Détox : les bienfaits d’une cure de détoxication !

Gros plan sur un jus vert dans un verre. Tout autour, il y a des fruits et légumes : pommes vertes et rouges, salade, brocolis.

Qui n’a jamais lu ou entendu parler de détox ? Ce mot est à la mode, mais savez-vous réellement ce que c’est ? En naturopathie, que cela signifie-t-il ? Pourquoi devrions-nous faire une détox ? Est-elle réellement adaptée à tout le monde ? Mes Bienfaits a décidé de faire le point pour que vous puissiez choisir de réaliser une cure détox ou non, en fonction de vos objectifs.

Sommaire

Qu’est-ce que la cure détox en naturopathie ?

Pour mieux comprendre de quoi il est question, voici une définition : la désintoxication est le principe d’éliminer des déchets appelés des toxines, et des toxiques, qui se sont accumulés dans notre organisme de différentes manières, jour après jour, années après années.

Pour cela les naturopathes prévoient 3 grandes phases dans leurs cures.

  • Première phase : arrêter la source qui provoque les surcharges de déchets. Cela ne sert à rien de faire une cure détox si vous n’arrêtez pas la source de vos toxines.
  • Seconde phase : stimuler les émonctoires (organes filtres et d’évacuation du corps) sur un temps donné. C’est la phase de nettoyage.
  • Troisième phase : rediriger de l’énergie là où c’est nécessaire pour évacuer les déchets. Pour ce faire, on peut déconnecter la tête grâce à des méthodes de libération telles que la relaxation, la sophrologie, les massages…

La cure de détox sert donc à évacuer un surplus, mais pas seulement ! Elle permet également de prendre de bonnes habitudes alimentaires et d’adopter une meilleure hygiène de vie synonyme de meilleure santé au quotidien.

Bienfaits de la détox

Quand vous avez accumulé trop de déchets et que vos émonctoires ont du mal à assurer leurs fonctions et saturent, différents symptômes peuvent apparaître. Vous pourrez peut-être identifier certains signes qui indiquent que vous avez besoin d’une cure de détoxication. La cure de détox est bénéfique lorsque vous vous confrontez à :

  • Des problématiques de poids (kilos en trop, grignotages sucrés, repas trop lourds…) ;
  • Des soucis digestifs (ballonnements, constipation, gaz, nausées…) ;
  • Des soucis cutanés (eczéma, psoriasis, acné, furoncles…) ;
  • Des affections respiratoires (rhumes, rhinites, otites, bronchites…) ;
  • De la fatigue générale (perte de motivation, besoin de café pour tenir, malade sans arrêt, irritabilité, émotivité…) ;
  • Des soucis de sommeil (insomnies, réveils nocturnes, difficultés à s’endormir…).

Pourquoi notre corps s’intoxique-t-il ?

Normalement notre corps est en désintoxication de manière permanente. En effet, les reins, les intestins, le foie, les poumons et la peau sont physiologiquement conçus pour traiter et éliminer les substances indésirables.

Si nous bougions suffisamment, si nous mangions des produits de qualité, si nous mangions de manière frugale (simple) et si nous buvions de l’eau de haute qualité, alors notre organisme aurait une chance d’éliminer correctement les déchets qu’il rencontrerait au quotidien. Or, de nos jours, l’élimination de l’ensemble des déchets est peu probable car nous sommes en permanence confrontés à une déferlante de polluants et à un mode de vie mal adapté.

Voici quelques responsables de notre mauvaise élimination des déchets :

  • Pollution (atmosphérique, produits chimiques, métaux lourds…) ;
  • Dénaturation des aliments (additifs, cuisson excessive, raffinage, pesticides, colorants, conservateurs, ionisation aux rayons gamma…) ;
  • Asphyxie cutanée (vêtements trop serrés, cosmétiques chimiques, perturbateurs endocriniens…) ;
  • Sédentarité (de moins en moins d’efforts physiques) ;
  • Stress et anxiété (frustration, culpabilité, débordement psychologique et émotionnel, pensées négatives, relations toxiques…) ;
  • Pollutions subtiles (champs électromagnétiques, téléphones portables, wifi, ondes, micro-ondes…).

La conséquence de tous ces méfaits est la surcharge humorale (épaississement du sang). Les métabolismes de bases sont alors incapables d’assimiler les nutriments. Les émonctoires sont débordés par le travail à effectuer : la filtration sanguine au niveau du foie est plus difficile, l’urine devient trop chargée (d’autant plus si l’on boit peu et de surcroît si c’est une eau de mauvaise qualité). Les troubles digestifs s’installent également, la quantité de substances à évacuer étant trop importante pour les intestins. Les surcharges prennent du terrain au fur et à mesure, se stockant sous différentes formes selon l’état de santé de chaque individu. En plus de s’intoxiquer, les carences et les ennuis en tout genre peuvent commencer (troubles digestifs, problèmes de peau, insomnies, fatigue, arthrite, soucis ORL, etc.).

Comment réaliser une cure détox ?

Vous êtes d’attaque pour aider votre organisme à éliminer toutes les impuretés et les déchets ? Suivez nos conseils, nous vous expliquons comment ça marche.

Le principe est de mettre le système digestif au repos, car une grande partie de notre énergie est consacrée à la digestion. De cette manière, l’organisme récupère une force jusqu’ici indisponible. Grâce à ce gain d’énergie, le corps peut se concentrer plus facilement sur l’élimination des déchets et la purification.

La cure détox permet donc de lancer le processus d’évacuation des déchets. Pour que ce processus soit profitable, il faut également surveiller ses habitudes alimentaires après la cure. De cette façon vous observerez des résultats sur le long terme. Voici les conséquences (bienfaits, résultats, vertus) :

  • Meilleure forme générale ;
  • Perte de poids si vous en aviez besoin ;
  • Capacités intellectuelles améliorées ;
  • Sensibilité sensorielle (on voit mieux, on entend mieux, la peau est plus sensible) ;
  • Un système immunitaire renforcé et plus réactif ;
  • Un transit intestinal amélioré et régulier ;
  • Un sommeil récupérateur ;
  • Meilleure régénération des tissus ;
  • Libération et purification émotionnelle.

Info : la cure de détoxination est souvent pratiquée à partir du printemps, jusqu’à l’automne. Toutefois elle peut être réalisée à tout moment de l’année.

Les différentes pratiques détox

La détox peut se pratiquer de différentes manières. Vous avez le choix : jeûnes, monodiètes ou cures saisonnières.

La cure saisonnière

Commençons peut être par la pratique détox la plus connue : la cure de saison. Il s’agit d’une pratique dont vous avez certainement déjà entendu parler ou que vous connaissez (cure de raisins à l’automne, cure de jus de bouleau, cure de jus verts au printemps, soupes de légumes crus l’été…). C’est une cure simple et efficace, les résultats sont rapides et visibles mais elle ne permet pas un nettoyage profond, sauf si vous avez déjà une hygiène de vie saine et que vous la pratiquez en entretien. Néanmoins, attention aux personnes allergiques, aux personnes qui souffrent d’un terrain colitique et aux personnes diabétiques.

La détox saisonnière se pratique selon la saison : on mise sur les fruits et légumes de saison pour éliminer les polluants. En plus de faire du bien à l’organisme, on favorise les fruits et légumes locaux de saison qui correspondent aux besoins du corps humain. À chaque saison ses fruits et légumes prévus pour renforcer le système immunitaire et/ou hydrater l’organisme. La nature fait souvent bien les choses !

La monodiète

La monodiète est la cure détox la plus facile à réaliser. Il s’agit également de la pratique de détoxination qui fait le moins peur. La monodiète est adaptable selon vos envies et votre mode de vie. Comme son nom l’indique, vous ne mangez qu’un seul aliment, sous différentes formes. Vous pouvez choisir de la pratiquer de différentes manières :

  • Une fois par semaine pendant 3 mois ;
  • Chaque soir à chaque repas pendant une semaine. À renouveler tous les mois ;
  • Plusieurs monodiètes successives : matin = fruits, midi = protéines, soir = légumes, sur 2-3 jours. Ou alors, 1er jour = fruits, 2ème jour = protéines, 3ème jour = légumes.

Il est possible d’adapter la durée, le rythme et l’aliment selon le profil de la personne. C’est une sorte de jeûne déguisé, mais on mange malgré tout. Pour ceux qui ont peur d’avoir faim, la solution est trouvée. La monodiète permet un nettoyage rapide de l’organisme, l’évacuation des toxines accumulées et la régénération des organes. L’énergie gagnée permet ces actions bénéfiques. Comme pour la cure de saison, il est important de boire de l’eau ou des tisanes non sucrées.

Le jeûne

Le jeûne est une méthode détox très prisée en Allemagne, en Russie et aux Etats-Unis. Il est de plus en plus convoité dans beaucoup de pays. C’est une pratique qui existe depuis la nuit des temps. Parfois, elle peut faire peur aux personnes qui ne la pratiquent pas car elle est synonyme de privation alimentaire.

Il y a 2 grands types de jeûne : hydrique et sec. Le jeûne hydrique est un jeûne pour lequel il est possible de boire de l’eau. En fonction de la méthode adoptée, il est possible de boire des tisanes ou des jus de légumes. Le jeûne hydrique peut se pratiquer entre une et quarante journées. Il est souvent conseillé de jeûner plus de 3 jours car c’est à ce moment là que le jeûne agit réellement sur les différents besoins de l’organisme (crise d’acidose). Le jeûne sec consiste à jeûner sans boire ni manger. Cette pratique permet d’évacuer les déchets profonds qui ne peuvent pas être éliminés lorsqu’il y a absorption d’eau. C’est le cas notamment des déchets qui encombrent la lymphe.

Pour bien effectuer un jeûne et potentialiser ses effets, il est très fortement conseillé de s’y préparer en réalisant une descente alimentaire. Cette préparation consiste à effectuer une purge pour vider les intestins et à supprimer progressivement certains aliments. Pour un jeûne court (1 journée), on commence la veille. Si l’on souhaite faire un jeûne plus long, la règle à suivre est la suivante : autant de jours de préparation que de jours de jeûne.

Comment se passe la descente par paliers ? Il faut commencer par une alimentation hypotoxique (aliments crus, légumes, fruits, éviter les viandes, les laitages et les graisses saturées), puis on supprime totalement les aliments industriels, les excitants (café, thé) et les viandes. À ce stade, on peut manger des protéines végétales (légumineuses, céréales). Dernière étape, on supprime les protéines végétales et on termine par une soupe de légumes verts à fibres (céleri branche, blettes, poireaux, fenouil…) afin de balayer les intestins.

La veille, il peut être intéressant de vider complètement l’intestin en prenant du chlorure de magnésium ou du sulfate de magnésium par exemple. Vous trouverez des sachets disponibles en pharmacie. Personnes aux intestins fragiles, s’abstenir. Il est également possible d’utiliser les huiles (huile de ricin notamment) pour purger l’intestin efficacement : avalez 2-3 cuillères à soupe avec du jus de citron et de l’eau chaude, puis couchez-vous sur le côté droit avec une bouillotte. Il faudra éviter cette méthode pour les personnes sensibles aux calculs biliaires car elle vidange la vésicule biliaire et la bile de manière efficace. Une méthode douce existe : certaines plantes ont la particularité d’être purgatives notamment les plantes à mucilages (graines de chia, graines de lin, psyllium) ou les plantes laxatives douces comme la mauve, la guimauve et la casse. Si vous le supportez, vous pouvez utiliser des plantes laxatives plus puissantes comme la séné, la rhubarbe et la bourdaine. Pour finir le travail de la purge, un lavement ou une douche rectale peuvent être pratiqués. Il suffit d’utiliser une poche à lavement que l’on trouve en pharmacie ou en boutique bio.

Mettez-vous dans les meilleures conditions pour réussir votre jeûne :

  • Vous avez choisi de jeûner par vous-même ;
  • Il est conseillé d’être en vacances (hors travail et hors contexte familial) ;
  • Prenez du temps pour vous occuper de vous (massages, gommages, hydrologie…) ;
  • Avoir des occupations artistiques ;
  • Avoir une activité corporelle ;
  • Prévoir des lectures, des méditations… ;
  • Pouvoir partager son expérience.

Puis arrive la fin de la cure, c’est le temps de la reprise. Il faut réintroduire doucement une alimentation saine à votre quotidien. Pour cela, tout comme pour la préparation avant le jeûne, il faut y aller par paliers : soupe de légumes, alimentation végétale, puis céréales et légumineuses. À partir de cet instant, il est conseillé de mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires saines pour profiter au maximum de votre cure de détox. Dans tous les cas, bien souvent le jeûne permet de prendre conscience des besoins réels de son organisme. À l’issu d’un jeûne, vous mangerez certainement moins, mais mieux.

Contre-indications

Tout le monde peut-il pratiquer la cure détox ? La détoxination est-elle recommandée chez toutes les personnes ? Malheureusement non ! Cela dépend principalement de votre force vitale et de vos problématiques de santé. Un nettoyage détox de l’organisme n’est pas un régime amaigrissant comme pourraient le laisser entendre certains magazines. En cas de doute, demandez l’avis d’un professionnel en mesure d’évaluer votre état de santé. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un naturopathe afin de mieux réussir votre cure détox.

De manière générale, les contres-indications à la cure de détox sont les suivantes :

  • La femme enceinte, allaitante ;
  • Les enfants ;
  • L’insuffisance rénale ;
  • Les maladies cardio-vasculaires ;
  • L’hypertension non stabilisée ;
  • Le diabète insulino-dépendant ;
  • L’asthénie (grande fatigue) ;
  • Les problèmes hépatiques ;
  • Les personnes sous médicaments réguliers ;
  • La dépression ;
  • L’anorexie ou troubles du comportement alimentaire ;
  • Les personnes avec un IMC trop bas, maigreur ;
  • Les hypotensions ;
  • Personnes âgées (besoin systématique de l’avis médical).

Durant la cure, il faut aussi prêter attention aux possibles crises curatives (réactions aiguës) qui impliquent l’arrêt de la cure et la nécessité de consulter un médecin : évanouissement, anurie (arrêt de l’urine), crise d’acétone, crise de tétanie, hallucinations, angoisses, tachycardie ou arythmie, hypotension (< 8).

Conclusion : détox ou pas détox ?

Si vous souhaitez suivre une cure de détox, vérifiez votre état de santé auprès d’un professionnel, en cas de doute. Pour vous aider, vous pouvez faire appel à un naturopathe. Grâce à son bilan, vous pourrez mettre en place la cure adaptée à vos besoins et à vos contraintes de vie.

Vous souhaitez vous lancer seul(e) ? Vous avez plusieurs options : les monodiètes, les cures de saisons et les jeûnes. Bien qu’il soit possible de jeûner à la maison, vous pouvez choisir de vous rapprocher d’organismes spécialisés dans lesquels vous serez pris en charge de A à Z. Site conseillé : www.ffjr.com.

Enfin, durant une période de détoxication, il est très intéressant de privilégier les aliments biologiques. De cette manière, vous veillez à ne pas introduire de polluants supplémentaires (pesticides, fongicides, conservateurs…). Autre astuce : préférez boire de l’eau faiblement minéralisée car son rôle principal n’est pas d’apporter mais d’emporter.

La cure détox doit rester ponctuelle, elle ne doit pas faire l’objet d’une pratique quotidienne au risque de développer des carences. Se libérer de ses déchets est une bonne pratique préventive, n’attendez pas d’avoir des problèmes pour réaliser une cure.

Bonne détox !

Article rédigé en collaboration avec Mélanie Aimée, naturopathe.

À lire sur Mes Bienfaits

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement prévu à cet effet. En indiquant votre adresse e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations vous concernant. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.