Une femme assise à son bureau devant son ordinateur avec un stylo dans la bouche, stressée et crispée. Rideau blanc en fond et pot de crayons/stylos en premier plan.

Stress au travail : comment gérer le stress professionnel ?

4.4
(7)

Un tiers de notre vie se déroule au travail. On comprend aisément l’impact que peut avoir notre métier sur notre vie personnelle et sur notre santé. Le temps consacré au travail n’a eu cesse de diminuer au cours des siècles et pourtant le stress au travail est fortement présent à l’heure actuelle. Alors, est-il possible de gérer son stress au travail ? Est-il possible de lutter, combattre et vaincre son stress professionnel ? D’ailleurs, quelles sont les raisons de ce stress permanent ?

Dans cet article, Mes Bienfaits répond à toutes ces questions et vous donne des solutions concrètes pour gérer efficacement votre stress au travail.

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est essentiel à la survie. Le problème survient lorsque le corps est constamment stimulé et ne parvient plus à s’auto-réguler. Avant de promouvoir le bonheur au travail, il est nécessaire de comprendre les raisons du stress professionnel des salariés.

Selon le concept du Syndrome Général d’Adaptation (SGA) créé par le professeur Hans Selye [1], il y a 3 phases qui se manifestent lorsque l’organisme est soumis au stress : la phase d’alerte, la phase de résistance et la phase d’épuisement.

  1. Alarme : cette phase correspond au choc physique ou psychique. Exemple : vous voilà face à un client qui vocifère des propos désagréables. Votre système nerveux va alors intégrer cette information et va déclencher la libération d’hormones via les surrénales, notamment l’adrénaline et la noradrénaline afin de faire face à « l’agression ». Tout cela se réalise en quelques fractions de secondes et de façon inconsciente. Votre corps se prépare à agir (fuite ou combat). Votre fréquence respiratoire, votre rythme cardiaque et votre pression artérielle s’élèvent, les muscles se contractent, la transpiration est plus importante, etc. Une fois la menace éloignée, le mécanisme régulateur permet un retour à l’équilibre global (nerveux, endocrinien, psychologique, immunitaire) à condition que l’organisme en soit capable.
  2. ⚡️ Résistance : en cas d’exposition répétée et/ou prolongée au stress, c’est une autre phase qui prend le relais via l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Cette fois les surrénales sécrètent du cortisol, communément appelé hormone du stress. Cette phase est consommatrice de beaucoup d’énergie. Différents symptômes peuvent apparaître : tensions musculaires, anxiété, fatigue, troubles digestifs (diarrhées, constipation, sensation de lourdeurs…), insomnie, agressivité, repli sur soi, etc. Si les mauvaises conditions de travail perdurent (par exemple, agressions verbales ou objectifs complètement irréalistes) votre corps cherche à s’adapter. L’organisme sécrète sans cesse des hormones pour faire face à ce stress, puise dans les réserves minérales, manque de vitamines… Tous ces processus épuisent considérablement l’organisme à long terme et provoquent la 3ème phase de stress, à savoir un épuisement surrénalien.
  3. 😫 Épuisement : l’organisme ne répond plus, c’est l’effondrement. Le corps n’est plus en mesure de sécréter le cortisol. C’est l’ensemble du système nerveux, endocrinien, immunitaire et psychologique qui est affecté. L’organisme est de plus en plus sensible aux infections, à la fatigue chronique, au burn-out, aux dérèglements hormonaux, à la dépression, au diabète, à l’hypertension artérielle, aux troubles cutanés (eczéma par exemple), aux maladies cardiaques… Un travail de reconstruction est alors nécessaire. Le repos et l’adoption d’une nouvelle hygiène de vie font partie des mesures à prendre pour aller mieux.

Facteurs de stress au travail

Les facteurs de stress sont très nombreux, et le monde du travail n’y échappe pas [2, 3, 4]. Nous ne réagissons pas tous aux mêmes agents stresseurs, ce qui rend la cause du stress au travail souvent compliquée à déterminer avec précision. De manière générale, il est possible de regrouper les facteurs de stress au travail en deux catégories.

Facteurs liés au contenu du travail

  • Contenu du travail à effectuer : monotonie, sous-stimulation, insignifiance des tâches…
  • Charge et rythme de travail : trop ou pas assez à faire, travail sous pression…
  • Heures de travail : strictes, rigides, trop nombreuses, imprévisibles, mal conçues…
  • Participation et contrôle : manque de participation à la prise de décision, manque de contrôle sur les processus de travail, méthode et environnement de travail…

Facteurs liés au contexte du travail

  • Carrière, statut et rémunération : précarité, manque d’opportunités, travail de faible valeur sociale, évaluation injuste des performances…
  • Relations interpersonnelles : mauvaises relations, intimidation, harcèlement, violence, travail solitaire, manque de considération, manque de soutien, manque de reconnaissance, manque de respect…
  • Culture organisationnelle : mauvaise communication, mauvaise gestion, absence de règles bien définies, manque de clarté sur les objectifs…
  • Équilibre vie professionnelle / vie privée : mauvais équilibre entre les deux sphères.

Comment gérer son stress au travail ?

Femme stressée au travail. Elle se tient le front, assise devant son travail à accomplir.Tout remettre sous la responsabilité des entreprises ne serait ni juste, ni objectif. Nous sommes tous inégaux face au stress. Beaucoup de facteurs sont en jeu : éducation, expériences, santé globale, schéma de fonctionnement…

La gestion du stress professionnel passe aussi par une responsabilisation et une autonomisation de chaque personne.

Des solutions existent. Gérer son stress au travail n’est pas impossible.

Voici quelques pistes, conseils et solutions qui peuvent vous permettre de mieux gérer votre stress au quotidien :

  • S’aménager des temps de pause ;
  • Avoir une activité physique régulière ;
  • Pratiquer une activité de relaxation et l’instaurer dans un rituel de bien-être : cohérence cardiaque, respiration carrée, visualisation, auto-massage, scan corporel, méditation de pleine conscience, etc. ;
  • Éviter les pensées négatives. De nombreuses techniques sont à votre disposition : méthode Coué (auto-suggestion et phrases positives), pratique de l’Emotionnal Freedoom Technics (EFT), tenue d’un journal de gratitudes quotidiennes, etc ;
  • Dormir suffisamment (la mélatonine peut grandement aider) ;
  • Mieux gérer son temps : distinguer l’urgent de l’important (la matrice d’Eisenhower est à ce titre un outil très utile pour définir ses priorités) ;
  • Développer son estime de soi : reconnaître ses qualités, s’appuyer sur ses réussites, faire preuve de bienveillance envers soi-même, se féliciter de chaque réussite et s’offrir des moments rien qu’à soi (lecture, massage, ne rien faire…) ;
  • Apprendre à dire non ;
  • Déconnecter un peu plus souvent ;
  • Profiter des moments en famille et entre amis ;
  • Réfléchir au sens à donner à son travail (faire le lien entre ses valeurs personnelles et les missions réalisées) ;
  • Avoir une alimentation de qualité, riche en nutriments anti-stress : magnésium, acides aminés, sélénium, zinc, vitamine C, vitamines du groupe B, oméga 3
  • Faire un bilan avec un professionnel pour avoir un programme adapté à votre terrain.

L’alimentation pour aller mieux

Salade de betteraves et d'avocats à la moutarde et à la coriandre.Bien qu’elle ne soit pas le seul facteur, l’alimentation est très importante pour lutter contre le stress au travail et le stress en général. Certains aliments aident l’organisme à combattre le stress, l’anxiété et la dépression. Une supplémentation peut également s’avérer très intéressante (plantes médicinales, vitamines, minéraux…). Par exemple, le magnésium est associé au stress [5].

Voici les nutriments qu’il convient d’apporter à votre organisme pour qu’il puisse mieux gérer le stress au travail :

  • Aliments riches en magnésium : fruits de mer, cacao, noix du Brésil, céréales complètes, noix, légumes verts à feuilles, germe de blé, légumineuses, certaines eaux minérales, chocolat noir, avocat… Vous pouvez aussi choisir de vous supplémenter en magnésium ;
  • Aliments riches en tryptophane : morue, graines de courges, fromage, lait, persil, banane, volaille, chocolat noir… ;
  • Aliments riches en sélénium : noix du Brésil, produits de la mer, champignons… Vous pouvez aussi choisir de vous supplémenter en sélénium de qualité (voir le produit que nous conseillons) ;
  • Aliments riches en zinc : produits de la mer, germe de blé, graines germées, jaune d’oeuf, champignons… ;
  • Aliments riches en vitamine C : poivrons, brocolis, oranges, acérola, cynorrhodon, cassis, fraises… Vous pouvez aussi vous supplémenter en vitamine C naturelle (l’acerola est efficace).
  • Aliments riches en vitamines du groupe B : céréales complètes, levure de bière, graines germées, légumineuses, fruits, oléagineux, produits laitiers… Vous pouvez également prendre un complément alimentaire de qualité type « complexe de vitamines B » : voir le produit que nous conseillons.
  • Aliments source d’oméga 3 : huiles végétales de périlla, de lin, de cameline, de noix, poissons gras, graines de chia… Vous pouvez aussi vous supplémenter en oméga-3 de qualité : voir le produit conseillé.

Complément alimentaire Formule multivitamines et minéraux : boîte blanche épurée avec écritures noires et 3 gélules disposées à côté. Fond blanc et gris clair.

Pour faire le plein de vitamines et de minéraux simplement, il existe des compléments alimentaires qui contiennent beaucoup de nutriments essentiels.

Voici où acheter → Formule multi-vitamines de qualité
⭐⭐⭐⭐⭐ Il s’agit d’une synergie équilibrée de vitamines et de minéraux à la composition étudiée et contrôlée. Formule idéale pour l’équilibre émotionnel, la fatigue et les carences.

Les plantes anxiolytiques naturelles

Millepertuis : fleur jaune en gros plan et bourgeons.Les plantes anxiolytiques (anxiolytiques naturels) aident beaucoup de personnes à vaincre le stress, l’anxiété et l’angoisse de manière naturelle et sans tous les effets secondaires des anxiolytiques de synthèse. Les plantes les plus connues sont le millepertuis, la valériane, la mélisse, le safran, le griffonia et le houblon.

Contre le stress, les plantes adaptogènes sont également très intéressantes et complémentaires : rhodiolaginseng, maca, ashwagandha… Elles agissent sur l’organisme en profondeur, sans le brusquer.

💡 Associer une plante anxiolytique avec une plante adaptogène est très efficace. Associées à une alimentation riche en nutriments, les plantes sont des alliées contre le stress.

Les fleurs de Bach en soutien émotionnel

Les élixirs du Dr Bach agissent sur l’aspect émotionnel [6]. Parmi les 38 élixirs originaux, nous pouvons en citer 3 qui se prêtent à des états caractéristiques rencontrés dans le monde du travail.

  • Larch (n°19 – Mélèze) s’adresse au manque de confiance en ses capacités, à ceux qui ne veulent même pas essayer car ils sont sûrs d’échouer. Souffrant souvent d’un complexe d’infériorité, ils admirent sans aucune jalousie ceux qui réussissent. Cette fleur est indiquée pour les personnes manquant de confiance en eux avant une présentation en réunion par exemple. Acheter sur amazon.
  • Elm (n°11 – Orme) est une fleur qui convient aux personnes souffrant d’une perte de confiance temporaire à cause de la quantité énorme de responsabilités qu’elles ont prises. Ces personnes n’ont pas peur de s’investir contrairement aux personnes de type Larch mais elles sont parfois noyées dans leur travail. Il s’agit d’une fleur qui irait bien pour une personne à la limite du burn-out. Acheter sur amazon.
  • Cerato (n°5 – Plumbago) : cette fleur concerne les personnes souffrant d’un manque de confiance. Elles ont des difficultés à prendre des décisions et demandent constamment l’avis des autres. Cerato facilitera l’affirmation de soi ! Acheter sur amazon.

Un dernier conseil : ne restez pas seul car cela peut vraiment vous rendre malade. Il y aura toujours une oreille attentive pour vous écouter. Si ce n’est pas le cas dans votre entreprise, tournez-vous alors vers des professionnels (médecin du travail, psychiatre, psychologue, médecin de famille, naturopathe, sophrologue…), vos proches ou des groupes de soutien composés de personnes ayant vécu la même situation.

Le travail est une source de revenus mais il constitue aussi un moyen de s’épanouir et de s’accomplir.

Livres sur le stress au travail

Pour aller plus loin et apprendre à mieux gérer son stress au travail, nous vous recommandons les livres suivants :

Une situation alarmante

Près d’un quart des salariés français déclarent être en état d’hyper-stress au travail (étude du cabinet Stimulus, novembre 2017). Cet état témoigne d’un niveau de stress trop élevé et délétère pour la santé. Parmi ces personnes en situation de stress professionnel élevé, les femmes et les seniors sont les plus concernés. Les salariés ayant de nombreuses années d’ancienneté sont également affectés. Des inégalités apparaissent entre les secteurs d’activité : les professionnels œuvrant dans la santé et l’action sociale sont les plus touchés par l’hyperstress. Les domaines de l’art, des spectacles et des activités récréatives viennent en deuxième position, suivis par le secteur des services et enfin des activités financières et d’assurance.

Le stress professionnel engendre de nombreuses modifications dans la réalisation des missions du salarié : baisse de motivation, erreurs, diminution de l’engagement, absentéisme, difficulté à prendre des décisions, manque de créativité… De plus, lorsqu’un salarié connaît un fort stress au travail, il y a un effet de domino car cela se répercute sur les autres. Une ambiance lourde peut s’installer. Les salariés doivent faire face au travail supplémentaire généré par les arrêts maladies. En plus d’impacter la santé des salariés, la productivité et l’image de l’entreprise en pâtissent.

Le rôle des entreprises

L’employeur a des obligations en matière de santé et de sécurité de ses salariés. Il est à noter que ces obligations sont ajustées en fonction de l’effectif salarial. L’article L 4121-1 du Code du Travail stipule en effet que :

L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent :

  1. Des actions de prévention des risques professionnels ;
  2. Des actions d’information et de formation ;
  3. La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés.

L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes.

Au-delà de ces obligations légales, les entreprises ont tout intérêt à faire de la prévention et à agir pour limiter le stress négatif. En effet, le mal-être et le stress au travail coûtent cher aux entreprises. D’après une étude de l’INRS, le coût du stress au travail a été estimé, en 2007, entre 2 et 3 milliards d’euros. Plus récemment, une étude a estimé le coût du mal-être au travail à 12 600 € par an et par salarié (coûts liés aux arrêt maladies, aux accidents du travail, aux ruptures conventionnelles, aux licenciements…). Étude menée dans le cadre de l’indice de bien-être au travail- Cabinet Mozart consulting, 2017.

À cette considération économique s’ajoute évidemment une considération sociale. L’OMS indique que la France est le 3ème pays au monde à enregistrer le plus grand nombre de dépressions en lien avec le travail ! Ce stress lié au travail ne s’arrête pas aux frontières de l’entreprise et empiète sur la sphère privée. Il peut générer des conflits au sein même de la vie privée.

Les rapports et les études se succèdent. Pourtant, le nombre de dépressions et de suicides augmentent sans qu’une véritable prise de conscience ne donne lieu à des actions concrètes au niveau national. Dans certaines entreprises, les services des ressources humaines, les dirigeants et les managers ont déjà mis en place des programmes spécifiques et remettent en question l’organisation du travail. Car il s’agit avant tout de limiter les facteurs de stress. Ces démarches s’inscrivent dans la qualité de vie au travail : diagnostic, évaluation et détermination des facteurs de stress, management bienveillant, proposition de programmation de gestion du stress… C’est sur ce dernier point que certaines médecines ou thérapies complémentaires ont leur place en entreprise, notamment la naturopathie.

Prévention santé en entreprise

Il semble important de faire de la prévention en matière de santé par le biais de conseils d’hygiène de vie autour de différents axes : nutrition, activité physique, gestion émotionnelle… Il y a de nombreuses manières pour maintenir ou rééquilibrer la vitalité des personnes. Voici quelques exemples.

  • Les massages et notamment le massage assis qui puise son origine occidentale dans le monde du travail. David Palmer le développe pour les entreprises de la silicon valley dès les années 80 (historiquement, le amma traditionnel est bien plus ancien : il remonte à plus de 4000 ans en Asie). Le massage assis est idéal pour dénouer des tensions physiques ou psychiques. D’une durée de 10 à 20 minutes et nécessitant peu d’espace, le massage est idéal en entreprise.
  • Les ateliers pédagogiques autour de la gestion du stress. Différents angles peuvent être abordés : l’alimentation, la respiration, la relaxation, l’aromathérapie… Le spécialiste santé doit avant tout faire preuve de pédagogie pour faire comprendre les différents mécanismes physiologiques et transmettre des outils concrets de gestion du stress.
  • Des séances spécifiques réalisées collectivement. Par exemple, la méditation qui permet de gagner en sérénité.

👩‍⚕️ Naturopathes, sophrologues, ostéopathes, médecins du travail, psychologues, ergonomes et autres praticiens ont un rôle à jouer dans la prévention santé en entreprise. Pour une action efficace, l’important est de mener une démarche globale et suivie. Offrir aux salariés un massage ou un cours de yoga ponctuellement, sans lendemain, ne semble pas judicieux. Nul ne peut aujourd’hui fermer les yeux sur les enjeux sociaux, humains et financiers que génère le stress professionnel. Pour les nombreuses entreprises encore hésitantes, ou hermétiques au sujet, une étude menée par l’OPPBTP rapporte un rapport coût/gain de 2,19 : pour 100 euros dépensés dans la prévention santé, l’entreprise perçoit 219 euros, soit un bénéfice net de 119 euros.

Références scientifiques

Voir les références

  1. SELYE H. Stress and the general adaptation syndrome. Br Med J. 1950;1(4667):1383-1392. doi:10.1136/bmj.1.4667.1383.
  2. Schneiderman N, Ironson G, Siegel SD. Stress and health: psychological, behavioral, and biological determinants. Annu Rev Clin Psychol. 2005;1:607-628. doi:10.1146/annurev.clinpsy.1.102803.144141
  3. Kdv Prasad. (2015). A study on causes of stress among the employees and its effect on the employee performance at the workplace in an international agricultural research institute, hyderabad, telangana, India. International journal of management research and business strategy. 4. 67-82.
  4. Stress at the workplace. Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
  5. Cuciureanu MD, Vink R. Magnesium and stress. In: Vink R, Nechifor M, editors. Magnesium in the Central Nervous System [Internet]. Adelaide (AU): University of Adelaide Press; 2011.
  6. Thaler K, Kaminski A, Chapman A, Langley T, Gartlehner G. Bach Flower Remedies for psychological problems and pain: a systematic review. BMC Complement Altern Med. 2009;9:16. Published 2009 May 26. doi:10.1186/1472-6882-9-16.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?

Cliquez sur l'étoile de votre choix pour voter (de 1 à 5).

Note moyenne : 4.4 / 5. Votes : 7

Pouvez-vous partager cet article avec vos ami(e)s ?

Merci de partager, votre aide est précieuse !

Cet article pourrait intéresser vos proches, partagez-le !

MessengerWhatsAppLinkedInPinterest
Carole Bourgeois

🌺 Naturopathe

Carole est passionnée de médecines alternatives depuis l’adolescence. Elle s’est formée au sein de l’ENA & MNC, de l’IFJS, de l’IFTA et de l’ELPM.

🖋️ Article créé le , puis mis à jour le .
Régulièrement révisé par notre équipe de spécialistes.

Découvrir nos guides santé

Vous appréciez notre site ?

🔔 Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir nos derniers articles et nos conseils santé (3 à 4 fois par mois) :

En indiquant votre e-mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos bulletins périodiques par voie électronique. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer vos informations. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.