Vessie hyperactive, les meilleurs traitements naturels

4.6
(5)

À quelle fréquence utilisez-vous les toilettes quotidiennement ? Est-ce plus de sept ou huit fois ? Avez-vous du mal à vous retenir ? Devez-vous vous lever plus d’une fois par nuit pour vous soulager ? Si vous avez répondu positivement à toutes ces questions alors vous souffrez probablement d’une vessie hyperactive, tout comme 3 millions de personnes en France.

Les voyages aux toilettes peuvent poser des problèmes dans la sphère professionnelle, sociale et amoureuse et gâcher votre vie. Voici les meilleurs traitements naturels pour soulager la vessie hyperactive et des explications sur les causes de ce trouble pour vous aider à aller mieux.

Une jeune femme souffre de vessie hyperactive. Elle a ses deux mains contre son entre-jambe. Elle se trouve à côté des toilettes.

Vessie hyperactive : qu’est-ce que c’est ? (symptômes et causes)

Schéma d'une vessie normale remplie d'urinePour comprendre ce qu’est une vessie hyperactive, penchons-nous sur le fonctionnement de l’organisme. En règle générale, le corps peut accumuler l’urine dans la vessie. Lorsqu’elle est pleine, des nerfs indiquent aux muscles autour de la vessie (le détrusor) qu’il est temps d’évacuer l’urine. D’autres nerfs indiquent à l’urètre (le tube de la vessie) de s’ouvrir pour que l’urine puisse quitter le corps.

Dans le cas d’une vessie hyperactive, les signaux nerveux peuvent se mélanger, indiquant à la vessie qu’il est temps d’évacuer l’urine, même lorsqu’elle n’est pas pleine.

Symptômes et causes d’une vessie hyperactive

Une vessie hyperactive provoque une envie soudaine d’uriner. Elle peut également, dans certains cas, déclencher une perte involontaire d’urine, appelée incontinence.

Symptômes de la vessie hyperactive

Une vessie hyperactive est déterminée par la fréquence et l’urgence de la miction. Les symptômes les plus courants comprennent :

  • un besoin urgent et incontrôlable d’uriner ;
  • mictions fréquentes (plus de huit fois par jour) ;
  • perte d’urine involontaire fréquente ;
  • se réveiller plus d’une fois par nuit pour utiliser les toilettes (nycturie) ;
  • des douleurs au bas ventre.

Les symptômes de la vessie hyperactive peuvent changer d’une personne à l’autre. Cela peut rendre difficile l’identification du problème sans l’aide d’un médecin ou d’un naturopathe.

Causes de la vessie hyperactive

Il existe différentes causes à la vessie hyperactive, dont les principales sont :

  • une consommation excessive de liquide ;
  • une infection des voies urinaires ;
  • une prise de médicaments qui augmentent la production d’urine ;
  • une consommation de caféine, d’alcool ou d’autres irritants de la vessie ;
  • des anomalies de la vessie, telles que des calculs vésicaux ou une vessie non vidée correctement ;
  • des maladies sous-jacentes.

Parfois, la cause de la vessie hyperactive est simple et facile à traiter, comme une infection des voies urinaires par exemple. Dans d’autres cas, cela peut provenir de lésions nerveuses causées par une blessure ou une chirurgie pelvienne, des calculs vésicaux, du diabète, une maladie rénale, les effets secondaires de certains médicaments ou des troubles neurologiques comme la maladie de Parkinson, un accident vasculaire cérébral ou la sclérose en plaques.

💡 Bon à savoir : Dans certains cas, la vessie hyperactive peut également survenir de trouble psychologique, de stress ou d’attachement anxieux. Une étude suggère que les relations considérées comme “attachement non sécurisé”, en particulier l’attachement anxieux, est associé à la vessie hyperactive et à la gravité des symptômes de l’hyperactivité vésicale [1].

Diagnostic d’une vessie hyperactive

Vous l’aurez compris, la cause exacte d’une vessie hyperactive est inconnue et peut varier d’un individu à l’autre. Le risque de développer cette condition augmente généralement avec l’âge. Mais une vessie hyperactive ne fait pas partie du vieillissement normal, vous ne devriez donc pas ignorer les symptômes.

Pour diagnostiquer ce trouble, vous pouvez consulter un urologue qui vous fera passer plusieurs tests tels que : une analyse d’un échantillon d’urine, un examen physique, un scan de la vessie, un test urodynamique ou une cystoscopie.

Vessie hyperactive : qui peut en souffrir ?

Tant les hommes, les femmes et les enfants peuvent souffrir de vessie hyperactive mais les symptômes et traitements peuvent parfois différer.

Vessie hyperactive chez la femme

La vessie hyperactive touche généralement plus les femmes que les hommes. On ne connaît pas ce qui cause une vessie hyperactive, mais celle-ci devient plus courante chez les femmes après la ménopause. Cela pourrait être le résultat d’une carence en œstrogènes [2].

En effet, avant la ménopause, un apport régulier d’œstrogènes aide à préserver la force et la flexibilité de vos tissus pelviens et vésicaux de soutien. Pendant la périménopause et la ménopause, vos taux d’œstrogènes chutent considérablement. Cela peut affaiblir vos tissus. De faibles niveaux d’œstrogènes peuvent également contribuer à la pression musculaire autour de votre urètre.

Par ailleurs, l’âge est un facteur croissant de troubles du plancher pelvien, y compris la vessie hyperactive et l’incontinence urinaire. Certaines phases de la vie peuvent avoir affecté votre vessie. Par exemple, la grossesse et l’accouchement peuvent modifier le tonus du vagin, des muscles du plancher pelvien et des ligaments qui soutiennent la vessie.

Lors de traitements chimiques, des œstrogènes topiques tels que les anneaux vaginaux, des patchs ou des crèmes peuvent être prescrits pour traiter les symptômes de la vessie hyperactive chez la femme. Selon la fédération hospitalo-universitaire et de recherche américaine [3], il ne faut pas confondre ces traitements avec une prise orale d’hormones qui peut même empirer ce type de problèmes.

Vessie hyperactive chez l’homme

Un homme habillé en jeans et chemise semble souffrir de vessie hyperctive.Les problèmes de prostate et de vessie hyperactive sont des conditions différentes. Mais pour les hommes, ces troubles peuvent être confondus car ils provoquent des envies fréquentes et soudaines d’uriner.

En effet, une hypertrophie de la prostate (également connue sous le nom d’hyperplasie bénigne de la prostate) peut contribuer à une envie d’uriner fréquemment ou au sentiment que votre vessie n’est pas entièrement vide après avoir fini d’uriner. Pour différencier les deux, il est important pour l’homme de se rendre chez un urologue qui effectuera un examen clinique (toucher rectal) afin de s’assurer de la taille de la prostate.

Vessie hyperactive chez les enfants

L’hyperactivité vésicale est une affection courante chez les enfants, mais tous les accidents urinaires ne sont pas le résultat de la vessie hyperactive.

Les symptômes de la vessie hyperactive deviennent moins fréquents à mesure que les enfants vieillissent. Avec l’âge, les enfants apprennent à bien contrôler leur vessie et à reconnaître les signaux dont ils ont besoin pour uriner. Si les symptômes d’hyperactivité vésicale ne semblent pas disparaître ou s’aggravent, parlez-en au médecin de votre enfant.

Traitements naturels de la vessie hyperactive

Les traitements naturels pour aider à combattre la vessie hyperactive peuvent inclure des exercices, une thérapie comportementale et physique, des plantes, des huiles essentielles ou des compléments alimentaires. Mais il est important de savoir que ces solutions naturelles exigent de la patience et de la motivation, ainsi que des améliorations à long terme. Les changements de style de vie tels que l’arrêt du tabac, la perte de poids, les changements de régime alimentaire et de consommation de liquides (caféine, aliments acides et alcool), l’amélioration du microbiote intestinal et l’exercice sont à prévoir et se sont révélés efficaces pour soigner la vessie hyperactive [4].

Plantes et minéraux

Selon la recherche, certaines plantes et minéraux sont bénéfiques pour soulager naturellement la vessie hyperactive. En médecine traditionnelle chinoise des mélanges de 8 à 10 plantes appelés Gosha-jinki-gan et Hachi-mi-jio-gan seraient notamment efficaces [5]. Voici des plantes et minéraux que l’on peut facilement trouver en Europe et qui vous aideront :

► Le cranberry (canneberge)

Cranberries (canneberges) en gros plan : rouge clair et rouge foncé selon les fruitsLe cranberry soulagerait les problèmes de vessie hyperactive. Selon une étude récente réalisée sur 98 femmes souffrant de ce trouble, la consommation quotidienne de poudre de canneberge séchée a réduit la miction quotidienne de 16,4%, les épisodes d’urgence de 57,3% et la perception par le patient d’un trouble de la vessie de 39,7% [6].

Où en trouver ? Vous pouvez consommer des cranberry sous forme de jus ou de baies à inclure dans votre alimentation mais nous vous recommandons d’acheter des extraits titrés pour une réelle efficacité. Voici un produit à base de cranberry bio, titré à 10% en proanthocyanidines de type A (PACs), le principe actif de cette baie : voir le produit.

► Les pépins de courge

L’extrait de pépin de courge est un traitement naturel populaire pour la vessie hyperactive. Une étude de 2014 suggère que l’huile de pépins de courge peut être capable de traiter ou de prévenir les symptômes de l’hyperactivité urinaire et d’autres troubles urinaires [7].

Où en trouver ? Pour consommer des pépins de courge, nous vous recommandons de le faire sous forme de gélules afin de vous assurer de la quantité consommée quotidiennement. Voici un produit qui associe les pépins de courge au palmier nain (sabal palmetto), des plantes réputées pour améliorer la sphère uro-génitale : voir le produit.

► Le reishi (Ganoderma lucidum)

Gros plan sur plusieurs champignons reishi. Leur tête est grande, ronde, plate et de couleur rouge-orangée. Le reishi est un bon remède contre la vessie hyperactive.Depuis 2000 ans, ce champignon est un aliment de base de la médecine traditionnelle chinoise. Une étude japonaise a montré que le reishi réduisait l’envie d’aller aux toilettes chez les hommes après 8 semaines d’utilisation [5]. Les scientifiques pensent qu’il abaisse les niveaux d’hormones qui stimulent la croissance de la prostate – l’une des causes de la vessie hyperactive chez les hommes. Par ailleurs, le reishi est considéré comme adaptogène, ce qui signifie qu’il réduit le stress et aide le corps à s’adapter à son environnement.

Où en trouver ? Vous recherchez un produit à base de reishi ? Voici un produit bio sous forme de gélules titrées en principes actifs pour une meilleure efficacité . voir le produit.

► Le palmier nain (Serenoa repens)

Le palmier nain, également appelé saw palmetto ou sabal palmetto, est une plante appréciée et utilisée depuis des millénaires dans la sphère uro-génitale. En Europe, cet extrait de baies du palmier nain est utilisé pour traiter les problèmes causés par une hypertrophie de la prostate. La recherche suggère que les composés du palmier nain peuvent agir avec les nerfs des voies urinaires pour soulager la vessie hyperactive chez les hommes [8].

Où en trouver ? Pour qu’il soit efficace, assurez-vous de la qualité du produit que vous achetez. Voici un produit qui associe le palmier nain (sabal palmetto) aux pépins de courge, des plantes toutes deux efficaces pour améliorer la sphère uro-génitale : voir le produit.

► Le magnésium

Du côté des minéraux, l’hydroxyde de magnésium a été étudié chez les personnes souffrant d’hyperactivité vésicale ou d’incontinence et s’est révélé prometteur comme moyen de soulager les symptômes.

En effet, certaines recherches montrent que l’hydroxyde de magnésium peut réduire les contractions musculaires spontanées qui provoquent l’incontinence. Une étude a révélé que l’hydroxyde de magnésium améliore l’incontinence urinaire chez les femmes [9, 10].

Où en trouver ? Vous pouvez trouver de l’hydroxyde de magnésium en pharmacie, mais soyez tout de même conscient(e) des effets laxatifs de cette forme de magnésium. Si vous souhaitez acheter un magnésium efficace et non laxatif, nous vous recommandons le bisglycinate de magnésium : voir le produit.

Pour en savoir plus sur la meilleure forme de magnésium, nous avons rédigé un guide à ce propos : magnésium, lequel choisir ?

► La L-arginine

Cet acide aminé aide à créer de l’oxyde nitrique. L’oxyde nitrique joue un rôle important dans la santé des voies urinaires inférieures. À ce jour, il n’existe pas beaucoup de recherches scientifiques qui ont examiné la L-arginine dans le traitement de la vessie hyperactive mais une étude a révélé qu’un complément alimentaire qui contient 115 milligrammes de L-arginine combiné à du pycnogenol, est utile pour la vessie hyperactive chez les personnes âgées [11].

Où en trouver ? Vous pouvez trouver de la L-arginine sur Internet : voir le produit. Voici un produit sans excipients, OGM ou colorants.

L’ homéopathie

Ce type de solution naturelle repose sur l’écoute du corps et la recherche de traitements qui peuvent traiter l’organisme dans sa globalité (médecine holistique), pas seulement les symptômes de la vessie hyperactive. Les remèdes homéopathiques courants comprennent également l’élimination des aliments irritants qui provoquent une urgence urinaire.

Pour recevoir un traitement homéopathique adapté à votre organisme, consultez un homéopathe ou naturopathe qualifié qui saura vous guider.

L’acupuncture

La médecine chinoise peut offrir une approche holistique du traitement de la vessie hyperactive. La recherche soutient l’acupuncture comme une option potentiellement utile [12].

L’acupuncture implique des aiguilles extrêmement fines. Ces aiguilles sont insérées dans des zones très spécifiques du corps. L’objectif de l’acupuncture est d’améliorer le flux de « qi » (énergie) dans tout le corps. Le traitement peut être effectué une ou deux fois par semaine pendant environ 12 séances ou jusqu’à ce que les symptômes s’améliorent.

Les huiles essentielles

L’hyperactivité vésicale est souvent le résultat d’un déclenchement des nerfs et d’une contraction inattendue des muscles. Les huiles essentielles qui peuvent aider à calmer les nerfs et les muscles peuvent ainsi aider à trouver un soulagement des symptômes.

Un flacon d'huile essentielle couché au milieu de plantes vertesLes huiles essentielles couramment utilisées pour le traitement de la vessie hyperactive comprennent:

  • l’huile d’ylang-ylang ;
  • l’huile de lavande ;
  • l’huile de sauge sclarée ;
  • l’huile de pépins de courge.

L’imagerie mentale guidée

L’imagerie mentale est une forme de thérapie cognitive qui modifie votre façon de penser. Vous serez guidé par un praticien qualifié vers un état d’esprit détendu à travers l’imagerie et les pensées.

Cette forme de thérapie peut impliquer une musique apaisante avec des sons de la nature par exemple. Cela peut détendre votre esprit et vous aider à faire face à des conditions mentales et physiques. L’imagerie mentale peut être utile pour la relaxation de la vessie et pour réduire l’envie d’uriner.

Physiothérapie : exercices du plancher pelvien

Certains kinésithérapeutes et ostéopathes spécialisés dans les muscles du bassin peuvent vous aider à mieux contrôler votre vessie. Grâce à des exercices musculaires ciblés et au renforcement, ils peuvent aider à gérer une variété de problèmes urinaires, y compris l’urgence, la fréquence et les symptômes nocturnes.

Des exercices appelés Kegel sont généralement recommandés. Vous pouvez faire des exercices de Kegel n’importe où (dans la voiture, en réunion, en regardant la télévision, etc.) et personne ne le saura. Il suffit de presser et de maintenir les muscles que vous utilisez pour arrêter l’écoulement de l’urine. Puis relâchez et répétez. Ces exercices vous aideront à muscler votre périnée.

L’entraînement de la vessie qui consiste à briser le cycle de l’urgence et de la fréquence en utilisant des programmes de miction cohérents et progressifs est également très efficace [13].

Chirurgie, opération et médicaments

En médecine allopathique (classique), lorsqu’une hyperactivité de la vessie a été diagnostiquée, l’étape suivante consiste à prendre des médicaments ou à se faire opérer. Les anticholinergiques et les antimuscariniques sont les médicaments prescrits en cas de vessie hyperactive les plus courants [14]. Malheureusement, ils s’accompagnent souvent d’effets secondaires indésirables.

Du côté des opérations, un appareil de type stimulateur peut stimuler les nerfs de la vessie. Il est implanté à travers une petite entaille au-dessus du coccyx lors d’une chirurgie ambulatoire. Une autre option, effectuée dans le cabinet du médecin, consiste à stimuler le nerf tibial postérieur [15].

Une autre chirurgie possible consiste à insérer du botox dans votre vessie [14]. Les médecins injectent la molécule botulique directement à divers endroits du muscle de la vessie. Cela le paralyse partiellement pour atténuer la suractivité, mais laisse suffisamment de contrôle pour que vous puissiez toujours y aller. Attention car cette chirurgie plutôt invasive ne dure pas éternellement (6 à 8 mois). Il faut donc y retourner souvent.

La dernière option chirurgicale, reste la plus lourde et n’est pas souvent pratiquée. Il s’agit de l’augmentation de la vessie [14]. Pour cela, le chirurgien utilise un patch de votre propre tissu pour agrandir votre vessie. Cela est considéré comme une intervention chirurgicale majeure et la procédure est rarement effectuée. La plupart des personnes qui souffrent de vessie hyperactive finissent par trouver une combinaison de changements de mode de vie et de traitements qui permettent un fonctionnement normal de la vessie.

Ablation de la vessie

Enfin, dans de très rares cas, votre médecin peut décider que l’ablation complète de votre vessie est la seule option pour éliminer les symptômes et les complications de la vessie hyperactive. En faisant cela, ils redirigent l’urine de vos reins vers un sac de stomie à l’extérieur de votre corps.

Ces chirurgies comportent un certain nombre de risques et d’éventuelles complications à vie, il est donc préférable d’opter pour des changements de mode de vie avant d’effectuer ce type d’opération.

Vessie hyperactive, quelle alimentation adopter ?

Ce que vous mangez et buvez a un impact direct sur votre santé urinaire. La nourriture et les boissons peuvent stresser votre vessie, ce qui augmente le risque d’irritation et les symptômes de la vessie hyperactive [16].

💡 Bon à savoir : ce qui affecte une personne peut ne pas affecter une autre personne. Tenir un journal alimentaire peut vous aider à déterminer quels aliments peuvent aggraver vos symptômes.

Aliments à éviter en cas de vessie hyperactive

Voici une liste d’aliments généralement liés à une hyperactivité de la vessie :

  • Les boissons gazeuses : les boissons pétillantes peuvent aggraver les symptômes de la vessie hyperactive et irriter les muscles de votre vessie.
  • Un apport hydrique excessif : boire suffisamment d’eau est primordial pour la santé, mais en boire trop peut augmenter la fréquence à laquelle vous devez uriner.
  • Le gluten : les personnes allergiques ou sensibles au gluten peuvent présenter davantage de symptômes d’hyperactivité vésicale.
  • Une tasse blanche remplie de café sur une table en bois. Le café est irritant pour la vessie hyperactive.La caféine : ce stimulant peut augmenter les symptômes de la vessie hyperactive. La caféine se trouve dans les sodas (type coca), le café, le thé, certains chocolats, et certains compléments alimentaires.
  • Les aliments irritants : certaines personnes peuvent trouver que des aliments comme les agrumes, les produits à base de tomates, les aliments épicés, les édulcorants artificiels, les boissons alcoolisées, les arômes artificiels ou les conservateurs augmentent les symptômes de la vessie hyperactive.
  • Les diurétiques, souvent consommés pour mincir.

Pour atténuer les effets de la vessie hyperactive, réduisez les boissons contenant de la caféine, l’alcool, le chocolat, les tomates, les agrumes et les aliments épicés. Par ailleurs, pour éviter la constipation, qui peut également aggraver la vessie hyperactive, adoptez un régime riche en fibres [16].

Attention, ne réduisez pas votre consommation d’eau si vous n’êtes pas sûr de la quantité que vous buvez. Cela pourrait rendre votre urine concentrée, ce qui peut irriter votre vessie. Apprenez plutôt à contrôler votre consommation en remplissant une bouteille en verre d’1 L d’eau deux fois par jour. Ainsi vous saurez combien vous avez bu en une journée.

Aliments à privilégier

Si vous souffrez d’hyperactivité vésicale, il est important d’éviter les aliments cités précédemment qui peuvent irriter votre vessie. Optez donc pour des aliments riches en vitamines, comme les fruits et légumes non acides.Salade de betteraves et d'avocats à la moutarde et à la coriandre.

  • Les fruits bons pour la santé de la vessie comprennent : des bananes, pommes, raisins, noix de coco, pastèque, fraises, mûres.
  • Les légumes bons pour la santé de la vessie comprennent : les asperges, brocoli, concombres, chou frisé, carottes, céleri, laitue et poivrons.

Manger sainement vous permettra donc une bonne santé générale mais également de maintenir votre poids de forme. Un poids supplémentaire exerce une pression sur la vessie, de sorte que la perte de poids peut aider à soulager les symptômes.

Avis et témoignages sur la vessie hyperactive

Nous avons recherché des avis concernant les solutions naturelles citées ci-dessus sur la vessie hyperactive et il se trouve que les retours sont positifs. Plusieurs hommes témoignent de l’efficacité de l’extrait de pépins de courge pour réduire les envies de miction et l’urgence ressentie.

Par ailleurs, nous avons trouvé sur des forums, des témoignages de femmes qui se confient notamment sur l’utilisation de la canneberge (cranberry) pour les soulager contre l’hyperactivité vésicale. Ces solutions naturelles sont généralement accompagnées de traitement tels que l’acupuncture qui possèdent de réels bienfaits ou de physiothérapie (exercices de Kegel).

Références scientifiques

Voir les références

  1. Işik M, Demir M. The relationship between overactive bladder and attachment: A preliminary study [published online ahead of print, 2021 Apr 13]. Neurourol Urodyn. 2021;10.1002/nau.24675.
  2. Tomaszewski J. Postmenopausal overactive bladder. Prz Menopauzalny. 2014;13(6):313-329.
  3. Mayo Clinic, Bladder control: Medications for urinary problems, August 1, 2020.
  4. Leron E, Weintraub AY, Mastrolia SA, Schwarzman P. Overactive Bladder Syndrome: Evaluation and Management. Curr Urol. 2018;11(3):117-125.
  5. Chughtai B, Kavaler E, Lee R, Te A, Kaplan SA, Lowe F. Use of herbal supplements for overactive bladder. Rev Urol. 2013;15(3):93-96.
  6. Cho A, Eidelberg A, Butler DJ, et al. Efficacy of Daily Intake of Dried Cranberry 500 mg in Women with Overactive Bladder: A Randomized, Double-Blind, Placebo Controlled Study. J Urol. 2021;205(2):507-513.
  7. Nishimura M, Ohkawara T, Sato H, Takeda H, Nishihira J. Pumpkin Seed Oil Extracted From Cucurbita maxima Improves Urinary Disorder in Human Overactive Bladder. J Tradit Complement Med. 2014;4(1):72-74.
  8. Novara G, Giannarini G, Alcaraz A, et al. Efficacy and Safety of Hexanic Lipidosterolic Extract of Serenoa repens (Permixon) in the Treatment of Lower Urinary Tract Symptoms Due to Benign Prostatic Hyperplasia: Systematic Review and Meta-analysis of Randomized Controlled Trials. Eur Urol Focus. 2016;2(5):553-561.
  9. Holroyd-Leduc JM, Straus SE. Management of urinary incontinence in women: scientific review. JAMA. 2004;291(8):986-995.
  10. Eric J. Bieber, Joseph S. Sanfilippo, Ira R. Horowitz, Mahmood I. Shafi, Clinical Gynecology. Cambridge University Press, 23 avr. 2015 – 1126 pages
  11. Yagi H, Sato R, Nishio K, Arai G, Soh S, Okada H. Effects of a supplement combining Pycnogenol® and l-arginine aspartate on lower urinary dysfunction compared with saw palmetto extract. J Tradit Complement Med. 2016;7(1):117-120. Published 2016 Jun 11.
  12. Mo Q, Wang Y, Ye Y, et al. Acupuncture for adults with overactive bladder: a systematic review protocol BMJ Open 2015;5:e006756.
  13. Ubee SS, Manikandan R, Singh G. Medical management of overactive bladder. Indian J Urol. 2010;26(2):270-278.
  14. Wallace KM, Drake MJ. Overactive bladder. F1000Res. 2015;4:F1000 Faculty Rev-1406. Published 2015 Dec 7.
  15. MacDiarmid SA, John MS, Yoo PB. A pilot feasibility study of treating overactive bladder patients with percutaneous saphenous nerve stimulation. Neurourol Urodyn. 2018;37(5):1815-1820. h
  16. Willis-Gray MG, Dieter AA, Geller EJ. Evaluation and management of overactive bladder: strategies for optimizing care. Res Rep Urol. 2016;8:113-122. Published 2016 Jul 27.
  17. Dossier et conférence de presse du laboratoire Astellas France du 23 septembre 2015.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

Note moyenne : 4.6 / 5. Votes : 5

Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

Merci de partager, votre aide est précieuse !

Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

MessengerWhatsAppLinkedInPinterest

🌿 Fondateur de Mes Bienfaits

Après avoir été soigné par un remède naturel à base de plantes, au milieu de la forêt amazonienne, Damien prend conscience des puissantes vertus offertes par la nature. Désormais, il adopte une alimentation saine et un mode de vie simple qui le libèrent de la majorité des stress et des maux.

Grand passionné de santé et fasciné par les capacités de l’organisme humain, Damien analyse de nombreuses sources (ouvrages, études scientifiques, recommandations officielles…) pour présenter l'information la plus fiable possible, toujours entouré de son équipe de spécialistes.

🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

Découvrir nos guides santé

Pour continuer votre lecture, voici nos guides santé et bien-être les plus appréciés. Découvrez les bienfaits des plantes, remèdes et autres substances naturelles.

Plantes médicinales

Açaï - Acérola - Ail - Aloe vera - Artichaut - Ashwagandha - Astragale - Boswellia - Chardon-marie - Chia - Cordyceps - Costus - Cranberry - Curcuma - Échinacée - Éleuthérocoque - Fenugrec - Garcinia - Gattilier - Ginkgo biloba - Ginseng - Goji - Griffonia - Gymnema - Harpagophytum - Kernza - Klamath - Konjac - Kudzu - Luzerne - Maca - Millepertuis - Moringa - Mucuna - Ortie - Palmier nain - Psyllium - Reishi - Rhodiola - Safran - Schisandra - Spiruline - Thé vert - Thym - Tribulus - Valériane.

Remèdes naturels

Alimentation alcaline - Antidépresseurs naturels - Anti-inflammatoires naturels - Antihistaminiques naturels - Antispasmodiques naturels - Antivomitifs naturels - Anxiolytiques naturels - Aphtes - Aspirine naturelle - Constipation : remèdes naturels - Eczéma - Grippe - Histaminose - Laxatifs naturels - Nettoyer le foie - Nootropiques - Perméabilité intestinale (intestin qui fuit) - Plantes aphrodisiaques - Plantes diabète - Plantes digestion - Plantes immunitaires - Plantes migraine - Plantes pour dormir - Plantes pour maigrir - Réparation du cartilage - Rhume - Sarcopénie - Somnifères naturels - SOPK - Toux sèche - Vessie hyperactive.

Vitamines, minéraux et molécules

Acide hyaluronique - Berbérine - CBD - Charbon végétal - Coenzyme Q10 - Collagène - Cycloastragenol - Cynarine - DHEA - Fibres - Magnésium - Mélatonine - Oméga-3 - Ptérostilbène - Pycnogenol - Quercétine - Resvératrol - Sérotonine - Taurine - Vitamine B12 - Vitamine C - Vitamine D.

Vous appréciez notre site ?

🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.