoor N. Ocimum sanctum essential oil inhibits virulence attributes in Candida albicans. Phytomedicine. 2014;21(4):448-452. doi:10.1016/j.phymed.2013.10.028 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24252340/
    35. Amber K, Aijaz A, Immaculata X, Luqman KA, Nikhat M. Anticandidal effect of Ocimum sanctum essential oil and its synergy with fluconazole and ketoconazole. Phytomedicine. 2010;17(12):921-925. doi:10.1016/j.phymed.2010.02.012 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20378320/
    36. Sung WS, Lee DG. In vitro candidacidal action of Korean red ginseng saponins against Candida albicans. Biol Pharm Bull. 2008;31(1):139-142. doi:10.1248/bpb.31.139 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18175957/
    37. Thaweboon B, Thaweboon S. Effect of Phyllanthus emblica Linn. on candida adhesion to oral epithelium and denture acrylic. Asian Pac J Trop Med. 2011;4(1):41-45. doi:10.1016/S1995-7645(11)60029-1 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21771413/
    38. Nadereh Mir-Rashed, Isabel Cruz, Matthew Jessulat, Michel Dumontier, Claire Chesnais, NG Juliana, Virginie Treyvaud Amiguet, Ashkan Golshani, John T. Arnason, Myron L. Smith, Disruption of fungal cell wall by antifungal Echinacea extracts, Medical Mycology, Volume 48, Issue 7, November 2010, Pages 949–958, https://academic.oup.com/mmy/article/48/7/949/1055388
    39. Visser J, Rozing J, Sapone A, Lammers K, Fasano A. Tight junctions, intestinal permeability, and autoimmunity: celiac disease and type 1 diabetes paradigms. Ann N Y Acad Sci. 2009;1165:195-205. doi:10.1111/j.1749-6632.2009.04037.x https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2886850/
    40. Rosenfeldt V, Benfeldt E, Valerius NH, Paerregaard A, Michaelsen KF. Effect of probiotics on gastrointestinal symptoms and small intestinal permeability in children with atopic dermatitis. J Pediatr. 2004;145(5):612-616. doi:10.1016/j.jpeds.2004.06.068 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15520759/
    41. Achamrah N, Déchelotte P, Coëffier M. Glutamine and the regulation of intestinal permeability: from bench to bedside. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2017;20(1):86-91. doi:10.1097/MCO.0000000000000339 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27749689/
    42. Rao R, Samak G. Role of Glutamine in Protection of Intestinal Epithelial Tight Junctions. J Epithel Biol Pharmacol. 2012;5(Suppl 1-M7):47-54. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4369670/
    43. Durkin LA, Childs CE, Calder PC. Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids and the Intestinal Epithelium-A Review. Foods. 2021;10(1):199. Published 2021 Jan 19. doi:10.3390/foods10010199 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7835870/
    44. Costantini L, Molinari R, Farinon B, Merendino N. Impact of Omega-3 Fatty Acids on the Gut Microbiota. Int J Mol Sci. 2017;18(12):2645. Published 2017 Dec 7. doi:10.3390/ijms18122645 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5751248/
    45. Meyer H, Goettlicher S, Mendling W. Stress as a cause of chronic recurrent vulvovaginal candidosis and the effectiveness of the conventional antimycotic therapy. Mycoses. 2006;49(3):202-209. doi:10.1111/j.1439-0507.2006.01235.x https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16681811/
    46. Dhabhar FS. Effects of stress on immune function: the good, the bad, and the beautiful. Immunol Res. 2014;58(2-3):193-210. doi:10.1007/s12026-014-8517-0 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24798553/
    47. Konturek PC, Brzozowski T, Konturek SJ. Stress and the gut: pathophysiology, clinical consequences, diagnostic approach and treatment options. J Physiol Pharmacol. 2011;62(6):591-599. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22314561/
    48. Letscher-Bru V, Obszynski CM, Samsoen M, Sabou M, Waller J, Candolfi E. Antifungal activity of sodium bicarbonate against fungal agents causing superficial infections. Mycopathologia. 2013;175(1-2):153-158. doi:10.1007/s11046-012-9583-2 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22991095/
    49. Tomás M, Rolo J, Gaspar C, et al. Sodium bicarbonate gels: a new promising strategy for the treatment of vulvovaginal candidosis. Eur J Pharm Sci. 2021;157:105621. doi:10.1016/j.ejps.2020.105621 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33122009/
    50. S. Otašević, S. Momčilović, M. Petrović, O. Radulović, N.M. Stojanović, V. Arsić-Arsenijević, The dietary modification and treatment of intestinal Candida overgrowth – a pilot study, Journal de Mycologie Médicale, Volume 28, Issue 4, 2018, Pages 623-627, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1156523318300969?via%3Dihub
    51. Saharkhiz MJ, Motamedi M, Zomorodian K, Pakshir K, Miri R, Hemyari K. Chemical Composition, Antifungal and Antibiofilm Activities of the Essential Oil of Mentha piperita L. ISRN Pharm. 2012;2012:718645. doi:10.5402/2012/718645 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23304561/
    52. Jainkittivong A, Butsarakamruha T, Langlais RP. Antifungal activity of Morinda citrifolia fruit extract against Candida albicans. Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod. 2009;108(3):394-398. doi:10.1016/j.tripleo.2009.05.044 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19716507/
    53. Han Y. Synergic effect of grape seed extract with amphotericin B against disseminated candidiasis due to Candida albicans. Phytomedicine. 2007;14(11):733-738. doi:10.1016/j.phymed.2007.08.004 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17913484/
    54. Quan H, Cao YY, Xu Z, et al. Potent in vitro synergism of fluconazole and berberine chloride against clinical isolates of Candida albicans resistant to fluconazole. Antimicrob Agents Chemother. 2006;50(3):1096-1099. doi:10.1128/AAC.50.3.1096-1099.2006 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16495278/
    55. Białoń M, Krzyśko-Łupicka T, Koszałkowska M, Wieczorek PP. The influence of chemical composition of commercial lemon essential oils on the growth of Candida strains. Mycopathologia. 2014;177(1-2):29-39. doi:10.1007/s11046-013-9723-3 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24436010/
    56. Mandras N, Nostro A, Roana J, et al. Liquid and vapour-phase antifungal activities of essential oils against Candida albicans and non-albicans Candida. BMC Complement Altern Med. 2016;16(1):330. Published 2016 Aug 30. doi:10.1186/s12906-016-1316-5 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5006570/
    57. Manohar V, Ingram C, Gray J, et al. Antifungal activities of origanum oil against Candida albicans. Mol Cell Biochem. 2001;228(1-2):111-117. doi:10.1023/a:1013311632207 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11855736/
    58. Mondello F, De Bernardis F, Girolamo A, Cassone A, Salvatore G. In vivo activity of terpinen-4-ol, the main bioactive component of Melaleuca alternifolia Cheel (tea tree) oil against azole-susceptible and -resistant human pathogenic Candida species. BMC Infect Dis. 2006;6:158. Published 2006 Nov 3. doi:10.1186/1471-2334-6-158 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17083732/
    59. Rajkowska K, Nowicka-Krawczyk P, Kunicka-Styczyńska A. Effect of Clove and Thyme Essential Oils on Candida Biofilm Formation and the Oil Distribution in Yeast Cells. Molecules. 2019;24(10):1954. Published 2019 May 21. doi:10.3390/molecules24101954 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6572016/

    Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

    Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

    Note moyenne : 4.9 / 5. Votes : 20

    Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

    Merci de partager, votre aide est précieuse !

    Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

    MessengerWhatsAppLinkedInPinterest

    🌿 Fondateur de Mes Bienfaits

    Entrepreneur dans le domaine de la santé, son parcours est celui d’un diplômé universitaire qui a décidé de repartir de zéro pour transformer sa passion en expertise professionnelle.

    Pour présenter l’information la plus fiable possible, il s’appuie sur de nombreuses sources reconnues : études scientifiques (essais contrôlés randomisés, méta-analyses, revues systématiques...), recommandations des institutions de santé, ouvrages des plus grands spécialistes, etc.

    🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
    Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

    Découvrir nos guides santé

    Pour continuer votre lecture, voici nos guides santé et bien-être les plus appréciés. Découvrez les bienfaits des plantes, remèdes et autres substances naturelles.

    Plantes médicinales

    Açaï - Acérola - Ail - Aloe vera - Amla - Artichaut - Ashwagandha - Astragale - Aubépine - Bacopa - Ballote - Baobab - Boswellia - Bourrache - Cacao - Camomille allemande - Centella asiatica - Chaga - Chanvre - Chardon-marie - Chia - Chlorelle - Cordyceps - Costus - Cranberry - Curcuma - Damiana - Échinacée - Éleuthérocoque - Fenugrec - Garcinia - Gattilier - Ginkgo biloba - Ginseng - Goji - Grande camomille - Griffe de chat - Griffonia - Gymnema - Harpagophytum - Hericium - Kelp - Kernza - Kinkéliba - Klamath - Konjac - Kudzu - Luzerne - Maca - Maitake - Mélisse - Millepertuis - Moringa - Mucuna - Ortie - Palmier nain - Passiflore - Psyllium - Reishi - Rhodiola - Safran - Schisandra - Shiitake - Sorgho - Spiruline - Thé vert - Thym - Tribulus - Valériane.

    Remèdes naturels

    Alimentation alcaline - Antidépresseurs naturels - Anti-inflammatoires naturels - Antihistaminiques naturels - Antipyrétiques naturels - Antispasmodiques naturels - Antivomitifs naturels - Anxiolytiques naturels - Aphtes - Aspirine naturelle - Candidose (candida albicans) - Constipation : remèdes naturels - Eczéma - Grippe - Histaminose - Laxatifs naturels - Nettoyer le foie - Nootropiques - Perméabilité intestinale (intestin qui fuit) - Plantes aphrodisiaques - Plantes diabète - Plantes digestion - Plantes immunitaires - Plantes migraine - Plantes pour dormir - Plantes pour maigrir - Protection radiations nucléaires - Réparation du cartilage - Rhume - Sarcopénie - Somnifères naturels - SOPK - Toux sèche - Variole du singe (Monkeypox) - Vessie hyperactive.

    Vitamines, minéraux et molécules

    Acide hyaluronique - Berbérine - Calcium - CBD - Charbon végétal - Choline - Coenzyme Q10 - Collagène - Cuivre - Cycloastragenol - Cynarine - DHEA - Eau - Fer - Fibres - Glutathion - Honokiol - Iode - Lactoferrine - Magnésium - Mélatonine - N-acétylcystéine - Oméga-3 - Palmitoyléthanolamide - Potassium - Probiotiques - Ptérostilbène - Pycnogenol - Quercétine - Resvératrol - Sélénium - Sérotonine - Taurine - Vitamine A - Vitamine B9 - Vitamine B12 - Vitamine C - Vitamine D - Vitamine E - Vitamine K - Zinc.

    Vous appréciez notre site ?

    🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

    En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.