Cuivre, bienfaits et dangers de cet oligo-élément

    5
    (4)

    On entend généralement très peu parler du cuivre pour la santé. Pourtant, il s’agit d’un oligo-élément essentiel que l’on retrouve notamment dans le noyau des cellules et dans les mitochondries. Une carence ou un excès peuvent ainsi conduire à des troubles pathologiques plus ou moins graves.

    Le cuivre intervient dans plusieurs processus physiologiques et métaboliques comme la croissance, la santé cardiovasculaire et l’immunité. Consommé à des doses optimales, il participe à la santé du corps humain. Néanmoins, à des doses élevées, il s’avère toxique. Il convient donc de ne pas en abuser !

    Le cuivre est présent dans de nombreux aliments, dans certains compléments alimentaires et… dans l’eau du robinet. Cette dernière peut d’ailleurs contenir du cuivre en quantité très élevée, et ainsi nous intoxiquer sans même que nous nous en rendions compte. Heureusement, il existe des solutions que nous évoquerons dans ce guide. Nous vous indiquerons notamment comment filtrer l’eau du robinet de manière efficace, dans le but d’éviter une ingestion excessive de cuivre libre dont les dangers ont été prouvés par la science.

    Ce guide vous permettra de connaître les indications et les bienfaits du cuivre, ses dangers en cas d’excès, sa posologie ainsi que ses sources alimentaires (tableau de plus de 100 aliments). À la fin de cette page, nous répondons à vos questions (voir FAQ). Vous découvrirez, entre autres, si la femme enceinte peut consommer du cuivre pendant la grossesse et si cet oligo-élément rend la peau verte.

    Cuivre : aliments riches en ce métal (écrevisse, huitre, olives, graines de tournesol, cacao et noix sur une table

    Qu’est-ce que le cuivre ?

    Le cuivre est un oligo-élément qui appartient à la famille des métaux. On le trouve à l’état de trace dans notre organisme. En effet, notre corps contient un peu plus de 100 mg de cuivre [1]. Les oligo-éléments essentiels n’étant pas synthétisés par l’organisme, il est primordial de les apporter via l’alimentation.

    Le cuivre participe à de nombreuses réactions métaboliques. Il est à ce titre cofacteur d’une famille d’enzymes appelées les cupro enzymes [2]. Dans notre corps, le cuivre se trouve au niveau du cerveau, du foie, des reins ainsi que des muscles [3].

    L’origine de l’utilisation thérapeutique du cuivre remonte à loin. Les grecs, les égyptiens et les aztèques l’utilisaient pour le traitement et la prévention de diverses maladies et infections comme les maux de gorge et les éruptions cutanées. Au 19ème siècle, les scientifiques ont découvert les propriétés antimicrobiennes du cuivre.

    💡 Le saviez-vous ? L’Agence américaine de Protection de l’Environnement a homologué en 2008 l’utilisation du cuivre en tant qu’agent antimicrobien et molécule efficace contre la prolifération des bactéries et virus y compris plus récemment le SARS-CoV-2 responsable du Covid-19 [4].

    D’autre part, il est important de savoir que le cuivre est un métal toxique lorsqu’il est utilisé à hautes doses. C’est la raison pour laquelle il est déconseillé de conserver les aliments dans des récipients en cuivre.

    Excès de cuivre : quels dangers ?

    Symbole du cuivre : Cu en noir et blancL’excès de cuivre peut être le résultat d’une consommation excessive de cuivre soit dans une intention suicidaire ou par accident en ingérant de l’eau contaminée ou présent dans les aliments. Cet excès peut être également la conséquence de maladie héréditaire comme la maladie de Wilson. D’autres maladies peuvent causer l’excès de cuivre : les infections comme la tuberculose [5] et l’hépatite, le diabète [6] ou les cancers [7] (leucémie, maladie de Hodgkin).

    On estime l’apport maximal tolérable ne provoquant aucun effet néfaste sur la santé à 10 mg / jour chez les adultes. À ce titre, la consommation d’1 g de cuivre peut ainsi causer une intoxication grave voire mortelle [8].

    Les symptômes d’un excès de cuivre peuvent comprendre :

    • Des maux d’estomac ;
    • Des nausées ;
    • Des vomissements ;
    • Des diarrhées ;
    • Des étourdissements ;
    • Des douleurs musculaires.

    Une intoxication plus sévère au cuivre peut provoquer des symptômes plus graves comme des lésions hépatiques, des lésions rénales, une anémie, des hémorragies intestinales, voire le coma et la mort [9].

    Les conséquences d’un excès de cuivre dans le sang peuvent être dramatiques et provoquer diverses conditions pathologiques. À ce titre, plusieurs études ont démontré la relation entre un excès de cuivre et l’augmentation des radicaux libres et des dommages liés au stress oxydatif [10]. De plus, cet excès a aussi été associé à la maladie d’Alzheimer [11] et Parkinson [12] ainsi qu’aux maladies cardiaques [13].

    Toutefois, si un excès de cuivre s’avère toxique, sa carence reste également dangereuse. Il faut donc s’assurer d’avoir un taux de cuivre optimal et d’apporter la bonne quantité de cuivre à son organisme, afin de profiter de ses nombreux bienfaits.

    Bienfaits, effets et vertus

    Le cuivre est un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. En effet, il participe à diverses réactions métaboliques et enzymatiques qui permettent un bon fonctionnement cérébral, la production d’énergie ou une meilleure gestion des oxydants. Dans cette section de l’article, nous allons d’abord résumer l’ensemble des bienfaits et des vertus du cuivre avant de détailler chaque indication en nous appuyant sur des études scientifiques.

    Aperçu des bienfaits

    Favorise la santé de la peau

    • Augmente la production du collagène et d’élastine
    • Protège les pieds contre les infections microbiennes et fongiques
    • Améliore l’apparence de la peau
    • Améliore la cicatrisation

    Participe au bon fonctionnement du cœur

    • Réduit l’hypertrophie du cœur causée par la carence en cuivre
    • Réduit le risque d’athérosclérose
    • Réduit les taux du mauvais cholestérol et de triglycérides

    Réduit la perte osseuse

    • Favorise la formation d’os solides
    • Réduit la perte de la densité osseuse
    • Inverse les anomalies osseuses chez le nourrisson

    Prend soin du système immunitaire

    • Protège contre l’infection au choléra
    • Restaure le niveau et la fonction des cellules immunitaires

    Lutte contre l’anxiété et la dépression

    • Réduit les symptômes de l’anxiété et de la dépression

    Détails des bienfaits

    Favorise la santé de la peau

    Le cuivre favorise la santé de la peau en améliorant son élasticité et sa structure. En effet, d’après les résultats de plusieurs études, le cuivre augmente la production du collagène et de l’élastine, deux molécules bénéfiques à la santé cutanée [14, 15].

    Une femme avec une très belle peau regarde vers le haut. On aperçoit des arbres derrière elleDe plus, grâce à ses propriétés antimicrobiennes et antifongiques, lorsqu’on imprègne des chaussettes avec du cuivre, celles-ci protègent les pieds des athlètes contre les infections à Tinea pedis, une infection fongique se développant principalement entre les orteils et sur la plante des pieds [16]. Ces chaussettes imprégnées de cuivre semblent aussi prévenir les plaies et les infections chez les diabétiques qui conduisent souvent à des ulcères [17].

    D’autre part, le cuivre améliore l’apparence de la peau en réduisant les rides. C’est ce qu’affirment les résultats d’une étude réalisée sur 118 volontaires qui ont utilisé des taies d’oreillers contenant de l’oxyde de cuivre [18].

    Enfin, l’utilisation du cuivre dans les pansements améliore la cicatrisation des plaies en améliorant la régénération de la peau et en réduisant les risques d’infections [19].

    Participe au bon fonctionnement du cœur

    Le cuivre est un minéral essentiel au bon fonctionnement du cœur et des vaisseaux sanguins. Une supplémentation en cuivre réduit l’altération de la fonction cardiaque et l’hypertrophie du cœur causée par une carence en cuivre [20].

    Gros plan sur la poitrine d'un homme en chemise bleue. Il pose sa main sur son cœur et semble avoir un problème cardiovasculaire car sa main est crispée.De plus, le cuivre réduit le risque d’athérosclérose. Une supplémentation de cuivre à raison de 6 mg par jour pendant 40 semaines a réduit de 30 % l’inhibiteur de l’activateur de plasminogène (PAI-1), diminuant le risque d’athérosclérose [21].

    D’autre part, la supplémentation en cuivre permet de réduire les taux de cholestérol total, de triglycérides et de cholestérol LDL tout en augmentant légèrement le cholestérol HDL (bon cholestérol) [22, 23].

    Réduit la perte osseuse

    Le rôle du cuivre dans la formation osseuse et dans la bonne santé des os est reconnu [24]. En effet, le cuivre est un cofacteur de l’enzyme lysyl oxydase, enzyme nécessaire à la formation d’os solides [25].

    Os et squelette d'une femme brune que l'on aperçoit à travers sa peau en image de synthèseChez les femmes ménopausées, une supplémentation en cuivre de 3 mg / jour pendant 2 ans a permis de réduire la perte de la densité minérale osseuse, un des symptômes qui accompagnent la ménopause [26].

    D’autre part, chez les nourrissons carencés, une supplémentation en cuivre inverse les anomalies osseuses [27].

    Prend soin du système immunitaire

    Le cuivre joue un rôle bénéfique dans le renforcement du système immunitaire. Lors d’épidémies de choléra au 19ème siècle, les travailleurs exposés aux sels de cuivre n’ont pas été touchés par cette infection [28]. De plus, une supplémentation en cuivre semble restaurer les niveaux et la fonction des lymphocytes T [29].

    Lutte contre l’anxiété et la dépression

    Femme stressée au travail. Elle se tient le front, assise devant son travail à accomplir.Le cuivre semble lutter contre l’anxiété et la dépression. C’est ce que révèlent les résultats d’une étude réalisée sur 238 femmes enceintes. En effet, une supplémentation pendant leur grossesse a permis de réduire les symptômes d’anxiété et de dépression [30].

    Cependant, d’autres études plus approfondies sont nécessaires.

    CUIVRE, FAUT-IL SE SUPPLÉMENTER ?

    Nous ne recommandons pas de vous supplémenter en cuivre hormis une anémie diagnostiquée par votre médecin. En effet, la quasi totalité des compléments alimentaires à base de ce métal, comporte du cuivre libre qui devient toxique une fois ingéré par notre corps. Tout comme pour le fer libre, le cuivre libre se transforme en radical hydroxyle, l’oxydant le plus toxique pour notre organisme, lorsqu’il rencontre du peroxyde d’hydrogène, une molécule omniprésente dans notre corps [31]. Cette réaction connue des scientifiques est nommée réaction de Fenton.

    En effet, dans notre corps, le cuivre est transporté via une protéine appelée céruloplasmine, qui permet de protéger nos cellules de cette réaction. Cependant, lorsqu’on apporte du cuivre libre, comme celui des compléments alimentaires ou celui présent dans l’eau potable, nos cellules ne sont plus protégées de l’oxydation et les dégâts commencent.

    Une étude récente montre ainsi qu’un apport élevé en cuivre, principalement à partir de suppléments de cuivre, est associé à un déclin cognitif plus rapide [32]. Il y est également expliqué que certaines pathologies comme la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies de la neurodégénérescence, des maladies fibrotiques, inflammatoires et auto-immunes peuvent être traitées en réduisant l’apport de cuivre libre.

    ✔️ Ces solutions impliquent notamment de s’abstenir de prendre des suppléments de cuivre et de ne pas ingérer les quantités importantes de cuivre présentes dans l’eau potable.

    Pourquoi et comment filtrer l’eau du robinet pour éviter le cuivre ?

    De nos jours, l’OMS et le code de la santé publique français autorisent jusqu’à 2 mg de cuivre / litre d’eau potable [33, 34]. Ce qui peut s’avérer beaucoup pour les personnes consommant 2 à 3 litres d’eau par jour, lorsque l’on sait que les apports recommandés sont de l’ordre de 0,9 mg par jour pour un adulte. L’OMS souligne d’ailleurs qu’il « existe encore des incertitudes concernant les effets à long terme ».

    Eau filtrée qui sort d'un robinet. Un homme se sert de l'eau dans un verre.Selon diverses études scientifiques, l’eau du robinet contient des taux de cuivre trop élevés et se doit d’être filtrée grâce à des systèmes de filtration performants. Au minimum, l’agence française de sécurité sanitaire des aliments (Anses) précise qu’il est recommandé de ne pas consommer l’eau du premier jet au robinet le matin, notamment pour la boisson et la préparation des aliments des nourrissons, car elle présente les valeurs les plus élevées en éléments métalliques (nickel, cuivre et plomb) [34].

    À titre d’exemple, dans l’ouest de l’Autriche, en Allemagne et en Italie plus de 138 nourrissons sont morts dus à des niveaux élevés de cuivre hépatique, causés par des concentrations élevées de cuivre dans l’eau potable ou les aliments.

    Par ailleurs, de nombreuses études ont permis de démontrer le lien entre des troubles gastro-intestinaux et des taux de cuivre trop élevés dans l’eau du robinet [35-37].

    Selon d’autres scientifiques, diverses maladies telles que Alzheimer et Parkinson pourraient être traitées en réduisant le cuivre présents dans l’eau [32].

    ⭐⭐⭐⭐⭐ Vous vous demandez quel système de purification utiliser ? C’est normal, nous nous sommes également posé cette question. Nous avons d’ailleurs passé beaucoup de temps à nous renseigner avant de choisir la solution qui répond à nos exigences.
    DÉCOUVRIR CETTE SOLUTION

    💧 Si vous n’avez pas lu notre guide de l’eau, nous vous invitons vivement à le lire pour comprendre comment consommer de l’eau de qualité au quotidien. L’eau n’aura plus de secret pour vous !

    Conditionnement du cuivre sur le marché

    Sur le marché, le cuivre est présent sous différentes formes. On peut ainsi retrouver ce métal sous forme de gélules, de poudre ou de solutions à base de sels de cuivre comme le gluconate, le sulfate ou l’oxyde. On en trouve également sous forme de sirop, de liquide ou d’ampoule.

    Où acheter du cuivre de qualité ?

    Comme nous vous l’avons expliqué plus haut, les compléments alimentaires à base de cuivre sont généralement toxiques pour notre organisme, du fait de sa forme libre qui s’oxyde rapidement dans notre corps, créant des dommages à l’ADN. Par ailleurs, de par sa teneur élevée dans l’eau du robinet, les carences en cuivre sont peu fréquentes.

    ⭐ Toutefois, si votre médecin vous a diagnostiqué une carence en cuivre, il est possible de consommer ponctuellement des compléments alimentaires. Voici un produit comportant 2000 µg de sulfate de cuivre (soit 200 % des apports de référence) : voir le produit.

    Une fois vos taux de cuivre revenus à la normale, maintenez ce dernier en favorisant une alimentation riche en cuivre. Vous trouverez plus bas, un tableau de plus de 100 aliments riches en cet oligo-élément.

    Posologie

    💊 Les apports journaliers recommandés de cuivre sont [38] :

    • Enfants : 0,3 à 0,9 mg / jour ;
    • Adultes (homme et femmes) : 0,9 mg / jour ;
    • Femmes enceintes : 1 mg / jour ;
    • Femmes allaitantes : 1,3 mg / jour.

    💡 Bon à savoir : on estime l’apport maximal tolérable ne provoquant aucun effet néfaste sur la santé à 10 mg / jour chez les adultes [38].

    La supplémentation en cuivre est nécessaire que si elle est recommandée par le médecin afin de traiter une carence en cuivre et l’anémie par carence en cuivre [39].

    En cas de doute, nous vous invitons à suivre attentivement les recommandations de votre fournisseur et de consulter l’avis d’un médecin car un excès de cuivre peut provoquer des effets néfastes sur la santé.

    Cuivre : sources alimentaires

    La meilleure stratégie pour améliorer ses taux de cuivre reste d’optimiser son alimentation. En effet, lorsque le cuivre est ingéré via l’alimentation, il ne se retrouve pas sous sa forme libre et n’est donc pas oxydant.

    Les aliments qui contiennent des concentrations relativement élevées de cuivre comprennent les abats, les crustacés, les algues, les oléagineux, le cacao, les graines et les épices. Mais tous les aliments ne se valent pas. En effet, selon l’Anses, les estimations des apports alimentaires en France varient de 0,93 à 4,2 mg / j pour l’adulte [34] :

    « Si les mollusques et crustacés, les fruits secs, les graines oléagineuses et les abats (foie) présentent les plus fortes teneurs en cuivre, ils contribuent peu à l’apport alimentaire du fait de leur faible consommation. Les principaux vecteurs sont les pains, biscottes, biscuits et les pommes de terre. »

    💡 Rappel : le cuivre est également obtenu à partir de l’eau du robinet provenant de tuyaux en cuivre. L’OMS et le code de la santé publique français autorisent jusqu’à 2 mg de cuivre / litre d’eau potable [33, 34]. 💧

    Tableau des aliments riches en CUIVRE : plus de 100 aliments

    Retrouvez plus de 100 aliments classés par ordre décroissant selon leur teneur en cuivre. Contrôlez ainsi votre apport en cuivre grâce à notre tableau disponible également en version imprimable (pdf).

    Recevez le tableau par e-mail

    Icône PDF rouge et blanc représentant un document PDF.Le tableau des aliments riches en cuivre est disponible en version imprimable (pdf). En bonus, vous aurez aussi accès au tableau des IG (index glycémique), des sources d’oméga-3, des fibres alimentaires, des indices PRAL, du calcium, du fer et à celui des protéines végétales. Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder aux documents, gratuitement, sans aucun engagement. Envoi rapide et instantané.

    En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.

    Les tableaux ci-dessous listent les aliments contenant le plus de cuivre. Sachez que nous avons volontairement décidé d’ôter certains aliments crus d’origine animale qui, souvent, en contiennent plus que leur version cuite. En effet, nous ne trouvons pas nécessairement pertinent de donner l’information pour du foie de canard cru ou de l’oie, car ces aliments sont très peu consommés par la majorité des consommateurs. Nous nous sommes donc concentrés sur les aliments sources de cuivre les plus consommés ou faciles à consommer.

    Découvrez tout de suite la liste des aliments riches en cuivre, classés selon leur teneur pour une portion de 100 g.

    Aliments d’origine animale (100 g) Cuivre (mg)
    Foie, veau, cuit 20,1
    Foie, agneau, cuit 8,45
    Abat, cuit (en moyenne) 4,93
    Foie, génisse, cuit 3,46
    Escargot en sauce au beurre persillé, préemballé, cuit 2,3
    Calmar ou calamar ou encornet, frit ou poêlé avec matière grasse 2,11
    Crabe ou Tourteau, bouilli / cuit à l’eau 1,99
    Huître creuse, crue 1,45
    Homard, bouilli / cuit à l’eau 1,3
    Crevette géante tigrée, cuite 1,21
    Foie, dinde, cuit 1,05
    Calmar ou calamar ou encornet, bouilli / cuit à l’eau 1
    Crevette grise, cuite 1
    Crevette rose bouquet, cuite 0,94
    Pâté ou terrine de campagne 0,92
    Araignée de mer, cuite 0,91
    Foie gras, canard, entier, cuit 0,91
    Écrevisse, cuite 0,89
    Coeur, dinde, cuit 0,83
    Langoustine, bouillie / cuite à l’eau 0,82
    Pigeon, viande, rôtie / cuite au four 0,76
    Crevette pattes blanches, cuite 0,73
    Parmesan 0,71
    Rognon, porc, cuit 0,67
    Foie de morue, cru 0,66
    Foie, porc, cuit 0,63
    Terrine de canard 0,62
    Comté 0,61
    Caille, viande et peau, cuite 0,59
    Coeur, boeuf, cuit 0,56
    Rognon, boeuf, cuit 0,56
    Aliments d’origine végétale (100 g) Cuivre (mg)
    Spiruline (Spirulina sp.), séchée ou déshydratée 6,1
    Champignon, lentin comestible ou shiitaké, séché 5,17
    Cacao, non sucré, poudre soluble 3,9
    Noix de cajou, grillée à sec, non salée 2,7
    Thé, feuille 2,5
    Farine de soja 2,26
    Basilic, séché 2,1
    Pollen, partiellement séché 1,95
    Tournesol, graine, grillé, salé 1,83
    Noisette grillée 1,75
    Noix du Brésil 1,75
    Chocolat noir sans sucres ajoutés, avec édulcorants, en tablette 1,7
    Noisette 1,7
    Pavot, graine 1,63
    Tahin ou Purée de sésame 1,61
    Chocolat noir à 70 % cacao minimum, extra, dégustation, tablette 1,6
    Meloukhia, feuilles de corète séchées, en poudre 1,6
    Sésame, graine 1,58
    Café, moulu 1,55
    Menthe, séchée 1,54
    Tournesol, graine 1,5
    Sésame, grillé, graine décortiquée 1,46
    Tomate, séchée 1,42
    Cucurbitacées, graine 1,34
    Laitue de mer (Ulva sp.), séchée ou déshydratée 1,31
    Curcuma, poudre 1,3
    Lin, brun, graine 1,3
    Pistache, grillée 1,3
    Spécialité végétale type fromage, à la noix de cajou, préemballée 1,3
    Lin, graine 1,22
    Ao-nori (Enteromorpha sp.), séchée ou déshydratée 1,21
    Curry, poudre 1,2
    Noix de pécan 1,2
    Pignon de pin 1,2
    Marjolaine, séchée 1,13
    Fenugrec, graine 1,11
    Amande, grillée, salée 1,1
    Dulse (Palmaria palmata), séchée ou déshydratée 1,1
    Noix, séchée, cerneaux 1,1
    Pistache, grillée, salée 1,1
    Fenouil, graine 1,07
    Herbes de Provence, séchées 1,06
    Nori (Porphyra sp.), séchée ou déshydratée 1,06
    Son de blé 1,05
    Amande, mondée, émondée ou blanchie 1,03
    Noix de muscade 1,03
    Lupin, graine crue 1,02
    Mélange apéritif de graines (non salées) et raisins secs 1
    Poivre noir, poudre 1
    Biscotte complète ou riche en fibres < 1
    Biscotte multicéréale < 1
    Biscuit sec croquant (ex : tuile) sans chocolat, allégé en matière grasse < 1
    Biscuit sec pour petit déjeuner, au chocolat < 1
    Pain de mie, complet < 1
    Pain grillé suédois au blé complet < 1
    Matière grasse végétale (type margarine) < 1
    Pain, baguette ou boule, bis (à la farine T80 ou T110) < 0,98
    Coriandre, graine 0,98
    Amande (avec peau) 0,96
    Noix, fraîche 0,93
    Chia, graine, séchée 0,92
    Carvi, graine 0,91
    Farine de pois chiche 0,91
    Poivre blanc, poudre 0,91
    Champignon, lentin comestible ou shiitaké, cuit 0,91
    Cumin, graine 0,87
    Thym, séché 0,86
    Sarriette, séchée 0,85
    Chou frisé, cru 0,8
    Noix de macadamia 0,76
    Sauge, séchée 0,76
    Son de riz 0,73
    Ascophylle noueux ou goémon noir (Ascophyllum nodosum), séché ou déshydraté 0,72
    Paprika 0,71
    Protéine de soja texturée, réhydratée 0,69
    Cacahuète, grillée, salée 0,68
    Noix de coco, amande, sèche 0,67
    Origan, séché 0,63
    Pêche, sèche 0,63
    Persil, séché 0,62
    Farine de millet 0,6
    Pomme de terre primeur, sans peau, bouillie / cuite à l’eau 0,17

    Pour consulter la composition complète des aliments, rendez-vous sur la table CIQUAL de l’ANSES. Notre tableau des aliments riches en fer reprend d’ailleurs les chiffres de cette base de données [40].

    Effets indésirables

    Pris aux doses recommandées, le cuivre ne provoque généralement pas d’effets secondaires. ✔️

    On peut cependant remarquer, dans de rares cas, l’apparition de troubles digestifs comme la diarrhée ou les nausées après consommation de cuivre.

    ⚠️ À haute dose, le cuivre peut être considéré comme un poison et provoque des vomissements, des hémorragies et des lésions hépatiques [41].

    Contre-indications et dangers

    Chez les femmes enceintes, allaitantes et les personnes souffrant de troubles hépatiques ou rénaux, la consommation de cuivre doit être contrôlée et effectuée sous recommandation du médecin.

    ❌ La prise de cuivre est contre-indiquée chez les personnes souffrant de la maladie de Wilson [42].

    Avis sur le cuivre

    Dans cette section, nous allons partager les retours d’expériences et les avis des consommateurs du cuivre. Pour cela, nous avons parcouru différents sites et forums dans le but d’avoir le maximum d’informations.

    Cependant, nous tenons à rappeler que les avis des consommateurs ne doivent en aucun cas constituer une référence médicale et ne doivent pas remplacer la prescription du médecin. Seul ce dernier est en mesure d’établir un diagnostic et un traitement à votre carence en cuivre.

    Parmi les vertus louées par les consommateurs, on retrouve souvent l’efficacité du cuivre à contribuer à une meilleure santé de la peau. De plus, la majorité des utilisateurs ont rappelé les effets bénéfiques du cuivre dans le renforcement du système immunitaire. En effet, la supplémentation en cuivre a été efficace dans le traitement des rhumes et la grippe, en particulier s’il est associé au zinc.

    Si vous envisagez une cure de cuivre et que vous voulez vous faire votre propre avis, nous vous invitons à faire un tour sur les forums et les boutiques en ligne de vente de ces produits où vous trouverez l’avis des clients sur les compléments à base de cuivre.

    Associations du cuivre avec d’autres plantes ou molécules

    Le cuivre est un élément des plus importants pour notre organisme car il intervient dans plusieurs réactions métaboliques et enzymatiques. Dans certaines préparations, le cuivre est associé à d’autres molécules et oligo-éléments car cette association permet d’obtenir un effet synergique, encore plus bénéfique à la santé.

    Voici les principales :

    Cuivre et fer

    Le fer est un oligo-élément indispensable à divers processus physiologiques et métaboliques dont la production des globules rouges. L’association cuivre-fer est synergique car des niveaux normaux de cuivre sont nécessaires pour un métabolisme normal du fer et à la production des globules rouges [43].

    Cuivre et zinc

    Le zinc est un oligo-élément qui joue un rôle très important dans la croissance, les défenses immunitaires ainsi que pour les fonctions reproductrices. Une supplémentation en zinc réduit l’absorption du cuivre par l’organisme et à des doses importantes de zinc, une carence en cuivre peut être provoquée. Raison pour laquelle, beaucoup de médecins recommandent de consommer du cuivre lors d’une supplémentation en zinc. Pour une meilleure assimilation, n’hésitez pas à espacer leur prise [44].

    Cuivre, or et argent

    L’association cuivre, or et argent est utilisée chez les adultes pour le traitement des états infectieux, la stimulation des défenses immunitaires, la lutte contre la fatigue ou pour les troubles inflammatoires. À ce titre, une étude a notamment permis de déterminer qu’en prenant séparément chacun de ces compléments alimentaires, ils n’apportaient aucun bénéfice, tandis que pris ensemble, l’association de ces trois métaux a engendré une action antirhumatismale [45].

    FAQ : réponses à vos questions

    Bienfaits, vertus et propriétés

    Le cuivre aide-t-il réellement à soulager la douleur ?

    L’utilisation de cet oligo-élément pour soulager la douleur remonte à loin. Hippocrate, médecin grecque de l’Antiquité, l’utilisait pour soigner ses patients. Cependant, des travaux et des études récentes n’ont montré aucune efficacité et aucun bénéfice d’utiliser le cuivre dans le traitement de la douleur.

    Formes et qualités de cuivre

    Le cuivre végétal existe-t-il ?

    Ce métal est présent dans divers végétaux. C’est le cas notamment des pommes de terre, des petits pois, des haricots, des légumes verts ou des graines de tournesol.

    Qu’est-ce que le cuivre chélaté ?

    La chélation est un processus physico-chimique pendant lequel un complexe se forme entre un métal et une autre molécule, comme par exemple un acide aminé. Le cuivre chélaté est un complexe qui a subi ce processus où ce métal se lie à un acide aminé. Le but de cette chélation est d’obtenir une forme de cuivre avec une meilleure absorption et biodisponibilité.

    Bijoux en cuivre

    Est-il sécuritaire de porter des bijoux en cuivre ?

    Certaines personnes craignent que le port de bijoux en ce métal puisse provoquer une intoxication. Il ne s’agit pas d’un motif d’inquiétude. En fait, il est dangereux uniquement s’il est consommé en quantité par voie orale. Il est donc totalement sécuritaire de porter des bijoux en cuivre.

    Est-ce grave si le cuivre rend ma peau verte ?

    Non, ce n’est pas grave. Ne vous inquiétez pas car le vert disparaît généralement en quelques heures. La raison pour laquelle la peau devient verte est une réaction d’oxydation du métal, totalement naturelle.

    Taux de cuivre

    Comment faire baisser son taux de cuivre naturellement ?

    Il existe plusieurs moyens naturels pour faire baisser ce taux, parmi lesquels :

    • La consommation de fibres alimentaires ;
    • La consommation d’aliments riches en fer et en zinc, car ces deux oligo-éléments réduisent l’absorption de ce métal ;
    • La consommation de certains types de glucides.

    Effets secondaires, contre-indications et danger

    Peut-on prendre du cuivre pendant la grossesse ?

    Pendant la grossesse, les besoins en cet oligo-élément augmentent et des apports insuffisants peuvent être néfastes sur les tissus et les organes en développement du bébé. Cependant, une supplémentation sans l’avis de son médecin n’est généralement pas recommandée pendant cette période. Si vous êtes enceinte, parlez-en à un professionnel de la santé.

    Est-ce que la prise de cuivre engendre une constipation ?

    En règle générale, dans le respect des doses recommandées, le cuivre ne provoque pas d’effets secondaires. Cependant, à fortes doses, il peut provoquer divers symptômes plus ou moins graves allant de troubles digestifs (diarrhées / constipation, nausées) à des lésions hépatiques.

    Références scientifiques

    Voir les références

    1. Collins JF, Klevay LM. Copper. Adv Nutr. 2011;2(6):520-522. doi:10.3945/an.111.001222
    2. Joseph R. Prohaska, Anna A. Gybina, Intracellular Copper Transport in Mammals, The Journal of Nutrition, Volume 134, Issue 5, May 2004, Pages 1003–1006, https://doi.org/10.1093/jn/134.5.1003
    3. Royer A, Sharman T. Copper Toxicity. [Updated 2021 Jun 29]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-.
    4. EPA Registers Copper Surfaces for Residual Use Against Coronavirus, EPA Press Office, February 10, 2021
    5. Evaluation of Serum Levels of Essential Trace Elements in Patients with Pulmonary Tuberculosis Before and After Treatment by Age and Gender F. Pourfallah, S. Javadian, Z. Zamani, R. Saghiri, S. Sadeghi, B. Zarea, F. Mirkhani, N. Fatemi and T. Kordi,
    6. Rober M Walter, Janet Y Uriu-Hare, Katherine Lewis Olin, Michelle H Oster, Bradley D Anawalt, James W Critchfield, Carl L Keen; Copper, Zinc, Manganese, and Magnesium Status and Complications of Diabetes Mellitus. Diabetes Care 1 November 1991; 14 (11): 1050–1056.
    7. PIRRIE R. Serum copper and its relationship to serum iron in patients with neoplastic disease. J Clin Pathol. 1952;5(2):190-193. doi:10.1136/jcp.5.2.190
    8. Sinkovic A, Strdin A, Svensek F. Severe acute copper sulphate poisoning: a case report. Arh Hig Rada Toksikol. 2008 Mar;59(1):31-5. doi: 10.2478/10004-1254-59-2008-1847. PMID: 18407869.
    9. Walsh FM, Crosson FJ, Bayley M, McReynolds J, Pearson BJ. Acute copper intoxication. Pathophysiology and therapy with a case report. Am J Dis Child. 1977 Feb;131(2):149-51. doi: 10.1001/archpedi.1977.02120150031005. PMID: 835530.
    10. Kodama H, Fujisawa C, Bhadhprasit W. Inherited copper transport disorders: biochemical mechanisms, diagnosis, and treatment. Curr Drug Metab. 2012;13(3):237-250. doi:10.2174/138920012799320455
    11. Bush AI, Tanzi RE. Therapeutics for Alzheimer’s disease based on the metal hypothesis. Neurotherapeutics. 2008;5(3):421-432. doi:10.1016/j.nurt.2008.05.001
    12. Gorell JM, Johnson CC, Rybicki BA, Peterson EL, Kortsha GX, Brown GG, Richardson RJ. Occupational exposure to manganese, copper, lead, iron, mercury and zinc and the risk of Parkinson’s disease. Neurotoxicology. 1999 Apr-Jun;20(2-3):239-47. PMID: 10385887.
    13. Ford ES. Serum copper concentration and coronary heart disease among US adults. Am J Epidemiol. 2000 Jun 15;151(12):1182-8. doi: 10.1093/oxfordjournals.aje.a010168. PMID: 10905530. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10905530/
    14. Sajithlal GB, Chithra P, Chandrakasan G. An in vitro study on the role of metal catalyzed oxidation in glycation and crosslinking of collagen. Mol Cell Biochem. 1999 Apr;194(1-2):257-63. doi: 10.1023/a:1006988719374. PMID: 10391148. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10391148/
    15. Kothapalli CR, Ramamurthi A. Copper nanoparticle cues for biomimetic cellular assembly of crosslinked elastin fibers. Acta Biomater. 2009;5(2):541-553. doi:10.1016/j.actbio.2008.09.004 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2647688/
    16. Zatcoff RC, Smith MS, Borkow G. Treatment of tinea pedis with socks containing copper-oxide impregnated fibers. Foot (Edinb). 2008 Sep;18(3):136-41. doi: 10.1016/j.foot.2008.03.005. Epub 2008 May 19. PMID: 20307427. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20307427/
    17. Borkow G, Zatcoff RC, Gabbay J. Reducing the risk of skin pathologies in diabetics by using copper impregnated socks. Med Hypotheses. 2009 Dec;73(6):883-6. doi: 10.1016/j.mehy.2009.02.050. Epub 2009 Jun 25. PMID: 19559540. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19559540/
    18. Baek JH, Yoo MA, Koh JS, Borkow G. Reduction of facial wrinkles depth by sleeping on copper oxide-containing pillowcases: a double blind, placebo controlled, parallel, randomized clinical study. J Cosmet Dermatol. 2012 Sep;11(3):193-200. doi: 10.1111/j.1473-2165.2012.00624.x. PMID: 22938003. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22938003/
    19. Borkow G, Gabbay J, Dardik R, Eidelman AI, Lavie Y, Grunfeld Y, Ikher S, Huszar M, Zatcoff RC, Marikovsky M. Molecular mechanisms of enhanced wound healing by copper oxide-impregnated dressings. Wound Repair Regen. 2010 Mar-Apr;18(2):266-75. doi: 10.1111/j.1524-475X.2010.00573.x. Epub 2010 Mar 12. PMID: 20409151. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20409151/
    20. Allen KG, Klevay LM. Cholesterolemia and cardiovascular abnormalities in rats caused by copper deficiency. Atherosclerosis. 1978 Jan;29(1):81-93. doi: 10.1016/0021-9150(78)90096-5. PMID: 629827. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/629827/
    21. Vaughan DE. PAI-1 and atherothrombosis. J Thromb Haemost. 2005 Aug;3(8):1879-83. doi: 10.1111/j.1538-7836.2005.01420.x. PMID: 16102055. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16102055/
    22. Galhardi CM, Diniz YS, Rodrigues HG, Faine LA, Burneiko RC, Ribas BO, Novelli EL. Beneficial effects of dietary copper supplementation on serum lipids and antioxidant defenses in rats. Ann Nutr Metab. 2005 Sep-Oct;49(5):283-8. doi: 10.1159/000087294. Epub 2005 Aug 2. PMID: 16088091. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16088091/
    23. Alarcón-Corredor OM, Guerrero Y, Ramírez de Fernández M, D’Jesús I, Burguera M, Burguera JL, Di Bernardo ML, García MY, Alarcón AO. Efecto de la suplementación oral con cobre en el perfil lipídico de pacientes Venezolanos hiperlipémicos [Effect of copper supplementation on lipid profile of Venezuelan hyperlipemic patients]. Arch Latinoam Nutr. 2004 Dec;54(4):413-8. Spanish. PMID: 15969266. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15969266/
    24. Palacios C. The role of nutrients in bone health, from A to Z. Crit Rev Food Sci Nutr. 2006;46(8):621-8. doi: 10.1080/10408390500466174. PMID: 17092827. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17092827/
    25. Jonas J, Burns J, Abel EW, Cresswell MJ, Strain JJ, Paterson CR. Impaired mechanical strength of bone in experimental copper deficiency. Ann Nutr Metab. 1993;37(5):245-52. doi: 10.1159/000177774. PMID: 8311418. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8311418/
    26. Eaton-Evans, J., Mcllrath, E., Jackson, W., McCartney, H. and Strain, J. (1996), Copper supplementation and the maintenance of bone mineral density in middle-aged women. J. Trace Elem. Exp. Med., 9: 87-94. https://doi.org/10.1002/(SICI)1520-670X(1996)9:3<87::AID-JTRA1>3.0.CO;2-E. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/(SICI)1520-670X(1996)9:3%3C87::AID-JTRA1%3E3.0.CO;2-E
    27. Allen TM, Manoli A 2nd, LaMont RL. Skeletal changes associated with copper deficiency. Clin Orthop Relat Res. 1982 Aug;(168):206-10. PMID: 6809388. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6809388/
    28. BROWNE, W. Copper and Cholera. Nature 28, 414 (1883). https://doi.org/10.1038/028414b0, https://www.nature.com/articles/028414b0
    29. Bala S, Failla ML. Copper repletion restores the number and function of CD4 cells in copper-deficient rats. J Nutr. 1993 Jun;123(6):991-6. doi: 10.1093/jn/123.6.991. PMID: 8099369. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8099369/
    30. Kashanian M, Hadizadeh H, Faghankhani M, Nazemi M, Sheikhansari N. Evaluating the effects of copper supplement during pregnancy on premature rupture of membranes and pregnancy outcome. J Matern Fetal Neonatal Med. 2018 Jan;31(1):39-46. doi: 10.1080/14767058.2016.1274299. Epub 2017 Jan 18. PMID: 28002986. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28002986/
    31. Thomas C, Mackey MM, Diaz AA, Cox DP. Hydroxyl radical is produced via the Fenton reaction in submitochondrial particles under oxidative stress: implications for diseases associated with iron accumulation. Redox Rep. 2009;14(3):102-108. doi:10.1179/135100009X392566 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19490751/
    32. Brewer GJ. The risks of free copper in the body and the development of useful anticopper drugs. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2008;11(6):727-732. doi:10.1097/MCO.0b013e328314b678
    33. OMS, Directives de qualité pour l’eau de boisson, 2017. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/258887/9789242549959-fre.pdf?sequence=1&isAllowed=y
    34. ANSES, Cuivre, fiche 13 : évaluation des risques sanitaires liés au dépassement de la limite de
      qualité du cuivre dans les eaux destinées à la consommation humaine, 2006. https://www.anses.fr/fr/system/files/EAUX-Fi-CuivreMars06.pdf
    35. Pizarro F, Olivares M, Uauy R, Contreras P, Rebelo A, Gidi V. Acute gastrointestinal effects of graded levels of copper in drinking water. Environ Health Perspect. 1999;107(2):117-121. doi:10.1289/ehp.99107117 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9924006/
    36. Pizarro, Fernando & Olivares, Manuel & Araya, Magdalena & Gidi, Virginia & Uauy, Ricardo. (2001). Gastrointestinal Effects Associated with Soluble and Insoluble Copper in Drinking Water. Environmental health perspectives. 109. 949-52. 10.1289/ehp.01109949. https://www.researchgate.net/publication/11679720_Gastrointestinal_Effects_Associated_with_Soluble_and_Insoluble_Copper_in_Drinking_Water/citation/download
    37. National Research Council (US) Committee on Copper in Drinking Water. Copper in Drinking Water. Washington (DC): National Academies Press (US); 2000. 5, Health Effects of Excess Copper. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK225400/
    38. Institute of Medicine (US) Panel on Micronutrients. Dietary Reference Intakes for Vitamin A, Vitamin K, Arsenic, Boron, Chromium, Copper, Iodine, Iron, Manganese, Molybdenum, Nickel, Silicon, Vanadium, and Zinc. Washington (DC): National Academies Press (US); 2001. 7, Copper. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK222312/
    39. Jason D. Huff, Yi-Kong Keung, Mohan C. Thakuri, Michael W. Beaty, John Owen, Istvan Molnar; Copper Deficiency Anemia Is Not Uncommon in a Hematology Practice.. Blood 2005; 106 (11): 1681. doi: https://doi.org/10.1182/blood.V106.11.1681.1681 https://ashpublications.org/blood/article/106/11/1681/118876/Copper-Deficiency-Anemia-Is-Not-Uncommon-in-a
    40. Anses, Ciqual.
    41. National Research Council (US) Committee on Copper in Drinking Water. Copper in Drinking Water. Washington (DC): National Academies Press (US); 2000. 5, Health Effects of Excess Copper. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK225400/
    42. Chaudhry HS, Anilkumar AC. Wilson Disease. [Updated 2021 Aug 11]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK441990/
    43. Collins JF, Prohaska JR, Knutson MD. Metabolic crossroads of iron and copper. Nutr Rev. 2010;68(3):133-147. doi:10.1111/j.1753-4887.2010.00271.x https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3690345/
    44. Fischer PW, Giroux A, L’Abbé MR. Effect of zinc supplementation on copper status in adult man. Am J Clin Nutr. 1984;40(4):743-746. doi:10.1093/ajcn/40.4.743
    45. Thunus L, Dauphin JF, Moiny G, Deby C, Deby-Dupont G. Anti-inflammatory properties of copper, gold and silver, individually and as mixtures. Analyst. 1995;120(3):967-973. doi:10.1039/an9952000967

    Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

    Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

    Note moyenne : 5 / 5. Votes : 4

    Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

    Merci de partager, votre aide est précieuse !

    Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

    MessengerWhatsAppLinkedInPinterest

    🌿 Fondateur de Mes Bienfaits

    Entrepreneur dans le domaine de la santé, son parcours est celui d’un diplômé universitaire qui a décidé de repartir de zéro pour transformer sa passion en expertise professionnelle.

    Pour présenter l’information la plus fiable possible, il s’appuie sur de nombreuses sources reconnues : études scientifiques (essais contrôlés randomisés, méta-analyses, revues systématiques...), recommandations des institutions de santé, ouvrages des plus grands spécialistes, etc.

    🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
    Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

    Découvrir nos guides santé

    Pour continuer votre lecture, voici nos guides santé et bien-être les plus appréciés. Découvrez les bienfaits des plantes, remèdes et autres substances naturelles.

    Plantes médicinales

    Açaï - Acérola - Ail - Aloe vera - Artichaut - Ashwagandha - Astragale - Aubépine - Bacopa - Ballote - Baobab - Boswellia - Bourrache - Cacao - Camomille allemande - Centella asiatica - Chaga - Chanvre - Chardon-marie - Chia - Chlorelle - Cordyceps - Costus - Cranberry - Curcuma - Damiana - Échinacée - Éleuthérocoque - Fenugrec - Garcinia - Gattilier - Ginkgo biloba - Ginseng - Goji - Grande camomille - Griffe de chat - Griffonia - Gymnema - Harpagophytum - Kelp - Kernza - Kinkéliba - Klamath - Konjac - Kudzu - Luzerne - Maca - Maitake - Mélisse - Millepertuis - Moringa - Mucuna - Ortie - Palmier nain - Passiflore - Psyllium - Reishi - Rhodiola - Safran - Schisandra - Shiitake - Sorgho - Spiruline - Thé vert - Thym - Tribulus - Valériane.

    Remèdes naturels

    Alimentation alcaline - Antidépresseurs naturels - Anti-inflammatoires naturels - Antihistaminiques naturels - Antipyrétiques naturels - Antispasmodiques naturels - Antivomitifs naturels - Anxiolytiques naturels - Aphtes - Aspirine naturelle - Candidose (candida albicans) - Constipation : remèdes naturels - Eczéma - Grippe - Histaminose - Laxatifs naturels - Nettoyer le foie - Nootropiques - Perméabilité intestinale (intestin qui fuit) - Plantes aphrodisiaques - Plantes diabète - Plantes digestion - Plantes immunitaires - Plantes migraine - Plantes pour dormir - Plantes pour maigrir - Protection radiations nucléaires - Réparation du cartilage - Rhume - Sarcopénie - Somnifères naturels - SOPK - Toux sèche - Variole du singe (Monkeypox) - Vessie hyperactive.

    Vitamines, minéraux et molécules

    Acide hyaluronique - Berbérine - Calcium - CBD - Charbon végétal - Choline - Coenzyme Q10 - Collagène - Cuivre - Cycloastragenol - Cynarine - DHEA - Eau - Fer - Fibres - Glutathion - Honokiol - Iode - Lactoferrine - Magnésium - Mélatonine - N-acétylcystéine - Oméga-3 - Palmitoyléthanolamide - Potassium - Probiotiques - Ptérostilbène - Pycnogenol - Quercétine - Resvératrol - Sélénium - Sérotonine - Taurine - Vitamine A - Vitamine B9 - Vitamine B12 - Vitamine C - Vitamine D - Vitamine E - Vitamine K - Zinc.

    Vous appréciez notre site ?

    🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

    En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.