Microbiote et dépression, sont-ils reliés ?

Microbiote et dépression : zoom sur l'intestin à gauche, dépression personne assise sur une chaise à droite
Microbiote et dépression, sont-ils reliés ?
5 (1 vote[s])

Quel est le lien entre le microbiote et la dépression ? Est-ce que la dépression peut être causée par un microbiote intestinal (flore intestinale) en mauvais état ? Depuis quelques années déjà, des études mettent en lumière le lien entre le microbiote intestinal et notre état de santé, notamment les problème liés à la perméabilité intestinale (intestin qui fuit). Plus récemment, des études ont mis en avant le lien entre le microbiote et la dépression. En effet, les chercheurs ont pu établir un lien entre la présence de certaines bactéries intestinales et la dépression. C’est ce que nous allons voir plus en détail dans l’article. Il y a des milliards de bactéries qui vivent dans nos intestins et qui constituent notre microbiote. Et cela pour notre plus grand bonheur ! Voyons pourquoi.

Sommaire

Qu’est-ce que le Microbiote ?

Le microbiote est un ensemble de micro-organismes (bactéries, virus, parasites, champignons non pathogènes) qui vivent dans un environnement spécifique. Dans notre organisme, il existe différents microbiotes : au niveau de la peau, de la bouche, du vagin… Et bien sûr, le microbiote intestinal (anciennement appelé flore intestinale), le plus important d’entre eux. Notre microbiote est constitué d’environ 2 kilos de micro-organismes !

Le Microbiote en quelques chiffres

  • Le microbiote intestinal pèse environ 2 kg.
  • Il abrite près de 1 000 espèces différentes.
  • Seul ⅓ serait commun à tous les êtres humains.

Le microbiote intestinal joue un rôle direct et non négligeable dans le bon déroulement de notre digestion :

  • Il assure la fermentation des substrats et des résidus alimentaires non digestibles ;
  • Il facilite l’assimilation des nutriments grâce à un ensemble d’enzymes dont l’organisme n’est pas pourvu ;
  • Il assure l’hydrolyse de l’amidon, de la cellulose, des polysaccharides… ;
  • Il joue un rôle dans la synthèse de certaines vitamines, notamment les vitamines K, B12, B8 ;
  • Il régule l’absorption des acides gras, du calcium, du magnésium…

Lien entre microbiote et maladies

Lorsque le microbiote intestinal est perturbé dans sa composition et/ou son fonctionnement, on parle de dysbiose. Les causes de ce déséquilibre peuvent être nombreuses, par exemple un traitement antibiotique. Mais dans ce cas le retour à la normal se fait tout seul et est en général assez rapide. Cependant la dysbiose peut aussi être chronique et liée à une pathologie. C’est le cas par exemple lors des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Le microbiote des patients renferme moins de bactéries ayant une action anti-inflammatoire, ce qui pourrait majorer la pathologie. Récemment, des études ont suggéré un lien entre dysbiose et sévérité des symptômes dans la maladie de Parkinson et dans l’inflammation cérébrale observée dans la maladie d’Alzheimer. Plus récemment des recherches semblent également montrer une influence du microbiote dans de nombreuses maladies neuropsychiatriques et notamment la dépression chronique.

Lien entre microbiote intestinal et dépression

La dépression est un état pathologique qui se manifeste par des symptômes psychiques (une tristesse intense, une douleur morale, une dévalorisation de soi, des pensées négatives, et parfois de l’anxiété…) et/ou physiques (une fatigue permanente, l’altération de l’appétit, les troubles du sommeil, les troubles sexuels, des douleurs tels que maux de tête et problèmes digestifs…). Depuis quelques années, les chercheurs s’intéressent de près au lien qui existe entre notre cerveau et l’intestin. Plusieurs études ayant établi le lien entre les deux. En effet, cerveau et intestin sont en communication permanente l’un avec l’autre. Le cerveau transmet des informations à l’intestin par le biais d’un réseau de nerfs. L’intestin lui répond à son tour en envoyant des hormones qui jouent un rôle d’indicateur auprès du système nerveux.

Les résultats d’une étude publiée dans la revue Nature Microbiology [1], en février 2019, met en évidence la présence d’un troisième acteur dans les échanges entre le cerveau et l’intestin : le microbiote. Il est suggéré que les bactéries situées à l’intérieur de l’intestin communiquent activement avec lui et pourraient ainsi jouer un rôle dans l’apparition de maladies psychiatriques telles que la dépression. Cela veut dire que certaines bactéries intestinales pourraient avoir un impact sur la qualité de vie et être liées à la dépression. Le microbiote intestinal est indispensable à l’homme et lorsqu’il va mal, c’est tout l’organisme qui est déséquilibré. Il est donc important de mieux comprendre ce qui peut affecter ou au contraire faire du bien à notre microbiote. Le microbiote intestinal constitue un écosystème complexe, qui est maintenant bien reconnu pour son impact sur notre santé. Il contribue à renforcer le système immunitaire et constitue une barrière directe contre l’intrusion des agents pathogènes. L’étude scientifique publiée dans Nature Microbiology met en lumière les populations bactériennes présentes dans l’intestin en cas de dépression. Cette étude n’a pas été menée sur des souris de laboratoire, mais sur la base de l’observation du microbiote d’un millier de patients humains. Jeroen Raes de l’Université catholique de Louvain et son équipe ont mené cette étude avec 1 054 personnes. De quoi montrer que certaines souches bactériennes, comme Coproccocus ou Dialister, seraient sous-représentées chez les patients atteints de dépression.

Microbiote intestinal et meilleure qualité de vie

Afin d’évaluer l’impact du microbiote sur la qualité de vie, les chercheurs ont utilisé un questionnaire prenant en compte huit paramètres, quatre concernant la santé physique, et quatre concernant la santé mentale. Ils ont ensuite recherché une corrélation entre les scores obtenus dans le questionnaire et la présence ou l’absence de certains types de bactéries intestinales.

Les bactéries du type Faecalibacterium et Coprococcus sont associées à des scores élevés, donc à une bonne qualité de vie. Ces deux formes de bactéries produisent du Butyrate, un acide gras qui renforce les défenses épithéliales et réduit les inflammations. Or, l’absence de cette molécule est liée à l’apparition de maladies chroniques de l’intestin, et à la dépression.

Bénéfices des probiotiques contre la dépression

► Probiotiques : les probiotiques ont été définis en 2002 par la Food and Agriculture Organization des Nations Unies et l’OMS comme “des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates, produisent un bénéfice pour la santé de l’hôte”. Les probiotiques sont des organismes microscopiques vivants, qui par définition, apportent un effet bénéfique sur la santé de celui qui le consomme. Ils sont tous différents. Chacun a sa spécificité et ses points d’actions principaux. Il s’agit donc de ces “bonnes bactéries” qui composent notre microbiote.

Certes ces résultats doivent encore être validés chez les personnes souffrant de dépression, mais les chercheurs semblent mettre en évidence les bénéfices possibles d’un microbiote sain chez certains patients dépressifs : “Il y a de plus en plus de recherches qui suggèrent qu’un régime alimentaire malsain contribue au déclenchement ou à la prolongation d’une dépression”.

Une autre étude [2] (à lire dans la revue Brain, Behavior, and Immunity), celle-ci menée sur des animaux, montre l’utilité des bactéries intestinales qui visent à contrer la tendance à la dépression. Précisément, ce sont des bactéries lactiques qui peuvent contribuer à prévenir le type de dépression lié à un mode de vie malsain. Les chercheurs de l’Université d’Aarhus rappellent les effets bénéfiques maintenant bien documentés de ces micro-organismes, ou probiotiques, pour la santé intestinale, mais aussi pour le cerveau, via cet axe intestin-cerveau. Leur étude soutient l’hypothèse des effets nocifs d’une alimentation malsaine à la fois sur la santé physique et mentale, et la possibilité d’inverser ces effets grâce à des bactéries bénéfiques.

Comment soutenir le microbiote intestinal ?

Pour toutes ces maladies déclenchées ou entretenues par une dysbiose (déséquilibre du microbiote intestinal), les scientifiques envisagent plusieurs approches thérapeutiques, seules ou combinées :

  • une alimentation riche et diversifiée en fibres, favorisant le rééquilibrage du microbiote ;
  • l’apport de probiotiques, de prébiotiques ou des deux combinés, pour un effet synergique.
Voici un magasin où acheter → Formule Prébiotiques + Probiotiques
Excellent produit pour soigner et reconstruire le microbiote intestinal ! Une formule qui associe 2 familles de prébiotiques et 5 familles de probiotiques adaptés au microbiote.

Conclusion

L’intestin héberge naturellement des milliers de milliards de microorganismes, qui constituent le microbiote intestinal. Les recherches se multiplient pour comprendre le rôle du microbiote intestinal et son action dans certaines maladies. Ces découvertes peuvent nous conduire à la possibilité de prévenir, voire de mieux soigner, certaines pathologies comme la dépression.

Sources

Note : les liens ne sont pas mis à jour continuellement. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Merci de nous en informer si vous constatez ce problème.

  1. Valles-Colomer M, Falony G, Darzi Y, Tigchelaar EF, Wang J, Tito RY, Schiweck C, Kurilshikov A, Joossens M, Wijmenga C, Claes S, Van Oudenhove L, Zhernakova A, Vieira-Silva S, Raes J. The neuroactive potential of the human gut microbiota in quality of life and depression. Nat Microbiol. 2019 Apr;4(4):623-632. doi: 10.1038/s41564-018-0337-x.
  2. Anders Abildgaard, Betina Elfving, Marianne Hokland, Sten Lund, Gregers Wegener. Probiotic treatment protects against the pro-depressant-like effect of high-fat diet in Flinders Sensitive Line rats. Brain, Behavior, and Immunity October 2017.

Autres sources utilisées

Article rédigé en collaboration avec Ana Pinto Caetano, naturopathe diplômée.

À lire sur Mes Bienfaits

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


J’accepte de recevoir la newsletter. Je pourrai me désinscrire à tout moment.