Excès de sel : symptômes et conséquences

4.6
(13)

Le sel fait partie intégrante de l’alimentation quotidienne, il sert à relever le goût des aliments et à mieux les conserver. Mais un excès de sel se révèle dangereux pour la santé à différents niveaux. Ci-après un éclairage sur la consommation de sel, les dangers d’une alimentation riche en sodium et quelques précautions préventives.

Sel de table dans une salière en verre renversée. Petit tas de sel autour de la salière.

Le sel est partout

Camembert chaud rôti au barbecue avec branches de thym.Le sel est composé de sodium (Na) et de chlorure (Cl-). Selon les spécialistes, ce serait l’excès de sodium (Na) qui se révèlerait néfaste à l’organisme humain. Malheureusement, des grandes quantités de sodium sont présentes dans beaucoup de produits industriels. Il est notamment présent dans le glutamate de sodium, un additif alimentaire utilisé à grande échelle.

Le sodium est un minéral indispensable pour le corps humain. L’OMS indique qu’il joue un rôle primordial dans le maintien du volume plasmatique, l’équilibre acido-basique, la transmission des influx nerveux et le fonctionnement normal des cellules [1]. Le sodium est d’ailleurs naturellement présent dans divers aliments.

Le problème du sel (chlorure de sodium) résiderait donc dans l’excès. Une trop grande quantité de chlorure de sodium pourrait avoir des conséquences néfastes pour la santé.

Attention aux dangers

L’apparition d’un certain nombre de symptômes est un indicateur de la surconsommation de sodium, qui peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’individu. La consommation excessive de sel dépend fortement du cadre culturel, du mode de vie et des habitudes alimentaires des personnes. Pour beaucoup, changer les habitudes alimentaires est souvent nécessaire pour être en bonne santé.

Soif et rétention d’eau

💧 La consommation d’aliments chargés en sodium donne soif. C’est le cas de la pizza, des sauces et des chips, entre autres. En effet, le sodium altère l’équilibre des fluides dans le corps, c’est pourquoi il est primordial de boire beaucoup d’eau après la consommation d’aliments trop salés, en vue de restaurer le niveau de sodium dans les cellules.

Une consommation excessive de sel se traduit par une rétention d’eau. En effet la présence d’une quantité importante de sodium dans le corps entraîne la migration des fluides en dehors des cellules vers les tissus. Ce qui explique le gonflement de certaines parties du corps comme le visage, les mains et les jambes. L’excès de sel peut alors se manifester par un œdème (gonflement des tissus) causé par un excès de liquides dans les tissus de l’organisme. L’apparition d’un œdème peut être due à une maladie sous-jacente, mais souvent il s’agit d’une alimentation trop riche en sel.

Problèmes de peau

Main qui gratte la peau avec rougeurDes aliments trop salés peuvent avoir des effets néfastes sur la peau. En effet la consommation du sel de manière excessive entraîne le dessèchement et la perte de l’élasticité de l’épiderme. Cela accélère le vieillissement de la peau.

La cellulite peut s’aggraver avec l’excès de sodium [2]. Il existe la cellulite adipeuse associée au stockage excessif de graisse, ainsi que la cellulite aqueuse (peau d’orange) due à la rétention d’eau et à une mauvaise élimination des fluides.

Une alimentation riche en sodium est l’un des facteurs susceptibles de favoriser l’apparition et le développement de l’acné. En effet une étude réalisée sur 200 sujets acnéiques a souligné que la consommation d’aliments salés était nettement plus élevée chez les patients atteints d’acné que chez les sujets sans acné. Cela permet de conclure que la consommation d’aliments salés est un facteur favorisant le développement de l’acné [3]. D’ailleurs, le dessèchement cutané associé au sel est susceptible d’aggraver l’acné.

Obésité

L’envie de produits salés peut être associée à une carence en sodium [4]. En effet, une carence en sodium déclenche une envie d’aliments salés. Dès lors, la consommation d’aliments salés est susceptible de favoriser la prise de poids et l’obésité. L’augmentation de l’apport en sel entraîne une hausse de l’excrétion d’osmolytes dans l’urine, ce qui réduit leur élimination et génère une accumulation endogène dans les fluides de la vessie [5]. Des chercheurs ont indiqué que chez des enfants âgés de 2 à 16 ans, manger salé augmente leur consommation de boissons riches en calories en vue d’étancher leur soif. Dès lors, la réduction de sel peut être utile dans la prévention de l’obésité infantile [6].

Problèmes cardiovasculaires

Gros plan sur la poitrine d'un homme en chemise bleue. Il pose sa main sur son cœur et semble avoir un problème cardiovasculaire car sa main est crispée.Une surconsommation de sodium entraîne une augmentation de la pression artérielle, liée à la rétention de fluides [1]. En effet la concentration de sodium accroît le niveau d’eau dans le sang et entraîne une augmentation du volume sanguin. La hausse de la pression sanguine exerce une pression sur la paroi des artères, ce qui peut éventuellement entraîner un blocage de l’artère. De plus, la concentration de l’eau dans le sang sollicite beaucoup plus le cœur, en le faisant travailler de manière excessive.

Si consommer trop de sel entraîne de l’hypertension, une telle situation augmente le risque de maladies cardiovasculaires. Une tension artérielle élevée favorise l’athérosclérose, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies coronariennes. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de consommer moins de 5 grammes de sel par jour, soit un peu moins d’une cuillère à café. Ce dosage contribue à faire baisser la tension artérielle, le risque de maladie cardiovasculaire, d’accident vasculaire cérébral et d’infarctus du myocarde [1].

calculs rénaux

La consommation excessive de sodium peut affecter les fonctions rénales, indique l’organisation World Action on Salt, Sugar and Health (WASSH) [7], qui souligne qu’une alimentation trop salée est susceptible d’augmenter les protéines dans l’urine.

Ulcères et cancer d’estomac

Homme qui se tient le ventre avec les deux mains sur son ventre. Plan de près.Certaines recherches suggèrent que les ulcères d’estomac et le cancer peuvent être liés à un excès de sodium. En effet la consommation d’aliments riches en sel entraîne une usure de la muqueuse de l’estomac, ce qui se traduit par de l’inflammation qui rend l’estomac plus sensible et plus vulnérable aux infections et maladies y compris le cancer. C’est ce qui a été démontré par une étude qui soutient l’hypothèse selon laquelle la consommation de sel alimentaire est associée au risque de cancer gastrique [8]. Enfin, l’excès de sel favoriserait l’action cancérigène de la bactérie Helicobacter pylori associée aux ulcères et au développement du cancer.

Déséquilibre de la flore intestinale

La consommation d’aliments trop salés altère la composition du microbiote intestinal (flore intestinale). En effet, les bactéries qui y sont présentes sont très sensibles au sel. Ce dernier peut éliminer certaines d’entre elles, notamment les lactobacilles Lactobacillus murinus. De telles altérations sont responsables de l’hypertension, de l’obésité et de l’apparition des maladies auto-immunes [9].

Ostéoporose

De nombreux problèmes de santé sont liés à l’excès de sel et l’ostéoporose ne fait pas exception. En effet, des quantités importantes de sodium affectent la densité des os qu’on associe d’habitude à une carence en calcium. Des apports importants de sel favorisent l’excrétion urinaire du calcium, ce qui fragilise les os et accroît le risque de fracture osseuse [10].

Maladies auto-immunes

Comme il a été mentionné plus haut, le sel est susceptible de déclencher et d’aggraver les maladies auto-immunes. Une étude récente a souligné que le sodium augmente la production des cellules Th17, responsables de l’apparition des maladies auto-immunes à l’instar de la sclérose en plaques [9, 11].

Fonctions cognitives

Forme du cerveau créée à partir des branches d'un arbre. Le cerveau arbre est noir sur fond blanc.Certaines recherchent indiquent que l’excès de sel peut impacter les fonctions cérébrales. Une revue systématique récente, ayant pris en comptes les résultats de 15 études, conclut qu’il existe des preuves qu’un apport élevé en sel est associé à une mauvaise cognition. Cependant, les résultats sont mitigés et les spécialistes indiquent que des études supplémentaires sont nécessaires pour établir un véritable lien entre la consommation de sodium et la fonction cognitive chez l’être humain [12].

Précautions à prendre

Il est important de réduire la consommation de sel à moins de 5 g par jour, comme le préconise l’OMS. L’organisation recommande aussi l’usage du sel iodé, qui est un composé essentiel dans le développement du cerveau du fœtus et du jeune enfant, ainsi que dans l’optimisation des fonctions mentales en général.

Une alimentation riche en sel, à elle seule, ne peut entraîner systématiquement l’apparition des maladies mentionnées plus haut. Mais elle favorise leur apparition et leur développement. Il est possible d’équilibrer les excès en sodium par une consommation suffisante en potassium. En effet l’OMS estime que les gens prennent moins de 3,5 grammes par jour de potassium 1. Or ce minéral contribue au maintien du volume total des liquides dans l’organisme, à l’équilibre acido-basique et électrolytique, ainsi qu’au fonctionnement normal des cellules.

Références scientifiques

Voir les références

  1. Réduire la consommation de sel. Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
  2. Puddu, P., Ventrice, C., Pennasilico, G., Guarnaccia, G., Ruffelli, M., Di Pietro, A., & De Pità, O. (2003). An Open Randomized Controlled Study on the Efficacy of Low-Sodium Water Intake Evaluated by Non-Invasive Methods in Patients with Cellulite. European Journal of Inflammation, 43–48.
  3. El Darouti MA, Zeid OA, Abdel Halim DM, Hegazy RA, Kadry D, Shehab DI, Abdelhaliem HS, Saleh MA. Salty and spicy food; are they involved in the pathogenesis of acne vulgaris? A case controlled study. J Cosmet Dermatol. 2016 Jun;15(2):145-9.
  4. Hurley SW, Johnson AK. The biopsychology of salt hunger and sodium deficiency. Pflugers Arch. 2015;467(3):445–456.
  5. Rakova N, Kitada K, Lerchl K, et al. Increased salt consumption induces body water conservation and decreases fluid intake. J Clin Invest. 2017;127(5):1932–1943.
  6. Grimes CA, Riddell LJ, Campbell KJ, Nowson CA. Dietary salt intake, sugar-sweetened beverage consumption, and obesity risk. Pediatrics. 2013 Jan;131(1):14-21.
  7. Salt and health factsheets. World Action on Salt, Sugar and Health (WASSH).
  8. Ge S, Feng X, Shen L, Wei Z, Zhu Q, Sun J. Association between Habitual Dietary Salt Intake and Risk of Gastric Cancer: A Systematic Review of Observational Studies. Gastroenterol Res Pract. 2012;2012:808120.
  9. Wilck N, Matus MG, Kearney SM, et al. Salt-responsive gut commensal modulates TH17 axis and disease. Nature. 2017;551(7682):585–589.
  10. Caudarella R, Vescini F, Rizzoli E, Francucci CM. Salt intake, hypertension, and osteoporosis. J Endocrinol Invest. 2009;32(4 Suppl):15-20.
  11. Kleinewietfeld M, Manzel A, Titze J, et al. Sodium chloride drives autoimmune disease by the induction of pathogenic TH17 cells. Nature. 2013;496(7446):518–522.
  12. Mohan D, Yap KH, Reidpath D, et al. Link Between Dietary Sodium Intake, Cognitive Function, and Dementia Risk in Middle-Aged and Older Adults: A Systematic Review. J Alzheimers Dis. 2020;76(4):1347-1373.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

Note moyenne : 4.6 / 5. Votes : 13

Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

Merci de partager, votre aide est précieuse !

Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

MessengerWhatsAppLinkedInPinterest

🌿 Fondateur de Mes Bienfaits

Après avoir été soigné par un remède naturel à base de plantes, au milieu de la forêt amazonienne, Damien prend conscience des puissantes vertus offertes par la nature. Désormais, il adopte une alimentation saine et un mode de vie simple qui le libèrent de la majorité des stress et des maux.

Grand passionné de santé et fasciné par les capacités de l’organisme humain, Damien analyse de nombreuses sources (ouvrages, études scientifiques, recommandations officielles…) pour présenter l'information la plus fiable possible, toujours entouré de son équipe de spécialistes.

🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

Découvrir nos guides santé

Pour continuer votre lecture, voici nos guides santé et bien-être les plus appréciés. Découvrez les bienfaits des plantes, remèdes et autres substances naturelles.

Plantes médicinales

Açaï - Acérola - Ail - Aloe vera - Artichaut - Ashwagandha - Astragale - Boswellia - Chardon-marie - Chia - Cordyceps - Costus - Cranberry - Curcuma - Échinacée - Éleuthérocoque - Fenugrec - Garcinia - Gattilier - Ginkgo biloba - Ginseng - Goji - Griffonia - Gymnema - Harpagophytum - Kernza - Klamath - Konjac - Kudzu - Luzerne - Maca - Millepertuis - Moringa - Mucuna - Ortie - Palmier nain - Reishi - Rhodiola - Safran - Schisandra - Spiruline - Thé vert - Thym - Tribulus - Valériane.

Remèdes naturels

Alimentation alcaline - Antidépresseurs naturels - Anti-inflammatoires naturels - Antihistaminiques naturels - Antispasmodiques naturels - Antivomitifs naturels - Anxiolytiques naturels - Aphtes - Aspirine naturelle - Constipation : remèdes naturels - Eczéma - Grippe - Histaminose - Laxatifs naturels - Nettoyer le foie - Nootropiques - Perméabilité intestinale (intestin qui fuit) - Plantes aphrodisiaques - Plantes diabète - Plantes digestion - Plantes immunitaires - Plantes migraine - Plantes pour dormir - Plantes pour maigrir - Réparation du cartilage - Rhume - Sarcopénie - Somnifères naturels - SOPK - Toux sèche - Vessie hyperactive.

Vitamines, minéraux et molécules

Acide hyaluronique - Berbérine - CBD - Charbon végétal - Coenzyme Q10 - Collagène - Cycloastragenol - Cynarine - DHEA - Fibres - Magnésium - Mélatonine - Oméga-3 - Ptérostilbène - Pycnogenol - Quercétine - Resvératrol - Sérotonine - Taurine - Vitamine B12 - Vitamine C - Vitamine D.

Vous appréciez notre site ?

🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.