DHEA, hormone de jouvence ou bien plus encore ?

Couple homme femme seniors heureux, l'un avec l'autre. L'homme prend la femme dans ses bras.
DHEA, hormone de jouvence ou bien plus encore ?
5 (5 votes)

Hormone de jouvence, hormone anti-âge, hormone de jeunesse, hormone magique… la DHEA a eu tous ces qualifiants. Mais l’est-elle vraiment ? La DéHydroEpiAndrostérone (DHEA) ainsi que ses dérivés sulfatés sont les hormones stéroïdes les plus abondantes dans le corps humain. Les études ont montré que quand le taux de la DHEA (ainsi que de ses dérivés sulfates) était faible, des changements involontaires liés à l’âge (ou vieillissement) apparaissaient. Ce faible taux dans ces études, était également associé à une durée de vie réduite. Par conséquent, on comprend bien que la DHEA a un impact sur le vieillissement et sur la durée de vie. Ces données ont transformé la DHEA en « hormone de jouvence » et en « hormone anti-âge », ce qui lui a valu un succès fou dans le monde du commerce. Elle a donc été commercialisée et vendue agressivement, en très grandes quantités comme complément alimentaire, notamment aux États-Unis.

Sommaire

Bienfaits, vertus et effets

La DHEA est pleine de vertus. Ses propriétés sont incroyables, voici le résumé de ses bienfaits santé !

Résumé des bienfaits

Bien être

  • Réduit la fatigue
  • Stimule le désir sexuel
  • Augmente la densité minérale osseuse
  • Lutte contre la dépression et l’anxiété
  • Aurait un effet rajeunissant

Circulation sanguine, santé du cœur

  • Favoriserait une bonne santé cardio-vasculaire
  • Lutterait contre l’athérosclérose
  • Aurait un rôle protecteur du cœur et des vaisseaux

Santé gynécologique

  • Traiterait les atrophies vaginales (surtout chez les femmes ménopausées)

Santé de la peau

  • A un effet anti-vieillissement de la peau
  • Confère une meilleure hydratation de la peau
  • Pourrait avoir des effets bénéfiques sur la dermatite atopique

Système immunitaire

  • Renforcerait le système immunitaire
  • Lutterait contre les maladies auto-immunes (tel que le lupus érythémateux systémique)
  • Aurait un effet anti-inflammatoire et immunomodulateur dans l’asthme
  • Optimiserait l’effet des vaccins
Voici un magasin où acheter → DHEA d’excellente qualité
Pureté supérieure à 99 % : profitez pleinement des bienfaits de l’hormone de jeunesse. Sans allergènes et sans OGM.

Qu’est-ce que c’est ?

La déhydroépiandrostérone (DHEA) est une hormone naturellement sécrétée par le corps humain au niveau de deux glandes situées au dessus des reins, nommées les surrénales.

La glande surrénale est formée de deux compartiments : la médullaire, responsable de la sécrétion des catécholamines et le cortex , lieu de la biosynthèse des stéroïdes surrénaliens. Le cortex est schématiquement divisé en trois couches : la glomérulée, la fasciculée et la réticulée. Elles sont respectivement responsables de la sécrétion d’aldostérone, de cortisol et d’androgènes surrénaliens, principalement la DHEA et le sulfate de DHEA. Aucune diminution de la sécrétion d’aldostérone ou de cortisol n’a été démontrée avec l’âge, chez l’être humain. En revanche, une décroissance très importante de la sécrétion de DHEA et de SDHEA s’observe avec l’âge. Le terme d’« adrénopause » ne s’applique donc qu’à la couche réticulée de la corticosurrénale et à la production de DHEA et de son sulfate (SDHEA).

Graphiques de l'évolution des taux plasmatiques de DHEA et de SDHEA avec l’âge chez la femme et l'homme.
Évolution des taux plasmatiques de DHEA et de SDHEA avec l’âge, chez les hommes et les femmes. Source [9].
Le taux de cette hormone peut également varier en fonction des facteurs cités dans le tableau ci-dessous.

Facteurs diminuant le taux de DHEA Facteurs augmentant le taux de DHEA
  • Insuffisance surrénalienne
  • Anorexie mentale
  • Insuffisance rénale
  • Lupus érythémateux systémique
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Carence en antioxydants
  • Médicaments tels que : Glucocorticoïdes, Dopamine, Insuline, Oestrogènes, Diurétiques…
  • Certains cancers de la surrénale
  • Suite à une administration aiguë d’ACTH
  • Médicaments tels que l’Alprazolam
  • Consommation de tabac

Composition

La DHEA est aujourd’hui fabriquée à partir de la molécule d’une source végétale : la diosgénine ou dioscorea villosa (également appelée yam ou igname). En France, elle peut être obtenue sur présentation d’une ordonnance à un pharmacien qui la conditionnera en gélules pour son client, ou bien à travers les sites de vente en ligne, dans ce cas, il faut se doter de vigilance, et choisir des sites sérieux, qui proposent des produits de qualité. Suivez nos conseils pour savoir où acheter de la DHEA de qualité.

Où acheter de la DHEA de qualité ?

Victime de son succès, la DHEA n’est pas toujours de qualité. Faites donc attention à ne pas vous faire avoir avec un produit qui ne saurait vous apporter les bienfaits désirés ! Si vous le souhaitez, nous connaissons un vendeur qui propose de la DHEA de grande qualité, avec certificats de laboratoire aux normes en vigueur.

Voici un magasin où acheter → DHEA d’excellente qualité
Pureté supérieure à 99 % : profitez pleinement des bienfaits de la star de l’anti-âge. Sans allergènes et sans OGM.

Posologie, dosage

La dose orale recommandée de DHEA varie de 25 à 50 mg / jour. Les comprimés doivent être pris au coucher pour stimuler la montée circadienne (suivant le rythme biologique de 24 heures) de la sécrétion physiologique de la DHEA dans les dernières heures de la nuit. Dans le cadre de la maladie lupique (Lupus érythémateux systémique), la dose utilisée est de 200 mg/j. Pour les autres usages, il est généralement recommandé de consommer 25 mg par jour pour les femmes et 50 mg par jour pour les hommes. Il est possible d’ajuster ces dosages en fonction du ressenti et de l’âge. En effet, avec l’âge le taux de DHEA diminue.

Contre-indications / dangers

La DHEA n’est pas dépourvue d’effets secondaires mais ceux-ci sont généralement légers et transitoires. Parmi les plus connus, effets secondaires androgéniques de la peau : peau grasse, acné et augmentation de la croissance des poils faciaux, axillaires et pubiens.

La supplémentation en DHEA est naturellement contre-indiquée dans certains cas :

  • Une grossesse ou un allaitement ;
  • Un cancer hormono-dépendant, c’est-à-dire dont la croissance peut être stimulée par les hormones sexuelles (la testostérone ou les estrogènes par exemple). Citons les cancers de la prostate, du sein, de l’utérus ou de l’endomètre ;
  • Un antécédent personnel ou familial de cancer hormono-dépendant ;
  • Les traitements hormonaux pour la ménopause ou la prise de la pilule contraceptive ne sont pas de véritables contre-indications mais combiner les deux accroît significativement le risque de cancer hormono-dépendant ;
  • L’administration de DHEA peut compliquer considérablement l’ajustement de traitements tels que les traitements hormonaux pour la ménopause ou la pilule contraceptive. Il ne s’agit pas de contre-indications absolues, mais l’avis du médecin est primordial. Il peut s’en suivre une mesure régulière du taux sanguin ou salivaire pour faire les ajustements nécessaires ;
  • Des antécédents cardio-vasculaires ;
  • L’insuffisance rénale ou hépatique.

Du fait de ces contre-indications, il est nécessaire de procéder à une surveillance régulière par le biais de la mammographie (pour dépister le cancer du sein), et par l’antigène spécifique prostatique (pour dépister le cancer de la prostate).

Effets secondaires

Les effets secondaires suite à une prise de DHEA sont dose-dépendants (les effets sont d’autant plus importants que les doses du traitement sont élevées) :

  • Diminution du HDL-cholestérol, ce qui est lié au risque cardio-vasculaire ;
  • Acné et hirsutisme (ou excès de pilosité, ou apparition d’une pilosité dans des endroits où elle ne devrait pas).Ces deux effets font suite à l’hyperandrogénie ;
  • Le risque augmenté de cancers hormono-dépendants ;
  • Elle peut accroître les crises de manie ou d’irritabilité chez les personnes souffrant de troubles bipolaires (troubles de l’humeur).

Recherches et études sur le sujet

Pour l’instant, il n’y a pas assez de preuves pour recommander l’utilisation de la DHEA dans la pratique clinique quotidienne. Les méta-analyses récentes ont produit des résultats contradictoires.

  • Alkatib et al. [2] ont confirmé une légère, mais cliniquement significative, amélioration de la qualité de vie chez les femmes âgées souffrant d’insuffisance surrénale traitée avec la DHEA par voie orale. L’amélioration a été constatée concernant le bien être, la dépression, l’anxiété et la fonction sexuelle.
  • Davis et al. [4] ont conclu que la DHEA orale chez les femmes ménopausées n’avait pas amélioré la fonction sexuelle, le bien-être, la performance cognitive ou le métabolisme des lipides et des glucides. Chez les hommes âgés, la supplémentation en DHEA a été associée à une petite réduction significative de la masse grasse mais pas d’effet sur les lipides ou sur le métabolisme osseux, la glycémie, la fonction sexuelle ou sur la qualité de vie. Néanmoins, il y a des groupes qui pourraient bénéficier de la supplémentation en DHEA tels que les patients avec une insuffisance surrénalienne avec une altération de la qualité de vie malgré une glycémie conventionnelle optimale et un remplacement des minéralocorticoïdes.
  • La DHEA semble prometteuse pour les maladies cardio-vasculaires et pour l’hypertension pulmonaire hypoxique liée à une maladie pulmonaire obstructive chronique [7].Cependant, d’autres grandes études cliniques multicentriques supplémentaires sont requises pour confirmer son efficacité.
  • À la fin du 20ème siècle, Baulieu et al. [6] ont entrepris un essai contrôlé randomisé sur un an de 50 mg / jour de DHEA (prastérone) par voie orale chez des personnes en bonne santé âgées de 60 à 79 ans. Après seulement 6 mois de traitement, on a retrouvé chez ces personnes âgées des valeurs de SDHEA équivalente à celles d’un jeune adulte. Chez la femme, la supplémentation en DHEA a amélioré :
    • la densité minérale osseuse (aucun effet sur le remodelage osseux n’a été enregistré chez les hommes) ;
    • l’hydratation cutanée, l’épaisseur de l’épiderme, la production de sébum et la pigmentation, en particulier chez les femmes de plus de 70 ans.
  • Sur la base des études récemment publiées, la DHEA semble également bénéfique dans l’infertilité féminine [3 ; 8] car elle augmente fécondité et fertilité. Ceci contraste tout de même avec deux petites méta-analyses qui n’ont pas permis de détecter une différence entre les taux de grossesse et de fausse-couches entre les patientes prétraitées avec la DHEA et celles qui ne l’étaient pas. Par conséquent, il est trop tôt pour recommander l’utilisation systématique de la DHEA comme adjuvant à la stimulation ovarienne contrôlée par FIV (fécondation in vitro). Ce remplacement peut être recommandé chez les hommes et les femmes présentant des signes graves et invalidants de l’adrénopause.
  • Les données de tolérance de la DHEA (essentiellement extraites de deux études pivots menées dans l’indication lupus) confirment le risque d’hyperandrogénie (acné et hirsutisme, à l’origine de la majorité des arrêts de traitements) et la diminution du cholestérol-HDL. De même, le risque de cancer hormono-dépendant a paru suffisamment préoccupant pour mettre en place un suivi par mammographie et échographie utérine des patientes lupiques traitées. Enfin, dans cette étude, il est clairement montré une augmentation du taux de testostérone liée à la dose de DHEA, et une élévation plus modérée de l’oestradiol, y compris chez les femmes ménopausées sous traitement hormonal substitutif.
Voici un magasin où acheter → DHEA d’excellente qualité
Pureté supérieure à 99 % : profitez pleinement des bienfaits de l’hormone de jeunesse. Sans allergènes et sans OGM.

Les bienfaits en détails

Les recherches et études scientifiques permettent de confirmer les vertus de la DHEA. Zoom sur les bienfaits de l’hormone de jouvence.

Vieillissement

Dans le cadre des troubles liés à l’âge, une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, a montré des effets positifs, en particulier chez les femmes de plus de 70 ans : augmentation de la densité minérale osseuse, stimulation du désir sexuel, meilleure hydratation de la peau et amélioration de la qualité de vie. Concernant la mémoire, les études sur les animaux ont montré des effets positifs, mais aucune étude sur l’homme n’apporte de preuves concrètes exploitables. Dans le cadre de la maladie d’Alzheimer, elle n’a eu aucun effet selon les études faites.

Dépression

La DHEA a montré son efficacité dans son action sur la dépression et l’anxiété, ainsi que sur la fatigue, et ce dans plusieurs études, l’une faite chez des femmes ménopausées, une autre sur des personnes atteintes du virus de l’immunodéficience acquise (VIH).

Insuffisance surrénalienne

Les personnes atteintes d’insuffisance surrénalienne ne produisent pas de DHEA. Il serait donc logique de penser que le simple fait de remplacer ce que le corps ne produit pas pourrait être le traitement parfait. Or les études sur le sujet restent contradictoires. Au final, il est possible de conclure que les femmes atteintes d’insuffisance surrénalienne étaient les plus susceptibles de répondre favorablement à un traitement à base de DHEA en ce qui concerne la sexualité et le bien-être.

Lupus érythémateux disséminé et maladies inflammatoires de l’intestin

Le lupus érythémateux disséminé, une maladie inflammatoire chronique qui touche de multiples organes de façon très variée, est une maladie très complexe. De ce fait, il s’avère très difficile d’étudier l’efficacité des différents traitements, y compris celle de la DHEA. Les études disponibles actuellement indiquent que la DHEA a un impact modeste mais cliniquement significatif sur la qualité de vie. Cette maladie évoluant par poussées, la DHEA pourrait réduire les poussées, ou les espacer. Un traitement par la DHEA nous permettrait de réduire les doses de corticoïdes, et de ce fait leurs effets secondaires.
La maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique sont des maladies inflammatoires de l’intestin. Ce sont des maladies qui évoluent par poussée-rémission. La phase de poussée est caractérisée par des symptômes digestifs : douleurs abdominales et diarrhées glairo-sanglantes essentiellement. La phase de rémission, quant à elle, se caractérise par peu ou pas de symptômes. Ces deux phases se succèdent continuellement. Le traitement actuel de la maladie est symptomatique, il vise à soulager le patient de ses symptômes (avoir le moins de poussées possibles, ou à les espacer au maximum). Selon quelques études, la DHEA pourrait avoir un effet positif sur la maladie.

Maladies cardio-vasculaires

Le rôle protecteur de la DHEA dans les inflammations vasculaires, ou l’athérosclérose a été observé dans beaucoup d’études sur les animaux mais seulement sur quelques études humaines. L’athérosclérose est une maladie très fréquente, au cours de laquelle les artères, de gros calibres surtout, sont remodelées par la présence de plaques d’athérome inflammées, ce qui réduit leur diamètre. Suite à cela, des accidents graves peuvent survenir. La DHEA pourrait exercer des effets bénéfiques anti-remodelage et anti-inflammatoire. En effet, des taux faibles de DHEA ont été corrélés à un risque accru de maladies et d’accidents cardio-vasculaires. Cependant, quelques atteintes cardiovasculaires ont été rapportées chez des patients sous supplémentation en DHEA, d’où la contre-indication de la DHEA chez des patients aux antécédents cardio-vasculaires par l’AFSSAPS (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

Asthme et maladies allergiques

Les études animales ont montré que la DHEA ainsi que la SDHEA pouvaient avoir un rôle anti-inflammatoire et immuno-modulateur (c’est-à-dire une substance qui agit sur le système immunitaire) dans la maladie asthmatique. Toutefois, comme aucun modèle animal ne peut représenter un asthmatique chronique humain, l’extrapolation des données comporte certaines limites. Concernant la dermatite atopique, qui est une pathologie allergique cutanée, là encore les études animales ont montré l’efficacité de la DHEA.

Dysfonction ovarienne et atrophie vaginale

Il n’y aucun doute concernant le rôle de la DHEA dans la stimulation du désir sexuel chez la femme. Les études ont montré qu’elle pouvait également avoir un rôle dans le traitement des lésions vaginales et des atrophies, surtout chez les femmes ménopausées.

Performances physiques

La DHEA pourrait agir favorablement sur la fatigue. Chez les sportifs, son léger effet anabolisant a justifié son inscription sur la liste des substances dopantes.

Conclusion

Il devient évident que la DHEA pourrait être utile en gynécologie, endocrinologie, rhumatologie, dermatologie et allergie. Un nombre croissant de preuves remet d’ailleurs en cause la notion selon laquelle la DHEA et ses métabolites sont simplement un régime alimentaire sans valeur supplémentaire, sans avantages prouvés pour la santé.

Cependant, davantage d’études à grande échelle sont nécessaires avant que la DHEA puisse entrer dans la pratique clinique de routine. Les indications, la posologie optimale et la durée du traitement doivent y être déterminés. Cela nécessitera un effort multidisciplinaire des domaines médical, pharmaceutique, réglementaire et des communautés scientifiques, sans oublier le patient lui-même.

Ne jamais oublier qu’il est toujours primordial de demander l’avis de son médecin traitant avant la prise de tout traitement.

Sources

Note : les liens ne sont pas mis à jour continuellement. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Merci de nous en informer si vous constatez ce problème.

  1. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Rapport sur la DHEA – Groupe ad hoc du 3 juillet 2001. https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/e759a0c84fa8c3c3e0aa044743244ebb.pdf.
  2. Alkatib, A. A., Cosma, M., Elamin, M. B., Erickson, D., Swiglo, B. A., Erwin, P. J., & Montori, V. M. (2009). A systematic review and meta-analysis of randomized placebo-controlled trials of DHEA treatment effects on quality of life in women with adrenal insufficiency. Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, 94(10), 3676-3681. https://doi.org/10.1210/jc.2009-0672.
  3. Weissman A, Horowitz E, Ravhon A, Levran D. Administration of DHEA augments progesterone production in a woman with low ovarian reserve being transplanted with cryopreserved ovarian tissue. J Assist Reprod Genet. 2014;31(11):1565. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4389940/.
  4. Davis SR, Panjari M, Stanczyk FZ. Clinical review: DHEA replacement for postmenopausal women. J Clin Endocrinol Metab. 2011 Jun;96(6):1642-53. doi: 10.1210/jc.2010-2888. Epub 2011 Mar 16. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21411558.
  5. Rutkowski, K., Sowa, P., Rutkowska-Talipska, J. et al. Dehydroepiandrosterone (DHEA): Hypes and Hopes. Drugs (2014) 74: 1195. https://doi.org/10.1007/s40265-014-0259-8. https://www.researchgate.net/publication/263935583_Dehydroepiandrosterone_DHEA_Hypes_and_Hopes.
  6. Baulieu EE, Thomas G, Legrain S, et al. Dehydroepiandrosterone (DHEA), DHEAsulfate, and aging: contribution of the DHEAgeStudy to a sociobiomedical issue. Proc Natl Acad Sci U S A. 2000 Apr 11;97(8):4279-84. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10760294.
  7. Dumas de la Roque E, Quignard JF, Ducret T, et al. Beneficial effect of dehydroepiandrosterone on pulmonary hypertension in a rodent model of pulmonary hypertension in infants. Pediatr Res. 2013 Aug;74(2):163-9. doi: 10.1038/pr.2013.73. Epub 2013 May 6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23648417.
  8. Hyman JH, Margalioth EJ, Rabinowitz R, Tsafrir A, Gal M, Alerhand S, et al. DHEA supplementation may improve IVF outcome in poor responders: a proposed mechanism. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2013 May;168(1):49-53. doi: 10.1016/j.ejogrb.2012.12.017. Epub 2013 Jan 9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23312476.
  9. J Young et G Schaison. Diminution de la sécrétion surrénalienne de DHEA avec l’âge : adrénopause ? Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris, tous droits réservés), AKOS Encyclopédie Pratique de Médecine, 3-0720, 2001, 4 p.
  10. Mezzour S. DHEA: particulière de ses effets sur la peau. Thèse pour le diplôme d’état de Docteur en pharmacie. Université de Nantes. http://archive.bu.univ-nantes.fr/pollux/fichiers/download/794af23b-0d93-4e9f-8824-139ed7d4a1ad.
Article rédigé en collaboration avec Sara Benmeziane, docteur en médecine générale.

À lire sur Mes Bienfaits

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement prévu à cet effet. En indiquant votre adresse e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations vous concernant. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.